LES PREMIERS SEIGNEURS OSMONT


Duc de Normandie, né en 1027 et décédé le 9/9/1087 à Rouen, roi d’Angleterre de 1066 à 1087, Guillaume 1er revendique en 1066, la couronne d’Angleterre que lui a promise Edouard le Confesseur. Entraînant ses compagnons d’armes normands, il promet des terres en Angleterre à tous ceux qui le suivraient. Ils conquirent l’Angleterre sur le comte Harold II, (qui avait été fiancé à sa fille Agatha) qu’une assemblée tout à fait régulière avait fait roi d’Angleterre, défait et touché d’une flèche dans l’œil (et achevé par les combattants) à la bataille d’Hasting le 14 octobre 1066.

Il su organiser son royaume en constituant une noblesse militaire fortement hiérarchisée. C’est lui qui fit rédiger en 1085 le Domesday Book, « Livre du Jugement dernier » lequel est un recueil cadastral donnant la situation de toutes les terres anglaises - et même étrangères - à la fin du XI ème siècle.

Fils bâtard de Robert le Diable, duc de Normandie

et d’Arlette de Falaise, sa concubine - officer of the Household -

Mais il y aura également une fille, Adélaïde de Normandie, comtesse d’Aumale et Ponthieu, qui épousera vers 1060 Eudes de Champagnes et Troyes.

A vérifier....

Certains auteurs citent également Alice, 1030-1082

x Enguerrand II de Ponthieu 1033-1053

xx Lambert Ier de Boulogne

Arlette de Falaise était fille d’un tanneur fourrier, bourgeois de Falaise.

Par son mariage avec Herluin de Conteville, dont elle aura de nombreux enfants, elle entourera son premier né Guillaume, de demi frères et soeurs, tout dévoués et Guillaume leur donnera honneur et richesse, cela, l’Histoire nous l’apprendra.

Arlette, comme son nom l’indique, était issue de Falaise, mais ....

Un article paru le 3/7/1927 dans un journal de Charleroi explique que près de Dinant en Belgique, il y a un petit village nommé Falaize. Que de ce village, Arlette Sohier, fille de Herbert Sohier, tanneur à Huy mais issu de Florennes, a émigré en France et a épousé Robert II dit le Diable...........

Guillaume dit le Bâtard épouse vers 1055, Mathilde de Flandre, née en 1032, décédée le 2/1/ 1083 à Caen, fille de Baudouin comte de Flandre dit Baudouin V le Pieux, 1012-1067 et d’Adélaïde Capet, comtesse de Corbie, épousée en 1028, décédée en 1079, fille de Robert de France et Constance d’Arles.

Mathilde de Flandre est la sœur de Baudouin VI 1030-1098, comte de Flandre qui avait épousé Richilde, comtesse de Hainaut 1027-1084, dont Baudouin II de Hainaut dit Baudouin de Jérusalem qui épouse en 1084, Ida de Louvain décédée en 1107 dont a) Arnulf Ier b) Richilde c) Alcidis d) Baudouin III 1087-1170 ..... (Voir chapitre sur Malgaire)

Guillaume et Mathilde, pour se faire pardonner leur aventure par le pape -il ne faut pas oublier que Guillaume avait enlevé sa future épouse- ont fait ériger les deux abbayes (hommes et femmes) de Caen.

Comme enfants ils auront:

1. Robert Courteheuse, duc de Normandie 1054-1134 au château de Cardiff

x Sybille de Conversano

2. Adelizia of St Leger 1055, décédée avant 1066

3. Cecila, née en 1056, entre à l’abbaye de Caen le 18/6/1066, abbesse en 1112 et décédée le

30/7/1125

4. Richard 1058-1081, entre dans les Ordres à Caen en 1066

(Ces abbayes, d’hommes et de femmes, situées à Caen, avaient été érigées par

Guillaume et Mathilde lesquels devaient se faire pardonner leur mariage refusé par le pape,

Guillaume avait bel et bien enlevé Mathilde........)

5. Guillaume II le Roux, né en 1060 et décédé près de Lyndhurst, Hampshire, en 1120, roi

d’Angleterre de 1087 à 1120.

