Philippe de Commynes

Mémoire des faits du feu roy Louis onziesme

Livre Huitième


Précédent Table des matières Suivant

Chapitre XII

Suite de la victoire remportée à Fornoue par les François; danger où se trouve le roy Charles huitiesme.

O

r se trouva le roy en ce lieu que je dis, en si petite compagnie qu'il n'avoit point, de toutes gens, qu'un varlet de chambre, appelé Antoine des Ambus, petit homme et mal armé; et estoient les autres un peu espars (comme me conta le roy, dès le soir, devant eux-mesmes, qui en devoient avoir grand'honte de l'avoir ainsi laissé). Toutesfois ils luy arrivèrent encores à heure: car une bende petite de quelques hommes d'armes desrompus, qui venoient au long de ladite grève qu'ils voyoient toute nette de gens, vinrent assaillir le roy et ce varlet de chambre. Ledit seigneur avoit le meilleur cheval pour luy du monde, et si remuoit, et se deffendoit; et arriva sur l'heure quelque nombe de ses autres gens, qui n'estoient guères loin de luy: et lors se mirent les Italiens à fuyr, et lors le roy crut conseil et tira à l'avant-garde, qui jamais n'estoit bougée et au roy vint bien à point; mais si elle fust marché cent pas, tout l'ost des ennemys se fust mis en fuyte. Les uns disent qu'elle le devoit faire, les autres disent que non.
   Nostre bende, qui chassa, alla jusques bien près du bout de leur ost, tirant jusques vers Fornoue, et ne vis oncques recevoir coup à homme des nostres qu'à Julien Bourgneuf, que je vis choir mort d'un coup que luy donna un Italien, en passant (aussi il estoit mal armé): et là on s'arresta, en disant: «Allons au roy», et à cette voix s'arresta tout, pour donner alaine aux chevaux qui estoient bien las: car ils avoient grand'pièce couru, et par mauvais chemin, et par pays de cailloux. Auprès de nous passa une compagnie de fuyans, de quelque trente hommes d'armes, à qui on ne demanda riens, et estions en doute. Dès que les chevaux eurent un peu repris leur alaine, nous mismes au chemin pour aller au roy, qui ne sçavions où il estoit, et allasmes le grand trot: et n'eusmes guères allé que le vismes de loin, et fismes descendre les varlets et amasser des lances par le camp, dont il y avoit assez, par espécial de bourdonnasses, qui ne valoient guères, et estoient creuses et légères, qui ne passoient point une javeline, mais bien paintes, et fusmes mieux fournis de lances que le matin: et tirasmes droit au roy, et en chemin trouvasmes un nombre de gens de pied des leurs, qui traversoient le camp; et estoient de ceux qui s'estoient cachés aux costeaux, qui avoient mené le marquis sur le roy. Plusieurs en furent tués, autres eschappèrent et traversèrent la rivière; et ne s'y amusa-l'on point fort.
   Plusieurs fois avoit esté cryé par aucuns des nostres, en combatant: «Souvienne-vous de Guynegate.» C'estoit pour une bataille perdue, du temps du roy Louis onziesme, en la Picardie, contre le roy des Romains, pour soy estre mis à piller le bagage; mais il n'y eut riens pris ni pillé. Leurs Estradiots pridrent des sommiers ce qu'ils voulurent; mais ils n'en emmenèrent que cinquante cinq, tous les meilleurs, comme ceux du roy et de tous ses chambellans, et un varlet de chambre du roy, appelé Gabriel, qui avoit ses reliques sur luy, qui longtemps avoient esté aux roys, et conduisoit lesdites pièces parce que ledit roy y estoit. Grand nombre d'autres coffres y eut perdus et jetés, et robés par les nostres mesmes; mais les ennemys n'eurent que ce que je dis. En nostre ost y eut grande séquelle de paillards et paillardes à pied, qui faisoient le dommage des mors. Tant d'un costé que d'autre, je croy en dire près de la vérité, et bien informé des deux costés: nous perdismes Julien Bourgneuf, le capitaine de la porte du roy, un gentilhomme des vingt escus; des archiers escossois, en mourut neuf; d'autres hommes à cheval, de cette avant-garde, environ vingt; à l'entour des sommiers, soixante ou quatre vingts varlets des sommiers; eux perdirent trois cens cinquante hommes d'armes, mors en la place, et jamais nul ne fut pris prisonnier, ce que par adventure jamais n'advint en bataille. D'Estradiots, en mourut peu, car ils se mirent au pillage.
   En tout y mourut trois mil cinq cens hommes, comme plusieurs des plus grands de leur costé m'ont conté (autres m'ont dit plus); mais il mourut des gens de bien, et en vis en un rôlle jusques à dix huit, bons personnages, entre lesquels en y avoit quatre ou cinq du nom de Gonzaigue, qui est le nom du marquis, qui y perdit bien soixante gentils hommes de ses terres; et à tout cecy ne s'y trouva un seul homme à pied. Est grand'chose avoir tué tant de gens de coup de main: car je ne croy point que l'artillerie des deux costés tuast dix hommes, et ne dura point le combat un quart d'heure, car dès ce qu'ils eurent rompu ou jeté les lances, tout fuyt. La chasse dura environ trois quarts d'heure. Leurs batailles d'Italie n'ont point accoutumé d'estre telles: car ils combattent escadre après escadre, et dure quelquefois tout le jour, sans que l'un ni l'autre gagne.
