Jehan Froissart

Chroniques

Livre Premier

(Bataille de Cocherel)


Précédent Table des matières Suivant

Chapitre CLXII

Comment messire Bertran du Guesclin et le maréchal Boucicaut prirent la ville de Mante et celle de Meulan.

R

olleboise est un chasteau bon et fort durement, séant sur la rivière de Saine, à une lieue près de Mante; et étoit pour ce temps garni et rempli de compagnons gens d'armes, qui faisoient guerre d'eux-mêmes, et couroient autant sur la terre le roi de Navarre que sur le royaume de France; et avoient un capitaine à qui ils obéissoient du tout, et qui les retenoit et payoit parmi certains gages qu'il leur donnoit; et cil étoit né de la ville de Brusselles, et s'appeloit Wautre Obstrate, appert homme d'armes et outrageux durement. Cil et ses gens avoient le pays de là environ tout pillé et robé; et n'osoit nul aller de Paris à Mante, ni de Mante à Rouen ni à Pontoise, pour ceux de la garnison de Rolleboise. Et n'avoient cure à qui: aussi bien les gens du roi de Navarre ruoient-ils jus quand ils les trouvoient, que les François; et par espécial ils contraignoient si ceux de Mante, qu'ils n'osoient issir hors de leurs portes, et se doutoient plus d'eux que des François. Quand messire Boucicaut se partit de Paris, quoiqu'il donnât à entendre qu'il allât celle part, il se feignit de prendre le droit chemin de Rolleboise, et attendit monseigneur Bertran du Guesclin et sa route, qui avoit paravant chevauché devant la ville d'Évreux et parlementé à ceux de dedans, mais on ne lui avoit voulu ouvrir les portes; ainçois avoient ceux d'Évreux fait semblant de lui servir de pierres et de mangonneaux, et de traire à lui et à ses gens, si il ne se fût légèrement parti des barrières où il étoit arrêté. Si se retira messire Bertran du Guesclin arrière, devers le maréchal Boucicaut qui l'attendoit sur un chemin assez près de Rolleboise. Quand ils se furent trouvés, ils étoient bien cinq cents hommes d'armes. Si eurent les deux capitaines, messire Bertran et messire Boucicaut, sur les champs là, moult grand parlement ensemble, à savoir comment ils se maintiendroient, ni par quelle manière ils pourroient avoir la ville de Mante, où ils tiroient. Si conseillèrent entr'eux que messire Boucicaut, lui centième de chevaux tant seulement, chevaucheroit devant et viendroit à Mante, et feroit l'effréé, et diroit à ceux de la ville que ceux de Rolleboise le chassent, et que ils le laissent dedans entrer. Si il y entre, tantôt il se saisira de la ville, et messire Bertran et sa grosse route tantôt venront férant et battant, et entreront en la ville et en feront leur volonté. Si ils ne l'ont par celle voie, ils ne peuvent mie voir comment ils l'aient. Toutefois pour le meilleur ce conseil fut tenu; et le tinrent les seigneurs entr'eux en secret; et se partit messire Boucicaut et la route qu'il devoit mener, et chevauchèrent à la couverte pardevers Mante, et messire Bertran d'autre part; et se mirent, il et les siens, en embûche assez près de Mante. Quand messire Boucicaut et sa route durent approcher la ville de Mante, ils se déroutèrent ainsi comme gens déconfits et mis en chasse, et s'en vint le dit maréchal, espoir lui dixième, et les autres le suivoient petit à petit. Si s'arrêta devant la barrière, car toujours y avoit gens qui la gardoient, et dit: «Haro! bonnes gens de Mante, ouvrez vos portes et nous laissez entrer dedans et nous recueillez; car véez ci ces meurtriers de Rolleboise et pillards qui nous ont déconfits par grand'mésaventure. — Qui êtes-vous, sire, dirent ceux qui là étoient, et qui la barrière et la porte gardoient? — Seigneurs, je suis Boucicaut, maréchal de France, que le duc de Normandie envoyoit devant Rolleboise; mais il m'en est mal pris; car les barons de dedans m'ont jà déconfit et me convient fuir, veuille ou non; et me prendront aux mains, et ce que j'ai de demeurant de gens, si vous ne nous ouvrez votre porte bientôt.» Ceux de Mante répondirent, qui cuidèrent qu'il dît vérité: «Sire, nous savons bien voirement que sont ceux de Rolleboise, et que ils sont nos ennemis et les vôtres aussi, et n'ont cure à qui ils aient la guerre, et d'autre part que le duc de Normandie votre sire nous hait, pour la cause du roi de Navarre notre sire: si sommes en grand'doute que nous ne soyons déçus par vous qui êtes maréchal de France. — Par ma foi, seigneurs! dit-il, nennil; je ne suis ci venu en autre intention que pour gréver, combien qu'il m'en ait mal pris, la garnison de Rolleboise.» A ces paroles ouvrirent ceux de Mante leurs barrières et leurs portes, et laissèrent dedans passer monseigneur Boucicaut et sa route; et toujours venoient gens petit à petit. Entre les derniers des gens monseigneur Boucicaut et les gens monseigneur Bertran, n'eurent ceux de Mante nul loisir de refermer leurs portes; car combien que messire Boucicaut et la plus grand'partie de ses gens se traissent tantôt à l'hôtel et se désarmassent, pour mieux assurer ceux de la ville, les derniers, qui étoient Bretons, se saisirent des barrières et de la porte. Et n'en furent mie maîtres ceux de la ville; et tantôt messire Bertran et sa route vinrent le grand galop et écrièrent: «Saint Yve! Guesclin! à la mort! à la mort tous Navarrois!» Donc entrèrent ces Bretons par ces hôtels; si pillèrent et robèrent tout ce qu'ils trouvèrent, et prirent des bourgeois desquels qu'ils voulurentpour leurs prisonniers, et en tuèrent aussi assez. Et tantôt incontinent qu'ils furent entrés à Mante, ainsi comme vous oyez recorder, une route de Bretons se partirent et férirent chevaux des épreons et ne cessèrent, si vinrent à Meulan, une lieue pardelà, et y entrèrent assez soutilement; car ils dirent que c'étoient gens d'armes que messire Guillaume de Gauville, capitaine d'Évreux, envoyoit, et que autant ou plus en étoient demeurés à Mante.
   Ceux de Meulan proprement cuidèrent qu'ils disent vérité, pourtant qu'ils étoient venus le chemin de Mante, et ne pouvoient venir autre voie que par-là, ni avoir passé la rivière de Saine, fors au pont à Mante. Si les crurent légèrement, et ouvrirent leurs barrières et leurs portes tôt et appertement, et mirent en leur ville ces Bretons qui tantôt se saisirent des portes et commencèrent à crier «Saint-Yve! Guesclin!» et commencèrent à tuer et à découper ces gens, qui furent tous éperdus et prinrent à fuir et à eux sauver, chacun au mieux qu'il put. Quand ils se virent ainsi déçus et trahis, ils n'eurent nul pouvoir d'eux recouvrer ni sauver. Ainsi fut Mante et Meulan pris, dont le duc de Normandie fut moult joyeux quand il sçut les nouvelles, et le roi de Navarre moult courroucé quand il en sçut la vérité. Si mit tantôt gardes et capitaines espéciaux par toutes ses villes et chasteaux, et tint à trop grand dommage la perte de Mante et de Meulan; car ce lui étoit par-là une trop belle entrée en France.


Précédent Table des matières Suivant