Philippe de Commynes

Mémoire des faits du feu roy Louis onziesme

Livre Huitième


Précédent Table des matières Suivant

Chapitre VI

Comment le duc d'Orléans se portoit dans la cité de Novarre.

O

r faut parler du duc d'Orléans qui, quand il eut pris le chasteau de Novarre, il perdit temps aucuns jours, et puis tira vers Vigesve. Deux petites villes, qui sont auprès, envoyèrent vers luy pour le mettre dedans; mais il fut sagement conseillé de non les recueillir. Mais ceux de Pavie y envoyèrent par deux fois: là devoit-il entendre. Il se trouva en bataille devant ladite ville de Vigesve, où estoit l'armée du duc de Milan toute, et la conduisoient les enfans de Saint-Severin, que tant de fois ay nommés. La ville ne vaut point Saint-Martin de Cande, qui n'est riens: et y fus peu de temps après que le duc de Milan y estoit, et tous les chefs qui y estoient me monstrèrent les lieux où tous deux estoient en bataille, rasibus de la ville et dedans; et si le duc d'Orléans eust marché cent pas, ils passoient outre la rivière du Thesin, où ils avoient fait un grand pont sur bateaux, et estoient sur le bord: et vis deffaire un boulevart de terre qu'ils avoient fait, de l'autre part de la rivière, pour deffendre le passage; et vouloient habandonner ladite ville et chasteau, qui leur eust esté grand'perte. Et est le lieu du monde où le duc de Milan se tient le plus, et la plus belle demoure, pour chasses et voleries en toutes sortes, que je sçache en nul lieu.
   Il sembla par adventure à Monsieur d'Orléans qu'ils estoient en un lieu fort et qu'il avoit assez fait, et se retira en un lieu, appellé Trecas, dont le seigneur du lieu parla peu de jours après à moy, qui avoit charge du duc de Milan. Audit Trecas envoyèrent vers ledit duc d'Orléans des principaux de Milan pour le mettre dedans, et offrirent leurs enfans en ostage: et l'eussent fait aysément, car des hommes de grande auctorité estoient léans qui sçavoient cecy (mais l'ignoroye) et le m'ont conté, disant que le duc de Milan n'eust sçu trouver assez gens pour se laisser assiéger dedans le chasteau de Milan, et que nobles et peuple vouloient la destruction de cette maison de Sforce. Aussi m'a conté le duc d'Orléans, et ses gens, ces pratiques dont j'ay parlé; mais ne s'y fioient point bien, et avoient faute d'hommes qui les entendissent mieux qu'eux, et puis ses capitaines n'estoient point unis.
   A l'ost du duc de Milan se joignit quelque deux mil Allemans que le roi des Romains envoyoit et bien mil hommes à cheval, Allemans, qu'amenoit messire Frederic Capelare, natif de la comté de Ferrette, qui fit croistre le cœur à messire Galéas et aux autres: et allèrent auprès de Trecas présenter la bataille au duc d'Orléans, et ne luy fut point conseillé de combatre, combien que sa bende vallust mieux que l'autre: et peut estre que les capitaines ne vouloient hazarder cette compagnie, craignant que, s'ils la perdoient, que ce fust la perdition du roy dont ils ne sçavoient nouvelles, car les chemins estoient gardés. Et se retira toute cette compagnie dedans Novarre, donnant très mauvais ordre au fait de leurs vivres, tant à garder ceux qu'ils avoient que à en mettre dedans la ville, dont assez pouvoient recevoir à l'entour sans argent et dont depuis ils eurent grand'faute: et se logèrent leurs ennemys à demye lieue d'eux.


Précédent Table des matières Suivant