Jehan Froissart

Chroniques

Livre Premier

(La Jacquerie)


Précédent Table des matières Suivant

Chapitre LXVI

Comment le roi de Navarre et les gentils hommes de Beauvoisin tuèrent grand'foison de Jacques; et comment le duc de Normandie défia le prévôt des marchands et ses alliés; et comment Paris fut close.

Q

uand les gentilshommes de Beauvoisin, de Corbiois, de Vermandois, de Valois et des terres où ces méchans gens conversoient et faisoient leurs forséneries, virent ainsi leurs maisons détruites et leurs amis tués, ils mandèrent secours à leurs amis, en Flandre, en Hainaut, en Brabant et en Hesbaing. Si en y vint tantôt assez de tous côtés. Si s'assemblèrent les gentils hommes étrangers et ceux du pays qui les menoient. Si commencèrent aussi à tuer et à découper ces mechans gens, sans pitié et sans merci; et les pendoient par fois aux arbres où ils les trouvoient. Mêment le roy de Navarre en mit un jour à fin plus de trois mille, assez près de Clermont en Beauvoisin. Mais ils étoient jà tant multipliés que, si ils fussent tous ensemble, ils eussent bien été cent mille hommes. Et quant on leur demandoit pourquoi ils faisoient ce, ils répondoient qu'ils ne savoient, mais ils le véoient aux autres faire, si le faisoient aussi, et pensoient qu'ils dussent en tel manière détruire tous les nobles et gentilshommes du monde, parquoi nul n'en pût être. […]


Précédent Table des matières Suivant