   La fuyte, de leur costé, fut grande; et fuyrent bien trois cens hommes d'armes, et la pluspart de leurs Estradiots. Les uns fuyrent à Rege (qui est bien loin de là), les autres à Parme, où y pouvoit bien avoir huit lieues; et à l'heure que la bataille fut ainsi meslée, fuyt d'avec nous le comte de Petillane et le seigneur Virgile Ursin (mais cettuy là n'alla qu'en une maison d'un gentilhomme), et estoient là sur la foy; mais vray est qu'on leur faisoit grand tort. Ledit comte alla droit aux ennemys. Il estoit homme bien connu des gens d'armes, car tousjours avoit eu charge, tant des Florentins que du roi Ferrand; et se print à cryer: «Petillane, Petillane»; et alla après ceux qui fuyrent, plus de trois lieues, cryant que tout estoir leur et qu'ils vinssent au gain, et en ramena la pluspart et les assura: et si n'eust il esté, tout s'en fust fuy; et ce ne leur estoit petit réconfort, et d'un tel homme, party d'avec nous: et mit en avant, le soir, de nous assaillir; mais ils n'y voulurent entendre: depuis le m'a conté. Aussi le me conta le marquis de Mantoue, disant que ce fut luy qui mit ce party en avant; mais à dire le vray, si ce n'eust esté ledit comte, ils fussent tous fuys la nuit.
   Comme tout fut assemblé auprès du roy, on voyoit encores hors de leur ost grand nombre d'hommes d'armes en bataille: et s'en voyoit les testes seulement et les lances, et aussi des gens de pied, et y avoient tousjours esté; mais il y avoit plus de chemin qu'il ne sembloit, et eust fallu repasser la rivière, qui estoit crue et croissoit d'heure en heure: car tout le jour avoit tonné, esclairé et plu merveilleusement, et par especial en combattant et chassant. Le roy mit en conseil s'il devoit chasser contre ceux-là ou non. Avec luy avoit trois cevaliers italiens: l'un estoit messire Jean Jacques de Trevoul (qui encores vit, et se gouverna bien ce jour), l'autre avoit nom Francisque Secco, très vaillant chevalier, souldoyé des Florentins, homme de soixante et douze ans; l'autre messire Camille Vitelly. Luy et trois de ses freres estoient à la solde du roy; et y vinrent de Civita de Castelle jusques vers Cersanne pour estre à cette bataille, sans estre mandés, où il y a un grand chemin; et quand il vit qu'il ne pouvoit atteindre le roy avec sa compagnie, ledit Camille vint seul. Ces deux furent d'oppinion que l'on marchast contre ceux que l'on voyoit encores. Les François à qui on en demanda ne furent point de cet advis, mais disoient qu'on avoit assez fait et qu'il estoit tard, et qu'il falloit se loger.
   Ledit messire Francisque Secco soutint fort son oppinion, monstrant gens qui alloient et venoient au long d'un grand chemin qui alloit à Parme (qui estoit la plus prochaine ville de leur retraite), alléguoit que c'estoient fuyans ou qui en revenoient; et, à ce que sçusmes depuis, il disoit vray: et, à sa parole et contenance, estoit hardy et sage chevalier; et qui eust marché, tout fuyoit (et tous les chefs le m'ont confessé, et quelqu'un devant le duc de Milan), qui eust esté la plus belle et grand'victoire qui ait esté depuis dix ans, et la plus profitable. Car, qui en eust bien sçu user et faire son profit, et sagement s'y conduire, et bien traiter le peuple, huit jours après le duc de Milan n'eust eu, au mieux venir pour luy, que le chasteau de Milan, à l'envie que ses subjets avoient à se tourner: et tout ainsi en fust-il allé des Vénissiens, et n'eust point esté besoin de se soucier de Naples: car Vénissiens n'eussent sçu où recouvrer gens, hors Venise, Bresse et Cremonne (qui n'est qu'une petite ville), et tout le reste eussent perdu en Italie. Mais Dieu nous avoit fait ce que m'avoit dit frère Hiéronyme, l'honneur nous estoit demouré: car, vu le peu de sens et d'ordre qui estoit parmy nous, tant de bien ne nous estoit point du, car nous n'en eussions sçu user pour lors; mais je croy que si à cette heure (qui est l'an mil quatre cens quatre vingts dix sept) un tel bien advenoit au roy, il en sçauroit mieux ordonner.
   Estant en ce propos, la nuit s'approcha, et cette compagnie qui estoit devant nous se retira en leur camp, et nous de l'autre costé: et nous allasmes loger à un quart de lieue de là où avoit esté la bataille. Et descendit le roy en une cense ou mestairie povrement édiffiée; mais il se trouva un nombre infiny de blé en gerbe, dont tout l'ost se sentit. Aucunes autres maisonnettes y avoit auprès qui peu servirent: car chascun logea comme il put, sans faire nul quartier. Je sçay bien que je couchay en une vigne, bien empressé sur la terre, sans autre advantage et sans manteau: car le roy avoit emprunté le mien le matin, et mes sommiers estoient assez loin, et estoit trop tard pour les chercher. Qui eut de quoy fit collation; mais bien peu en avoient, si ce n'estoit quelque loppin de pain, pris au sein d'un varlet. Je vis le roy en sa chambre, où il y avoit des gens blessés, comme le séneschal de Lyon et autres, qu'il faisoit habiller: et faisoit bonne chère, et se tenoit chascun à bon marchand, et n'estions point tant en gloire comme peu avant la bataille, parce que nous voyions les ennemys près de nous. Cette nuit firent nos Allemans le guet, tous, et leur donna le roy trois cens escus, et le firent bon, et sonnoient bien leurs tabourins.


Précédent Table des matières Suivant