Jehan Froissart

Chroniques

Accueil Précédent Table des matières Suivant

Table des matières

Livre premier
Livre second
Livre troisième
Livre quatrième


Livre premier

Au siége de Rennes.
La Jacquerie.
Bataille de Cocherel.
Brigandages. — Les Anglais à Calais.
Du Guesclin.
Conseils de Charles V.

Livre second

Politique et Brigandages.
Les Aventuriers. — Les Troubles de Flandre.
Mort de Du Guesclin.
Mort de Charles V.
Aymerigot Marcel.

Livre troisième

Voyage de Froissart en Béarn.
Les Écossais.
Mort d'un Aventurier.

Livre quatrième

Chapitres I à XXXII.

Livre premier

Au siége de Rennes.
LVII. Comment le duc de Lancastre assiégea la cité de Rennes; et comment messire Bertran du Guesclin se combattit à messire Nicolas d'Angorne devant la dite cité; et comment messire Olivier de Mauny combattit et prit messire Jean Bolleton.

La Jacqerie.
LXV. Comment les communes de Beauvoisin et en plusieurs autres parties de France mettoient à mort tous gentils hommes et femmes qu'ils trouvoient.
LXVI. Comment le roi de Navarre et les gentils hommes de Beauvoisin tuèrent grand'foison des Jacques; et comment le duc de Normandie défia le prévôt des marchands et ses alliés; et comment Paris fut close.
LXVII. Comment le comte de Foix et le captal de Buch vinrent à Meaux pour reconforter la duchesse de Normandie et celle d'Orléans et les autres dames qui là étoient fuies pour les Jacques.
LXVIII. Comment le comte de Foix, le captal de Buch et le duc d'Orléans déconfirent les Jacques, et puis mirent le feu en la ville de Meaux.

Bataille de Cocherel.
CLXI. Comment le roi de Chypre vint voir le prince de Galles; et comment le roi de France trépassa en Angleterre, dont le roi et la roine furent moult courroucés.
CLXII. Comment messire Bertran du Guesclin et le maréchal Boucicaut prirent la vile de Mante et celle de Meulan.
CLXIII. Comment le captal de Buch arriva à Chierebourc; et comment le duc de Normandie envoya messire Bertran faire frontière contre les Navarrois.
CLXIV. Comment le roi de Chypre s'en retourna d'Aquitaine à Paris; et comment le roi Jean fut apporté d'Angleterre à Saint-Denis, et là enseveli très révéremment.
CLXV. Comment le captal se partit d'Évreux à belle compagnie de gens d'armes pour combattre messire Bertran et les François, et en intention de destourber le couronnement du roi Charles.
CLXVI. Comment les Navarrois et les François sçurent nouvelles les uns des autres; et comment le captal ordonna ses batailles.
CLXVII. Comment messire Bertran du Guesclin et les seigneurs de France ordonnèrent leurs batailles.
CLXVIII. Comment les Gascons s'avisèrent d'un bon avis par quelle manière le captal seroit pris et emporté de la bataille.
CLXIX. Comment les seigneurs de France eurent conseil à savoir quel cri ils crieroient et qui seroit leur chef; et comment messire Bertran fut élu à être chef de la bataille.
CLXX. Comment, par le conseil de messire Bertran, les François firent semblant de fuir; et comment l'archiprêtre se partit de la bataille.
CLXXI. Comment le captal fut ravi et emporté de la bataille, voyans toutes ses gens, dont fortement furent courroucés.
CLXXII. Comment le pennon du captal fut conquis; et comment les Navarrois et les Anglois furent tous morts ou pris.