6. Constance née en 1061, épouse Alain IV Fergent, de Cornouailles, duc de Bretagne et comte

de Rennes. Elle décèdera le 13/8/1094, empoisonnée.

7. Mathilde 1062-1112

8. Adèle 1062-8/3/1137, qui épousera Etienne Henri (Stephen) comte de Blois, Chartres et

Meaux en 1084

9. Agatha 1064-1080, fiancée d’Harold II

10.Henri Ier Beauclerc, né en septembre1068 à Selby, Yorkshire, Angleterre, décédé le

1/12/1135 à St Denis le Ferment dans l’Eure, duc de Normandie puis roi d’Angleterre.

Il aura plusieurs épouses ou concubines, quelques enfants:

a. Edith N., dont Maud

b. Sybille Corbet, (relation)

dont - Renaud des Cornouailles 1100-1175

c. Amicie de Guader

d. Mathilde d’Ecosse, le 6/8/1100 à Londres, née en 1080 + 1118

dont : - Mathilde 1102-1167 alias Ste Mathilde, reine d’Angleterre

- Guillaume Adelin 1102-1120

e. Adeline de Brabant, le 29/1/1122, née vers 1104, décédée en 1151

f. N.N. dont: - Robert 1090-1147

- Mathilde ca 1103

- Constance

- Sybille, décédée en 1122

- Alice de Normandie

11. - Gundrade ca 1053-1085, dont on ignore qui elle est vraiment, à son décès elle est dite

épouse de William de Warren..... décédée à St Jean d’Acre, elle avait bien épousé Guillaume

1er de Varennes, seigneur de Surry.

Toutefois, dans un acte relevé au Vieux Sarum Guillaume le Conquérant parle de Gundrade

sous le terme « ma fille...... »

Pour certains auteurs, Agatha et Mathilde seraient la même personne........

Guillaume avait également une fille illégitime: Aline d’Angleterre qui épouse de Mathieu Ier de Montmorency.

(A retrouver dans la généalogie Montmorency)

Ce petit tour généalogique pour essayer de retrouver Osmont, né à Sées, chef lieu de l’Orne, fils d’un comte de Sées, très probablement Centvilles. Il apparaît à la bataille d’Hasting en 1066, et son nom se trouve sur une stèle de l’abbaye de la Bataille, archevêque de Salisbury et dit neveu de Guillaume le Conquérant.

Chancelier de Guillaume, nommé comte de Dorset, mais il n’est pas certain que ce titre lui appartienne, car dans le Domesday Book il apparaît que des Osmond possédaient Derbyshire, Somerset, Leicestershire et Nottingham.

Osmond, neveu de Guillaume le Conquérant et, d’après certains auteurs son chapelain, sera chancelier du royaume de 1072 à 1078, évêque de Sées en 1078. Il termine la cathédrale de Wiltshire en 1092, consacrée le 5/4/1092. Il forme des missionnaires et fonde une école de clergé tout en réorganisant les rites catholiques, il organise également des chapitres et crée la liturgie du Vieux Sarum, « Register of St Osmund », collection de documents avec ordre chronologique des offices, ainsi que des chartes et tout ce qui avait un rapport avec son évêché de Sarum, construction excessivement bien défendue et à la limite, inaccessible, relevant plus d’une forteresse que d’un simple évêché. Son diocèse comprenait les comtés de Dorsetshire, Wiltshire,et Berkshire. Les vieux évêchés de Sherborne et Ramsbury furent ajoutés. Pas moins de 32 chanoines bourrés de talents à ses ordres, même en musique ! Seuls deux d’entre eux résidaient à Sarum, les autres étant disséminés sur tout le territoire. Il avait rassemblé une bonne librairie pour ses chanoines, traduisant et reliant lui-même des livres à l’occasion.

Cette refonte de la liturgie, suivie par tous, régulations d’offices, messes, calendriers, gagna l’ensemble de l’Angleterre, le pays de Galles, l’Irlande et l’Ecosse et l’ordinal restera en usage jusqu’au schisme.

Il sera l’un des commissaires en chef chargés de l’élaboration du Domesday Book commandé par Guillaume, ce livre étant un relevé de toutes les possessions des chevaliers normands en Angleterre, mais aussi dans d’autres pays. On peut y retrouver et reconstituer ainsi bien des généalogies. Osmond était présent lors de la réunion durant laquelle le Domesday Book fut accepté par les grands propriétaires qui, à cette occasion, jurèrent fidélité à Guillaume devenu leur souverain : « Freemans conquest  » .

