Jehan Froissart

Chroniques

Livre Troisième

(Voyage de Froissart en Béarn.)


Précédent Table des matières Suivant

Chapitre XVIII

De l'état de l'affaire et ordonnance du gentil comte de Foix; et comment la ville de Saint-Irain se rebella pour les excès qu'on leur faisoit, dont ils en tuèrent plusieurs.

D

e l'état de l'affaire et ordonnance du gentil comte Gaston de Foix ne peut-on trop parler en tout bien, ni trop recommander, car pour le temps que je fus à Ortais je le trouvai tel et outre dont je ne puis mie de tout parler; mais je sais bien que, par le temps que je y fus, je y vis moult de choses qui me tournèrent à grand'plaisance; et là vis seoir à table le jour d'un Noël quatre évêques de son pays, les deux Clémentins et les autres deux Urbanistes: l'évêque de Pammiers et l'évêque de l'Escalle étoient Clémentins, ceux sirent au-dessus; et puis après eux l'évêque d'Aire et l'évêque de Roy sur les frontières de Bordelois et de Bayonne, ceux étoient Urbanistes. Après séoit le comte de Foix et puis le vicomte de Bruniquiel, le vicomte de Cousserant et un chevalier anglois que le duc de Lancastre, qui pour lors se tenoit à Lussebonne, avoit envoyé, et nommoit-on ce chevalier messire Villeby. A l'autre table séoient cinq abbés tant seulement, et deux chevaliers d'Arragon qui s'appeloient messire Raymond de Saint-Florentin et messire Martin de Roanès; à l'autre table séoient chevaliers et écuyers de Gascogne et de Bigorre: premier, le seigneur d'Anchin et puis messire Gaillart de la Mote, messire Raymond du Castel-Neuf, le sire de Chaumont, Gascon, le sire de Copane, le sire de la Lane, le sire de Mont-Ferrand, messire Guillaume de Benac, messire Pierre de Courton, le sire de Valenchin et Augier, le moine de Bascle; et aux autres tables, chevaliers, de Béarn grand'foison. Et étoit souverain maître de la salle messire Espaing de Lyon et quatre chevaliers maîtres d'hôtel: messire Chiquart du Bois-Verdun, messire Pierre de Cabestain, messire Nouvaus de Nouvaille et messire Pierre de Vaux en Béarn; et servoient ses deux frères bâtards, messire Ernault Guillaume, et messire Pierre de Béarn; et ses deux fils servoient devant lui, messire Yvain de l'Escale à asseoir tout seulement et messire Gratien de la coupe au vin. Et vous dis que grand'foison de menestrels, tant de ceux qui étoient au comte que d'autres étrangers, avoit en la salle, qui tous firent par grand loisir leur devoir de leur menestrandie. Et ce jour le comte de Foix donna, tant aux menestriers comme aux hérauts, la somme de cinq cens francs, et revêtit les menestriers du duc de Tourraine qui là étoient de drap d'or et fourré de fin menu-vair; lesquels draps furent prisés à deux cens francs: et dura le dîner jusques à quatre heures après nonne.
   Et pour ce parole-je très volontiers de l'état du gentil comte de Foix, car je fus douze semaines en son hostel, et très bien administré et délivré de toutes choses. Et durant le temps que je fus à Ortais je pouvais apprendre et ouïr nouvelles de tous pays, si je voulois, des présentes et des passées. Et aussi le gentil chevalier, messire Espaing de Lyon, en laquelle compagnie je étois entré au pays et auquel je m'étois découvert de mes besognes, m'accointa de chevaliers et d'écuyers qui me savoient recorder justement ce que je demandois et requérois à savoir. […]


Précédent Table des matières Suivant