Brigandages. — Les Anglais à Calais.
CCCXXIV. Comment plusieurs escarmouches et plusieurs prises de chasteaux et de villes se faisoient entre les Anglois, les Escots et les François.
CCCXXV. Comment un brigand appelé Croquard devint un grand et puissant ès guerres de Bretagne, et comment il fina mauvaisement.
CCCXXVI. Comment messire Geffroy de Chargny acheta du capitaine de Calais la ville de Calais; et comment le roi d'Angleterre le sçut, et quel remède il y mit.
CCCXVII. Comment le roi d'Angleterre et le prince son fils vinrent à Calais sous la bannière messire Gautier de Mauny et comment ils se combattirent durement contre messire Geffroy de Chargny.
CCCXXVIII. Comment les Anglois et les François se combattirent moult vaillamment, et comment finalement les François furent tous morts ou pris.
CCCXXIX. D'un chapelet de perles que le roi d'Angleterre donna à messire Eustache de Ribeumont.

Du Guesclin.
CCCLVI. Du siége que messire Bertran du Guesclin mit en Poitou devant Chisech.
CCCLVII. Ci parle de la bataille de Chisech en Poitou, de messire Bertran du Guesclin, connétable de France, et les François d'une part, et les Anglois de l'autre.
CCCLVIII. Ci parle de la prise de Niort, Luzignan et Mortemer par messire Bertran du Guesclin, et de la dame du chastel Achard, comment elle obtint respit.

Conseils de Charles V.
CCCLXIX. Comment les ostages que ceux de Derval avoient baillés furent décollés; et comment messire Robert Canolles fit décoller les prisonniers qu'il tenoit.
CCCLXX. Des consaulx que le roi de France tint en Paris sur la guerre aux Anglois.

Livre second

Politique et Brigandages.
XLV. Comment le seigneur de Bournesel fut ordonné de par le roi de France pour aller en Escosse, et comment, lui étant à l'Escluse, le comte de Flandre le manda, et des paroles que lui et le duc de Bretagne lui dirent.
XLVI. Comment le roi de France escripvit au comte de Flandre qu'il éloignât de lui le duc de Bretagne, dont le comte ne voult rien faire, et comment le dit duc passa en Angleterre, et du mariage du comte de Saint-Pol à la sœur du roi Richard.
XLVII. Comment ceux de la garnison de Chierebourch déconfirent les François. Comment le fort chasteau de Mont-Ventadour fut par trahison livré à Geoffroy Tête-Noire, et comment Aymerigot Marcel prit plusieurs forts au pays d'Auvergne.

Les Aventuriers. — Les Troubles de Flandre.
LI. Comment messire Jean Haccoude fut fait chef de la guerre d'entre le pape Urbain et le pape Clément, et comment le dit Clément fit décoller messire Sevestre Bude, Breton.
LII. Comment le comte Louis de Flandre fit occire un bourgeois de Gand par Jean Lyon; comment Gisebrest Mahieu machina contre Jean Lyon, et émut les Gantois à porter les blancs chaperons, dont la guerre commença en Flandre.
LIII. Comment les Gantois conclurent d'envoyer devers le comte remontrer leurs affaires. Comment le comte leur accorda ce qu'ils demandoient, et comment les blancs chaperons ne furent point mis jus.
LIV. Comment Roger d'Auterme, baillif de Gand, fut occis en Gand par Jean Lyon et ses compagnons, la bannière du comte en sa main.
LV. Comment douze hommes de Gand furent envoyés devers le comte pour l'apaiser et remettre la ville en son amour, et comment Jean Lyon, pour toujours empirer la besogne, fut cause de rober et bouter le feu en la maison du comte, nommée Andrehen.
LVI. Comment les messagers gantois retournèrent à Gand, comment ceux de Gand et ceux de Bruges promirent ensemble, et la mort de Jean Lyon.
LVII. Comment ceux de Gand, après la mort de Jean Lyon, firent entre eux quatre capitaines, et comment, eux venus moult forts devant Courtray et Ypres, ouverture et recueil leur fut partout fait.
LVIII. Comment les Gantois et les Flamands assiégèrent Audenarde, et comment ils allèrent réveiller le comte à Tenremonde; et comment le duc de Bourgogne traita et pacifia les Flamands au comte leur seigneur.