Décédé la nuit du 3/12/1099, d’abord inhumé au Vieux Sarum, puis en juillet 1457, au nouveau Salisbury, dans un tombeau somptueux, actuellement dans la sainte chapelle avec la simple mention « MXCIV »

En 1228 déjà, l’évêque de Sarum et ses chanoines demandèrent à Grégoire IX une canonisation, mais ce ne sera que 1er janvier 1457 qu’il sera béatifié sous le nom d’Osmont par Callistus III.

En 1472, une indulgence spéciale a été promise par Sixtus IV pour une visite à la cathédrale ou se trouvait son cercueil. Commémoré le 4 décembre.

Guillaume de Malmesbury dira d’Osmont « qu’il était si éminent dans la chasteté, strict et sévère pour les autres mais plus encore pour lui, libéré d’ambition, il n’avait pas l’impudence de gâcher son intégrité ni d’ambitionner la fortune d’autrui ».

NB. Merci à Jean Pierre Osmont pour m’avoir fait connaître le Domesday Book.

Osmond de Centvilles

Bathel Basset né vers 870 à Ouilly-Basset, duc des Normands en pays de Loire, 895-905, dont la

famille est dite originaire de Ouilly le Basset qu’elle acquit, ainsi que Normanville en 912.

Epouse inconnue.

Entre autres fils il aura:

Norman qui épouse N.N.

dont sont issus:

- N. de Cenvilles x William Réviers, ( Redvers) dont Richard Réviers, et Baudouin Réviers

Richard sera vicomte de Devonshire, né vers 1060

- Osmond de Centvilles dit Basset, vicomte du Vernon vivait en 950, gouverneur de Richard de

Normandie. Il épouse N. nièce de la duchesse Gonnor,

dont:

a) plusieurs filles non connues

b) N. de Centvilles x Adèle Réviers fille de Richard Réviers

c) Fulco de Alneio I, cité aussi Aneto, Anet et Aulnay, né en 1005 à Ouilly Basset

x N.N. en 1042

dont:

1. Fouque d’Alnet ou Aulnay II, ancêtre de la maison de Dawnays

Le nom d’Alneto apparaît sur le charte de fondation de l’abbaye d’Aumale en 1115.

Hugo de Alneto paraît sur la charte de la fondation de l’abbaye de Jumièges en 1138

Simon de Alneto et Joscelinus de Alneto apparaissent en 1172.

Waltérius de Alneto, au début du 13ème siècle.

Ce Fouques d’Aulnay est très souvent confondu avec Fouques d’Aunou dont l’origine est

Aunou-le-Faucon, arrondissement d’Argentan et dont le père ne serait autre que Baldric le

Teuton dont une des filles, Gonnor, épousera Gilbert Crispin.

2. Osmond Basset apparaît dans la Grande Charte du duc Robert II de Montivillier. On lui

attribue de nombreux enfants. Il accompagne Guillaume le Conquérant en Angleterre.

Epouse inconnue, mais on lui attribue au moins 6 fils:

a) Hugh Fitz Osmond qui était à la capitulation de Hampshire en 1086, il apparaît également

sur une charte de l’abbaye de Jumièges en 1138

b) Anchetil Fitz Osmond, lord of Cosham paraît à la même période en Palestine en 1096 et

apparaît en 1110 sous le nom de Anchetil Palmarius at Winchester in Hampshire, il sera la

base de la famille Palmer.

c) Thurston Basset participe à la prise de Drayton en Staffordshire en1086

Né vers 1050 à Ouilly Basset, il se marie en 1075 à Drayton Basset et toute une famille Basset

s’implantera en ce lieu. (Angleterre)

d) Raoul Basset qui apparaît comme un homme de justice, et mourut en un âge avancé en 1120

e) Albert d’Ouilly

f) William Basset, bénédictin à Suffolk, sans plus de données.

3. Robert d’Ouilly qui accompagne également Guillaume le Conquérant avait épousé Algitha,

fille unique et héritière du très riche et important Wigod de Wallingford dont il avait ainsi

récupéré les titres, les armes et la plus importante fortune d’Angleterre.

