Robers de Clari

Istoire de ceus qui conquisent Constantinople


Précédent Table des matières Suivant
XI 
   Quant li Dux de Venice vit que tout li pelerin furent venu, si manda tous ceus de sa terre de Venice. Et quant il furent tout venu, si commanda li dux que la moitié d'entre eus s'atornassent et apareillassent à aler en l'estoire avec les pelerins. Quant li Venicien oïrent ce, si s'esjoïrent li un; li autre disent qu'il n'y povoient aler; ne ne se povoient acorder ensamble comment la moitié d'eus y peust aler. Et tant qu'il fisent un sort, que il faisoient dui et dui ensamble deux noiaus de cire, si metoient en l'un un brevet, et venoient au prestre, si li donoient; et li prestre les prinseignoit, et donoit à chascun des deus Veniciens un de ces noiaus, et cil qui avoit le noiel au bref, si covenoit qu'il alast en l'estoire. Einsi se partirent.
   Si comme li pelerin se furent logié en l'isle Saint Nicolas, si ala li Dux de Venice et li Venicien parler à eus, et demanderent leur covenances de la navie qu'il avoient fait atirer. Et si leur dist li Dux qu'il avoient mal fait de ce qu'il avoient mandé par leur messages qu'il apareillassent navie à quatre mile chevaliers et à leur harnas, et à cent mile hommes à pié; et de ces quatre mile chevaliers n'y avoit il mie plus d'un millier, qu'il estoient alé aus autres pors, ne de ces cent mile hommes à pié n'y avoit mie plus de cinquante mile ou de soixante. «Donc nous voulons, fist li Dux, que vous nous paiez les convenances que on nous eut en convenant.»
   Quant li croisié oïrent ce, si parlerent ensamble; si esgarderent entre eus que chascuns chevaliers donroit quatre marcs, et chascuns chevaus quatre, et chascuns serjans à cheval deus marcs, et cil qui moins i donroit, si donroit un marc. Quant il eurent ces deniers cueillis, si les paierent aus Veniciens, si remesent encore cinquante mile marcs à paier.
   Quant li Dux et li Venicien virent que li pelerin ne leur avoient plus paié, si furent tout corecié, tant que li dux parla à eus.
   «Seigneur, fist il, vous nous avez mal baillis, car si tost comme vo message eurent fait convent à moi et à ma gent, commandai je par toute ma terre que nuls marchans n'alast marchander, ains aidast à apareiller ceste navie; et ils y ont puis tous jours atendu, ne n'y gagnierent rien passé à un an et demi. Ains y ont molt perdu. Et pour ce veulent mes hommes, et je aussi, que vous paiez les deniers que vous nous devez. Et se vous einsi nel faites, sachiez que vous ne vous movrez de ceste isle devant là que nous serons paié ne ne troverez qui vous port ne que boire ne que mengier.»
   Li Dux fu molt prudom, si ne laissa mie pour ce que on ne leur portast assez à boire et à mengier.

Précédent Table des matières Suivant