Mort de Du Guesclin.
LXIV. De la mort messire Bertran du Guesclin, connétable de France, et de l'honneur que le roi lui fit; et comment le Chastel-Neuf de Randon se rendit.

Mort de Charles V.
LXX. Comment le roi Charles de France aperçut sa fin à prochain terme, et comment il ordonna du royaume avant sa mort.

Aymerigot Marcel.
CCXIV. Comment Aymerigot Marcel et ses gens prindrent le chastel de Mercuer en Auvergne; et comment il le rendit par composition.

Livre troisième

Voyage de Froissart en Béarn.
V. Comment le princeps et la princepse vinrent voir le comte d'Ermignac et du don que la princepse demanda au comte de Foix.
VI. Comment la garnison de Lourdes guerroyait le pays de Bigorre, et de la prise de Ortingas.
VII. De plusieurs faits d'armes par ceulx de la garnison de Lourdes et comment le comte d'Armignac et le seigneur d'Alebrest furent pris du comte de Foix.
VIII. Des guerres que le duc d'Anjou fit aux Anglois, et comment il recouvra le chasteau de Mauvoisin en Bigorre, qui fut puis donné au comte de Foix.
IX. Comment la garnison du chastel de Lourdes fut ruée jus et déconfite, et de la grand'diligence que le comte de Foix fit aussi de recouvrer ledit chastel de Lourdes.
X. Comment le Bourg d'Espaigne rescouy la proie aux compagnons du chastel de Lourdes, et comment ils furent rués jus.
XI. Comment le comte de Foix ne voult prendre du roi de France la comté de Bigorre; mais comment il reçut seulement le chastel de Mauvoisin.
XII. De la paix qui fut faite entre le comte de Foix et le duc de Berry; et le commencement de la guerre qui fut entre le comte d'Ermignac et cil de Foix.
XIII. Des grands biens et des grandes largesses qui étoient au comte de Foix et la piteuse manière de la mort de Gaston, fils au comte de Foix.
XIV. Comment messire Pierre de Berne fut malade par fantôme, et comment la comtesse de Biscaye se partit de lui.
XV. De la grand'fête que le comte de Foix faisoit de Saint-Nicolas et des faits d'armes que Bascot de Mauléon conta à sire Jean Froissart.
XVI. Comment plusieurs capitaines anglois et autres gens de Compagnies furent déconfits devant la ville de Sancerre.
XVII. Comment un nommé Limousin se rendit François, et comment il fit prendre Louis Rambaut, son compagnon d'armes, pour la villenie qu'il lui avoit faite à Briude.
XVIII. De l'état et ordonnance au comte de Foix; et comment la ville de Saint-Irain se rebella pour les excès qu'on leur faisoit, dont ils en tuèrent plusieurs.