C’est lui qui construira le château d’Oxford.

dont une fille:

- Matilda, héritière de Wallingford x très jeune, en 1084, Milo Crispin qui sera parfois cité

comme Milo Wallingford et désigné comme son-in-law de Robert d’Ouilli.

Pas d’héritier de cette union, mais deux enfants naturels, Hugh et Cécilia.

Milo Crispin sera le seul, avec Osmond, bishop of Sarum, à être autorisé à la table de

Guillaume le Conquérant.....

En secondes noces, Robert d’Ouilly épousera la « belle Edith Forne, maîtresse d’Henri

Ier... ».

4. William de Lisors, « Willelmi de Linsorens » ancêtre de la maison de Lisors.

« Toute cette famille possédait de larges domaines en Oxfordshire encore agrandis par Milo

Crispin » dit un auteur....

Le rapport entre ces deux familles se trouve peut-être dans le fait que Gilbert Crispin Ier épouse Gonnor fille de Baldric le Teuton, descendant de Richard Ier de Normandie par sa mère, et qu’un Osmond de Centvilles épousera la nièce de Gonnor.

Mais nous avons vu que Milo Crispin x Matilda, fille héritière de Robert d’Ouillly .....et de Milo

Wallingford.....

Pour cerner un peu l’histoire de ces familles qui, suivant Guillaume le Conquérant, s’enrichissent et font des alliances importantes, voyons Gonnor de Crépon, 936-1031, maîtresse de Richard Ier de Normandie puis par son mariage, duchesse de Normandie (ce même Richard dont le percepteur fut Osmond, lequel épousera une nièce de Gonnor)

Elles est dite fille de Herbastus, sire de Crépon, né vers 916, forester of Argues, lui même fils de

Herbastus the Dane (le danois)

Gonnor avait plusieurs soeurs:

- Wéwia, laquelle épouse Osbern de Bolbec

- Avelina (Duvelina) épouse Turulf de Pont Audemer, oncle du premier Harcourt.

- Senfrie (Sainfrie- Seinfreda) épouse of the forester from the area of St Vaast d’Equiqueville, dont au moins une fille, Joscelina qui épouse Hugh de Montgomery.

- Herfast, dans laquelle certains auteurs d’outre mer veulent voir Herlève, Arlette de Falaise,

concubine de Robert le Diable, origines occultées, je ne sais plus pour quelles raisons....

Pour certains auteurs aussi, Gunnor serait fille de Harold Blaatand de Danemark et son épouse

Gunild.

Une nièce de Gonnor épouse Nicholas de Bracqueville

Une seconde épouse Richard, vicomte de Rouen

Les autres sont pratiquement inconnues, sauf celle qui épouse Osmund de Centumvillis, vicomte of Vernon

Osmond, compatriote de Guillaume le Conquérant recevra les armes suivantes:

«  écartelé de gueules, au vol d’hermine et d’argent, à trois fasces d’azur »

(Grand Armorial de France tome 5 page 193)

Il ne faut pas oublier que les hermines sont en rapport avec la « royauté » des ducs de Normandie, comme les fleurs de lys le sont avec celle des rois de France.

Mais il est dit aussi, et ce, pour la génération précédente :

Le duc de Normandie donne ce (même) blason à son :

« gouverneur Osmond qui l’avait enlevé aux vengeances de Louis d’Outremer »

Cet Osmond de Centvilles était percepteur du jeune Richard Ier.

« Osmund, précepteur de Richard Ier, l’accompagne dans sa résidence forcée de Laon (fin 943) et

réussit à l’en faire évader fin de l’an 944 »

Si l’on examine les châteaux de l’Orne, on y relèvera que le château de La Roque, devenu La

Roque-Baignard en 1510, car acquit à cette époque par cette famille, avait été reconstruit au XIV ème siècle par Jean Osmont dit le Vieux et Jehan Osmont dit Taupin.

Sur un portique du château, on relève un écu surmonté d’un lambrequin :

« écartelé au 1 à une fasce chargée de trois fers à cheval, accompagné de trois étoiles 1 et 2. Au 2, un chevron, au 3, 3 merlettes, au 4, une fasce »

Sur le tout un sautoir qui est Labbey. Support deux lévriers.

