Robers de Clari

Istoire de ceus qui conquisent Constantinople


Précédent Table des matières Suivant
XXXIII 
   Adonc furent trestout li baron de l'ost mandé et li Venicien; et quant il furent tout assamblé, si se leva li Dux de Venice, si parla à eus: «Seigneur, fist li Dux, or avons nous raisnable acoison d'aler en Constantinople, se vous le louez; car nous avons le droit hoir.» Or y eut il aucuns qui ne s'acorderent mie à aler en Constantinople, ains disoient: «Ba! que ferons nous d'aler en Constantinople? Nous avons nostre pelerinage à faire, et aussi pourposement d'aler en Babilone ou en Alexandrie, et nostre navie ne nous doit suivre que un an, et ja est la moitié de l'année passée!» Et li autre disoient encontre: «Que ferons nous en Babilone ou en Alexandrie, quant nous n'avons viande ne avoir par quoi nous y puissions aler? Mieux nous vient il, ançois que nous y allons, que nous conquestons viande et avoir par raisnable acoison, que nous y aillons pour morir de faim. Adonc si porrons forfaire, et il nous offre à venir avec nous, et à tenir nostre navie et nostre estoire encore un an à son coust!»
   Et li marquis de Montferrat y metoit plus peine que nul qui y fust, d'aler en Constantinople, pour ce qu'il se vouloist vengier d'un meffait que li empereres de Constantinople, qui l'empire tenoit, li avoit fait. Or vous lairons ici ester de l'estoire; si vous dirons le mesfait dont li marquis haoit l'empereeur de Constantinople. Il avint que li marquis Caurras, ses freres, fu croisiés et qu'il ala outre mer, et mena deus galies, et s'en ala par Constantinople. Et quant il vint en Constantinople, si parla à l'empereeur, et li empereres le bienviegna et le salua. Or avoit en ce point uns haus hons de la cité assis l'empereeur en Constantinople, si que li empereres n'en osoit issir. Quant li marquis vit ce, si demanda comment c'estoit que cil l'avoit si faitement assis, ne ne s'osoit il mie combatre à lui; et li empereres respondi qu'il n'avoit mie bien le cuer de ses gens ne l'aiue; pour ce si ne se voloit mie combatre à li. Quant li marquis oï ce, si dist qu'il l'en aideroit, s'il voloit; et li empereres dist que ce voloit il et qu'il l'en sauroit molt bon gré. Adonc dist li marquis à l'empereeur, qu'il fesist mander tous ceus de la loy de Rome, tous les Latins de la ville, si les auroit en sa compaignie, et qu'il se combateroit à eus, et qu'il feroit l'avant garde; et li empereres presist toute sa gent avec lui, si le suivroit après. Si fist li empereres mander tous les Latins de la vile. Quant il furent tot venu, si commanda li empereres qu'il s'armassent tout, et quant il furent tout armé et li marquis eut faite toute sa gent armer, si prit tous ces Latins avec lui; si ordonna le mieus qu'il put sa bataille; et li empereres fu aussi tous armés et sa gent avec lui. Si ne fait mais el li marquis, si se met il à la voie par devant, et li empereres le suivi après. Si comme li marquis fu hors des portes à toute sa bataille, et li empereres va, se li fait il fermer la porte après. Si comme li Vernas, qui l'empereeur avoit assis, vit que li marquis venoit durement pour combatre à lui, si s'esmuet il, et il et sa gent, à venir encontre le marquis. Si comme il venoient, si ne fait mais el li Vernas, si se fiert il des esperons, si se met il devant toute sa gent bien la jetee d'un caillou, pour soi haster et pour ferir soi en la bataille le marquis. Quant li marquis le vit venir, si point il encontre lui, si le fiert il au premerain coup en l'œil, si l'abat il mort de ce coup; si fiert il à destre et à senestre, et il et sa gent, si en occient molt. Quant cil virent que leurs sires fu mors, si se commencerent à desconfire, si tornent il en fuies. Quant li empereres li traïtres, qui avoit fait les portes fermer après le marquis, vit que il fuioient, se ist il hors de la cité à toute sa gent, si acueut il à chasser ceus qui fuioient; si y gaaignierent molt, et li marquis et autre, et chevaus et autres choses assés. Ensi faitement venja li marquis l'empereeur de celui qu'il l'avoit assis. Quant il les eurent desconfis, si s'en revinrent arriere en Constantinople et li empereres et li marquis. Quant il furent revenu et il se furent desarmé, si mercia molt durement li empereres le marquis de ce qu'il l'avoit si bien vengié de ce sien anemi, tant que li marquis li demanda pour coi il avoit fait les portes fermer après lui: «Ba! ensi est ore!» fist li empereres. «Or, de par Dieu!» fist li marquis. Et ne demora gaires après que li empereres et si traïteur pourparlerent une grant traïson, que il voloit faire le marquis destruire; tant que uns hons d'aage qui le sut, si en eut pitié du marquis, si vint avant au marquis tot belement, se li dist: «Sire, pour Dieu, alés vous en de ceste vile, car se vous y demourés tier jour, li empereres et si traïteur ont pourparlee une grant traïson qu'il vous prendront, si vous feront destruire.» Quant li marquis oï ces nouvelles, si ne fu mie à aise. Si vient il la nuit mesme, si fait il atorner ses galies, si se met en mer, ainçois qu'il fust jours, si s'en va il; ainc ne cessa, si vint à Sur. Or i estoit avenu, par devant ce que la tere fust perdue, que li rois de Jherusalem fu mors, que li roiaumes de Jherusalem estoit tous perdus et que il n'i avoit mais vile qui se tenist, fors Sur et Escaloune. Si avoit li rois qui mors fu deus sereurs mariees: si avoit uns chevaliers, mesire Guis de Lusignan en Poitou, l'ainsnee à cui li roiaumes estoit eschus, et mesires Hainfrois de Touron avoit la mainsnee. Si s'assemblerent un jor tout li haut baron de la tere et li cuens de Tripe et li Temples et li Hospitaus en Jherusalem, au Temple, et disent entr'eus qu'il departesissent monseigneur Guion de sa femme, pour ce que li roiaumes estoit eschus à sa femme, et qu'il li donnassent autre baron qui fust plus soufisans à estre rois que messire Guis n'estoit, et il si fisent. Il les departirent, et quant on les eut departis, si ne se purent onques acorder à qui il la mariassent, tant qu'il se misent sur la roine du tout, qui avoit esté femme monseigneur Guion. Se li ballierent la corone, et ele la donnast à cui que ele vousist qui rois fust. Tant qu'il se rassamblerent un autre jor tout li baron et li Temple et li Hospitaus, et se y fu li cuens de Tripe, qui estoit li mieudres chevaliers du roiaume, qui cuidoit que la dame li donnast la corone, et si i fu mesires Guis, qui avoit eu la roine à femme. Quant il se furent tout assamblé, et la dame tint la corone, si esgarda amont et aval; si i voit ele celui qui avoit esté ses barons, si va ele avant, se li met ele au chief. Ensi si fu mesires Guis rois. Quant li cuens de Tripe vit ce, si en fu si dolens qu'il s'en ala en son païs, à Tripe, par mautalent.

Précédent Table des matières Suivant