Les Écossais.
CXIX. Comment les principaux barons d'Escosse s'assemblèrent en armes, pour faire la guerre aux Anglois; et comment ils prirent un espion par lequel ils sçurent que les Anglois savoient leur entreprise.
CXX. Comment les comtes de Douglas, de Moray et de la Marche et Dunbar passèrent la rivière de Tyne et par la terre au seigneur de Percy jusques à la cité de Durem et puis retournèrent devant Neuf-Chastel-sur-Tyne, ardant et exillant tout le pays.
CXXI. Comment messire Henry de Percy et messire Raoul son frère atout grands gens d'armes et archers allèrent après les Escots pour conquerre leur pennon que le comte de Douglas avoit conquis devant le Neuf-Chastel-sur-Tyne, et comment ils assaillirent les Escots devant Octebourg.
CXXII. Comment le comte James de Douglas par sa vaillance remit ses gens sus qui étoient reculés et à moitié déconfits des Anglois, et en ce faisant il chéy à terre navré à mort, et comment il fit redresser sa bannière par Gautier et Jean de Saint-Clair pour rassembler ses gens.
CXXIII. Comment les Escots gagnèrent la bataille contre les Anglois devant Octebourg, et y furent pris messire Henry de Percy et messire Raoul son frère; et comment un écuyer d'Angleterre appelé Thomas Waltem ne se vout rendre, aussi ne fit un écuyer d'Escosse, et moururent; et comment l'évêque de Durem et ses gens se déroutèrent et déconfirent d'eux-mêmes.
CXXIV. Comment messire Mathieu Rademen se départit de la bataille pour s'en cuider sauver, et comment messire Jacques de Lindesée fut pris de l'évêque de Durem, et comment, après la bataille, les Escots se rassemblèrent et envoyèrent chevaucheurs pour découvrir le pays.
CXXV. Comment les Escots se départirent d'Otebourch et emmenèrent le comte James de Douglas tout mort, et fut enseveli en l'abbaye de Miaures, et comment messire Arcebaut de Douglas et ses compagnons se départirent de devant Carlion en Galles et s'en retournèrent en Escosse.

Mort d'un Aventurier.
CXXXII. Comment Geoffroy Tête-Noire, ayant été blessé par la tête en une escarmouche, fit quelque excès qui le mena mourir; et du testament qu'il fit par avant, ayant substitué deux autres capitaines en sa place.