Castel primitif remplacé par le chevalier Henry d’Aigneaux, construction qui disparaît à la guerre de cent ans. Reconstruit donc par les Osmont. Il appartient ensuite à la famille Baignard dont Catherine Baignard qui épousera Jehan Labbey en 1530, sieur d’Héroussard, lequel descendait de Colin Labbey, écuyer de Duguesclin (sa femme, Isabelle de Victot).

Mais à l’époque de Guillaume le Conquérant, ce château appartenait aux seigneurs Hamon, (Hamo), ainsi que Crèvecoeur: on dit qu’ils possédèrent Glamorgan (possession anglaise) Mais Glamorgan fut aussi possession, et à la même époque, de Aymont !

Donc quatre versions patronymiques paraissent sur les mêmes lieux et à la même époque:

Aumont - Aymon - Hamon - Osmond . (voir Les quatre fils Aymond)

Origine du blason Aumont: « d’azur au chevron d’or, accompagné de trois merlettes, 2 et 1 »

Origine du blason Aymon : « de sable semé d’étoiles d’or, au lion de même, passé de gueules

brochant »

Origine du blason Osmond: « écartelé de gueules au vol d’hermines et d’argent, à trois fasces

d’azur »

mais aussi: « d’argent au lion de sable armé, lampassé et couronné d’or »

Or ce blason est exactement le même que celui des comtes du Hainaut lorsqu‘ils héritent en su du

comté de Flandre! Précédemment leur blason était simplement : « d‘or à trois chevrons de sable » 

(voir Malgaire)

Origine du blason Hamon :

« d’or et d’azur au chevron de gueules, brochant sur le tout »

Il existe quatre blasons Hamon sur l’armorial breton, nous y reviendrons.

Le château de Falaise, appartenant à Guillaume le Bâtard était tenu en 1042 par le vicomte

d’Hiémois, Turtin Goz en rébellion et qui en fut délogé.....

Guillaume le Bâtard, dit le Conquérant résidait, quant à lui, au château de Bonneville sur Touques, qui était plutôt une forteresse à cette époque, et qui sera souvent occupé par ses enfants et petit-enfants.

Tandis que la famille Aumont passera par le château de Fervaques et une autre branche Aumont

héritera du château de Crèvecoeur par Françoise de Ferrières épouse de Ferry d’Aumont, qui

héritera de son frère, lequel avait épousé une Basset, qui lui apporta le château, puis à sa fille Anne d’Aumont qui épousera Claude de Montmorency, et leurs héritiers le conserveront

jusqu’à le Révolution.

Sans oublier le château de Victot, acheté cette fois par Pierre Aumont en 1798, famille qui se fera

une réputation dans l’élevage des chevaux. Encore propriétaires actuellement.

Leur blason est :

« d’azur à trois heaumes d’argent, deux et un, les deux en chef affrontés » 

(Voir chapitre Aumont)

Sans oublier le château de Fervaques sous Lisieux, qui appartenait à la famille Hautemer, dont Jean, qui épousera en 1537, Anne de la Baume Montrével, fille de Marc de la Baume, descendante d’Ambroise de Loré, compagnon de Jeanne d’Arc. Elle était veuve de Pierre d’Aumont dit le Vieux, épousé en 1516 et dont elle n’eut pas d’enfants. Le maréchal de Fervaques, alias Guillaume de Hautemer, son beau-frère, sera gouverneur de Normandie, duc et pair de France. Le château passera ensuite aux Montmorency Laval déjà implantés dans la région.

Trois filles, dont, probablement, Catherine de Hautemer qui épousera le 3/6/1571, Charles Osmont, fils de Jean Osmont Ier, seigneur de Malicorne et de Catherine de Sabrevois.

Ce blason Osmont sera:

« de gueules à deux ailes d’argent jointes par le bas et semées de mouchetures d’hermines »

De Conteville

Jean de Conteville est né en 969 à Conteville et épouse N.N. en Normandie. Les divers auteurs le prétendent issu de Baudouin II de Blois et N. Meulan.

