Robers de Clari

Istoire de ceus qui conquisent Constantinople


Précédent Table des matières Suivant
XIV 
   Li Venicien et li pelerin cinglèrent tant qu'il vinrent à Jadres la nuit de la feste Saint Martin. Cil de la ville de Jadres, quant il virent ces nefs et ces grans estoires venir, si eurent molt grant peur; si fisent les portes de la ville fermer et si s'armerent au mieux qu'il peurent, comme pour eus defendre. Quant il furent armé, li Dux parla à tous les haus hommes de l'ost, si leur dist: «Seigneur, ceste ville a molt meffait à moi et à ma gent; je m'en vengeroie volentiers. Si vous pri que vous me soiez en aide.» Et li baron et li haut homme li respondirent que il li aideroient volentiers.
   Or savoient il bien cil de Jadres que cil de Venice les haioient. Si avoient pourchacié unes lettres de Rome, que trestout cil qui les guerroieroient ou qui leur feroient nul domage, qu'il fussent escommunié. Si envoièrent ces lettres par bons messages au Duc et aus pelerins qui illueques estoient arrivé. Quant li message vinrent à l'ost, si lut on les lettres devant le Duc et devant les pelerins. Quant les lettres furent lues et li Dux les eut entendues, il dist qu'il ne lairoit mie pour l'escommuniement l'Apostole qu'il ne se vengeast de ceus de la ville. A tant s'en alerent li message.
   Li Dux parla autre fois aus barons, si leur dist: «Seigneur, sachiez que je ne lairoie à nul fuer que je ne me vengeasse d'eus, ne pour l'Apostole!» Et pria les barons qu'il lui aidassent. Li baron respondirent qu'il li aideroient volentiers fors seulement li cuens Simon de Montfort et messire Enguerrans de Boves. Cul disent qu'il n'iroient mie contre le commandement l'Apostole, ne qu'il ne voloient mie estre escommunié; si s'atornerent, si alerent en Hongrie sejourner tout l'yver.
   Quant li Dux vit que li baron li aideroient, si fit drecier ses engins à assaillir la ville; tant que cil de la ville virent qu'il ne povoient avoir durée, si vinrent à merci, si leur rendirent la ville. Adonc si entrerent li pelerin et li Venicien; si parti on la ville en deus moitiés, si que li pelerin en eurent l'une moitié et li Venicien l'autre.

Précédent Table des matières Suivant