Livre quatrième

I. Ci commence le quart livre de maître Jean Froissart, qui parle des guerres et nobles faits d'armes et advenues de France, d'Angleterre et des pays entour, leurs conjoints et adhérens, depuis l'an Nostre Seigneur mil trois cent quatre vingt et neuf, et primes de la noble fête qui fut faite à Paris à l'entrée et venue de la roine Isabel de France, femme au roi Charles le Bien-Aimé, et aussi des joutes qui y furent faites et des présens de ceux de Paris.
II. Comment le seigneur de Châteaumorant, lequel le comte de Saint-Pol avoit laissé en Angleterre, retourna en France de-lez le roi et son conseil et montra la chartre de la trève qui étoit accordée et scellée du roi Richard et de ses oncles, laquelle devoit durer trois ans par terre et par mer.
III. Du mariage du roi Louis, fils au duc d'Anjou, à la fille du roi Piètre d'Arragon, et comment il alla avec la roine de Naples sa mère, en Avignon, voir le pape Clément.
IV. Comment le jeune roi de France eut volonté d'aller visiter les lointaines marches de son royaume, et comment il alla premièrement en Bourgogne et en Avignon pour voir le pape Clément.
V. Comment messire Pierre de Courtenay vint en France pour faire armes à l'encontre messire Guy de la Tremouille. Comment le sire de Clary le reconvoya, et pour quelle achoison il fit armes à lui ès marches de Calais.
VI. Comment les joutes de Saint-Ingelleberth furent emprises et les faits d'armes par messire Regnaut de Roye, messire Boucicault le jeune et le sire de Saint-Py.
VII. De l'accusation faite au roi du peuple de Languedoc en la ville de Beziers sur un nommé Betisac, trésorier au duc de Berry, pour les grandes extorsions qu'il avoit faites au peuples, et de sa confession, et comme il fut cruellement justicié en la dite ville.
VIII. Comment, le roi de France, lui étant à Toulouse, manda le comte de Foix, et comment le dit comte y vint; et comme grandement et comment il fit hommage au roi de France de la comté de Foix.
IX. De l'attine qui fut faite entre le roi et le duc de Touraine son frère pour plutôt venir de Montpellier à Paris, chacun un seul chevalier en sa compagnie.
X. Du trepas du pape Urbain de Rome que on disoit antipape, et comment le pape Clément en escripsit au roi, à ses oncles et à l'université; et de l'élection du pape Boniface des cardinaux de Rome.
XI. De la rendation et prise du fort chastel de Mont-Ventadour en Limousin, que souloit tenir Geoffroy Tête-Noire.
XII. Des armes de Saint-Inghelberth, et comment les trois chevaliers dessus nommés se maintinrent trente jours à l'encontre de tous venans des pays d'Angleterre et d'ailleurs, à chacun trois lances.
XIII. De l'entreprise et du voyage des chevaliers de France et d'Angleterre et du duc de Bourbon qui fut chef de l'armée, à la requête des Gennevois, pour aller en Barbarie assiéger la forte ville d'Afrique.
XIV. De un capitaine robeur, nommé Aimerigot Marcel, qui tenoit un fort chastel ès marches de Rouergue, nommé la Roche-de-Vendais, et comme il fut assiégé du vicomte de Meaux, et la prise du dit châtel, et comment depuis le dit Aimerigot fut pris et mené à Paris.
XV. Comment les seigneurs chrétiens et gennevois, étant en l'île de Comminières à l'ancre, se mirent hors pour aller mettre le siége devant la ville d'Afrique en Barbarie, et comment ils s'y maintinrent.
XVI. De une noble fête et joutes qui fut faite en la ville de Londres, et comment elle fut publiée par tous pays.
XVII. Comment, et par quelle incidence, le siége fut levé de devant la forte ville d'Auffrique, et comment chacun s'en r'alla en son lieu.
XVIII. Des chevaliers anglois qui furent envoyés à Paris devers le roi de France de par le roi d'Angleterre et ses oncles sur forme de paix.
XIX. De la mort du roi Jean de Castille et du couronnement du roi Henry son fils.
XX. De l'armée du jeune comte Jean d'Armignac et du voyage qu'il fit en Lombardie, et comme il mourut au siége devant la ville d'Alexandrie.
XXI. De messire Pierre de Craon, et comment il enchéy en l'indignation du roi de France et du duc de Touraine son frère, et depuis fut recueilli du duc de Bretagne.
XXII. De la mort du jeune comte Louis de Chastillon, fils au comte Guy de Blois.
XXIII. De la mort soudaine du comte Gaston de Foix, et comment le vicomte de Chastelbon vint à l'héritage.
XXIV. Comment traité se renouvela à Tours en Touraine entre le roi de France et le duc de Bretagne, et du mariage et allience de la fille de France au fils du duc de Bretagne et de Jean de Bretagne, comte de Paintièvre, à la fille du dit duc de Bretagne.
XXV. Comment le comte de Blois et Marie de Namur sa femme vendirent la comté de Blois et toutes leurs terres au duc de Touraine frère au roi de France.
XXVI. De l'exploit que messire Roger d'Espaigne et messire Espaing de Lion avoient fait devers le roi et son conseil pour le vicomte de Castelbon, et comment il l'eut et fut remis en la comté de Foix et de Béarn et de l'argent qu'il en paya.
XXVII. De la grand'assemblée qui se tint à Amiens du roi de France, de ses oncles et de son conseil, et des oncles et du conseil du roi Richard d'Angleterre sur forme de paix.
XXVIII. Comment messire Pierre de Craon, par haine et mauvais aguet, battit messire Olivier de Cliçon, dont le roi et ses consaulx furent moult courroucés.
XXIX. De la grosse armée et du voyage que le roi de France vouloit faire en Bretagne sur le duc de Bretagne, pour la cause que on disoit que il soutenoit messire Pierre de Craon; et comment au dit voyage le roi devint malade, pourquoi le voyage fut rompu.
XXX. Comment le duc de Berry et le duc de Bourgogne, oncles du roi, eurent le gouvernement du royaume; et comment ils firent chasser et prendre ceux qui avoient eu le gouvernement du roi.
XXXI. Comment les trèves furent rallongées entre France et Angleterre, et comment le roi étoit revenu en son bon sens.
XXXII. L'aventure d'une danse faite en semblance de hommes sauvages, là où le roi fut en péril.


Accueil Précédent Table des matières Suivant