Dans le Domesday Book, on peut lire: « Jean de Tonsburgh, comwyn, fils de Baudouin Carolingien de Neustrie. »

dont:

- Oda de Conteville qui épouse Waléran, (Galérand III ?) comte de Meulan, 1000-1069

- Herluin de Conteville, vicomte de Conteville (aussi donné comme Herluin de Burgh), officier de la maison du roi, ca 1001-ca 1066

x Fredescendis dont:

- Jean de Conteville, décédé en 1029

- Ranulf de Conteville, né en 1029, Ralph, Radulfus, qui était dit demi frère adoptif du roi Guillaume, à qui il fut donné un territoire situé dans le vieux « Cent of Bimastane » dans le pays d’Allerton, ce qui représentait une centaine de terres.

Il fut le premier d’une longue lignée de Conteville qui furent « lord d’Allerton » pendant 300 ans.

Ce nom se termine en 1348 par Richard, décédé sans descendants mâles.

Le Domesday dit que « Ralph fut présenté au roi Guillaume grâce au mariage de son père avec

Arlette  qui était aussi sa mère »

L’un de ses descendants, Adam de Conteville est cité comme lord of Alwareton et possédait le

manoir de Strington par son mariage avec Amélia de Strington, fille de Ranulfe.

Il en eut William et Hugues. William prit le nom définitif de Dodington.

xx Arlette de Falaise après 1035, 1003-1050 (concubine de Robert Ier de Normandie) fille de Fulbert, bourgeois de Falaise, et Doda, et inhumée à Grestain 27

dont:

1.Emma de Conteville, née ca 1029 x Richard de Goz ou d’Avranches, vicomte d’Eu, 1024-

1094

dont elle aura:

- Hughes d’Avranches

- Thurstan II le Goz ?

- Maud d’Avranches

- Judith d’Avranches

- Isabelle d’Avranches

- Hélisinde d’Avranches

2.Robert de Conteville (de Burgh) sera connu sous le nom de Robert de Mortaigne, earl of

Cornwall Moreton, baron de Shrensbury, né en 1031, décédé le 8/12/1090 et inhumé à Grestain

en Eure.

En premières noces il aurait épousé Almodis

En 2èmes noces il aurait épousé Maud ou Mathilde de Montgomery, née après 1039 et

décédée en 1085, fille de Roger et Mabel Talvas.

Ils auront:

- Emme of Cornwall ca 1058-1080

- Agnès of Cornwall ca 1060

- Denise of Cornwall ca 1070

3.Odon de Conteville, alias Eudes de Contevilles, comte de Kent, né en 1035, décédé à Palerme en 1096, frère utérin de Guillaume le Conquérant dit le Bâtard. Evêque de Bayeux en 1049 à l’âge de 14 ans, il équipe une centaine de navires pour participer à la conquête de l’Angleterre en 1066. Il gouvernera d’ailleurs les provinces conquises en l’absence de Guillaume le Conquérant. Il se livrera à de fastueuses prodigalités, chargeant le peuple d’impôts, se fera donner 253 fiefs, outre le château de Douvres et le comté de Kent. Il concevra même l’idée de devenir pape et dans cette optique se livrera à tant de concussions afin d’acheter les suffrages, qu’il fut jeté en prison. Remis en liberté en 1087, il soutient Robert de Courteheuse contre Guillaume II le Roux, fut dépouillé de tous ses biens d’outre manche et partit avec Robert de Courteheuse pour la première Croisade mais décédera en chemin.

Il avait épousé (ou concubine) Maud de Montgomery ci dessus citée comme étant l’épouse de son frère Robert.

Un fils: Jean de Bayeux, né en 1065, décédé en 1131, épouse inconnue, mais un fils:

- Robert de Conteville, seigneur de la Rivière, ca 1090,

x Mathilde du Hommet, dont lignée avec leur fils

- Richard Ier du Hommet, ca 1115-1180 x Agnès de Say, née vers 1110

4.Isabelle de Conteville

x Henri de Centvilles, comte de Sées, dont: Bishop of Salisbury, soit:

- Osmond qui paraît à la bataille d’Hasting en tant que neveu de Guillaume le Conquérant et

qui recevra les mêmes armes et blasons qu’Osmond de Centville, percepteur de Richard Ier

Toutefois, d’après la charte 373 de Sarum, Isabelle est la fille d’Arlette de Falaise et de Robert le Diable, duc de Normandie et non de Herluin de Conteville.

(elle est donc la soeur de Guillaume le Conquérant)

5.Matilde de Conteville, née vers 1039, x Lambert Ier de Leusi

6.Muriel de Conteville, née vers 1041, x Eudo (Yon) de Capello

Egalement (?) Muriel ou Matilde épouse William, seigneur de la Ferté Macé.

On retrouvera plus tard, Conteville, domaine de la famille de Conteville, dans la succession des descendants de Gilbert Crispin. Ce qui fait dire à certains auteurs qu’Arlette Falaise et Gilbert Crispin auraient uni - sur le tard - leurs destinées... on la disait très belle....

Sachant qu’Odon de Conteville s’est vu privé de tous ses biens on peut, à juste titre, penser que les dits biens ont été redistribués par Guillaume. Conteville étant attribué à Gilbert Crispin, une partie de sa famille demeurant toujours en Normandie, contrairement aux Conteville bien établis en Angleterre. Robert Malet donnera Conteville à l’abbaye du Bec. Il est l’époux de Hésilia, fille de William Crispin, lui-même fils de Gilbert Crispin.....

Au sujet des Crispin, d’ailleurs, il semble que Crispinus, baron du Bec, était fils de Crispina, fille de Rollon, laquelle avait épousé Grimaldus prince de Monaco.

Il épousera Héloïse de Guynes & Boulogne, dont il aura 5 fils:

- Rollo

- Gilbert Crispin, baron du Bec, dont William, Gilbert et Milo, tous à Hasting

etc ...etc...

Divers auteurs, recherchant une explication aux patronymes, voient en Osmont, une origine viking: Asmundr, « celui qui est sous la protection des dieux »

Protection -mund et divinité païenne âs -

On sait aussi que Ormont est dit pour rouge, toujours en base Viking ....et il y a des Ormond encore à ce jour en Angleterre, certains sont passés en Australie.....

D’autres veulent voir ce patronyme issu de Omonville, le Mesnil-Aumont, (Mansus Osmundi) alors que ce sont ces localités qui ont pris le nom de leurs seigneurs. (voir chapitre Aumont)

Ainsi, d’après Jean Renaud, « Les Vikings et la Normandie » Aumond, Esmond, Osmund, Osmond, Osmont, Omont, Ossemont, viendraient du norrois (scandinave) Asmundr. Mais il reconnaît que dans beaucoup de cas, il est très difficile de préciser si l’origine est franque ou scandinave. L’auteur s’en réfère surtout aux lieux où sont répartis ces patronymes.

Il ajoute, je cite : « que l’anthropologie et l’anthroponymie ne permettent pas de faire ressortir de façon probante l’élément nordique dans la population normande moderne, mais leurs données en recoupent d’autres, historiques, linguistiques et toponymiques »

Du côté de Falaise, en Orne, pays de Guillaume le Conquérant et des Osmont nous trouvons beaucoup de lieux Aumont issus du vieux norrois Asmundr, anglo-scandinave Osmund:

- Le Champ-Aumont lieu dit du Mesnil de Briouze, canton de Briouze.

- L’ Aumonderie, lieu dit de Lignou de Briouze

- Le Bois-Aumont, hameau de Montgaroult, canton d’Ecouché

- L’Agneau-Aumont, lieu dit de La Fresnaye au Sauvage

- Le Pré-Osmont idem, La Fresnaye

- Le Champ-Aumont lieu dit de la Fôret Auvray, lieu dit de La Fresnaye

- L’Aumont, Camp à Magny le Désert, canton de La Ferté Macé

- Le Pré-Aumont, champ à Magny le Désert

- Le Champ-Aumont, champ à Magny le Désert.

 

Reste à prouver l’existence des patronymes qui nous intéressent dans la saga Aumont, avant l’invasion des Vikings. Car les patronymes su cités font, ni plus ni moins partie de la trentaine de variantes trouvées pour le patronyme de départ, bien français celui-là, Aumont.

Pour rappel, Rollon, chef viking reçoit du roi de France, en 911, les territoires comprenant l’ouest du Cotentin et l’Avranchain, en contrepartie de l’arrêt de ses raids à l’intérieur du pays. Sous le règne de son fils, Guillaume Longue Epée, et à partir de 933, les vikings vont désormais coloniser le territoire ainsi acquit. Surtout le Cotentin, le pays de Caux et la Basse Seine. Dans ces territoires, nous trouvons successivement Omonville-la-Rogue, pas loin de Omonville-le-Petite. Pour rester dans ce secteur, en 1420 il y avait un lieu-dit Aumont à Prétot-Vicquemare, Omonville (s) et St Martin Omonville (s) en Caux. En 27 nous avons Omonville, près Le Neubourg et enfin, dans l’arrière-pays, Mesnil-Aumont, Mansus Osmundis, toutefois, pour ce dernier lieu, nous savons déjà que le Mesnil-Aumont existait bien avant l’an mil, et qu’une Aumont en revendiquera la propriété bien plus tard. Un autre fief Mesnil-Aumont est situé à Barbery, canton de Bretteville sur Laize. Robert de la Rivière était seigneur de Mesnil-Omont (Aumont?) en 1357. Nous trouvons également deux Osmontville, Ste Marie Laumont (Sancta Maria Osmundi, qui semble-t-il n’existe plus....

Puis Omont, dans les Ardennes, alors que les Vikings n’ont jamais dépassé Paris.....

Le seul moyen de sortir de ce dilemme est d’étudier tous ces lieux, car nous avons vu également pour ceux déjà étudiés, que les graphies en changent de nombreuses fois avant d’en arriver à un choix définitif.

Plusieurs sources peuvent ainsi être données pour le départ d’une lignée Osmont (d)

1. Osmont Basset - Centville Cette famille reçoit le blason au vol d’hermines des mains de

Richard Ier duc de Normandie vers 950

2. Osmont issus de Aumont

3. Osmont découlant du prénom Asmund (béni des dieux) mis à la mode lors la conquête de la

Bretagne par Rollon, prénom scandinave.

Les Osmont de branches anglaises sont pratiquement éteintes, sauf Ormond, et nous y reviendrons, tandis que les branches françaises, bien plus nombreuses, se sont appauvries par les partages égaux entre les enfants, seules survivront en noblesse les lignées ayant appliqué l’ancienne loi romaine de primogéniture.

Famille d’Osmont

Blason:

Parti « d’argent au lion de sable, armé, lampassé et couronné d’or, et de gueule au vol d’hermines”

Osmont: ce nom et ces armes figurent à la salle des Croisades du Palais de Versailles.

Cette maison, qui aurait donné Jean d’Osmond, chevalier croisé en 1096 et 1290.

Il faudra bien subdiviser ces familles Osmont d’après leurs blasons:

Souche I

1. Osmond à la Croisade, (salle des Croisades du palais de Versailles)

  parti: « d’argent au lion de gueules »

Note: Ce lion de paraît plus dans aucun blason Osmond, mais il est présent dans tous les

blasons Aymont précédant cette époque et dans les générations successives.

2. Osmont sieur de La Fresnaye

« de gueules au vol d’hermines »

« de gueules au vol renversé d’hermines »

3. Osmond de Thuit Signol et Bosc Guérard, seigneurs de Creuilly, Beuvilliers, Malicorne,

Aubry le Panthou, élection de Lions, maintenu le 14/7/1667

«  de gueules à un vol d’argent semé de mouchetures d’hermines »

4. Osmont du Manoir, de la Rochelle, de Feuteville, maintenu noble en 1667 sur preuves de 1495

Ecartelé « de gueules au vol d’hermines et d’argent à trois fasces d’or »

Devise: Nihil Obstat, pas ou aucun obstacle

5.Osmont de Malicorne

« de gueules à deux ailes d’argent jointes par le bas et semées de mouchetures d’hermines »

6. Osmont, sieur de Berville, généralité de Rouen.

« d’argent, au chevron de sable, chargé au sommet d’un croissant du champ et accompagné de

trois étoiles de même »

 

Souche II

1. Osmond de Berville, paraissent dès 1220

«  d’argent au chevron de sable accompagné de trois molettes, 2 et 1 »

2. Osmont, sieur du Bray, généralité de Caen, maintenu en 1666.

Ecartelé: « aux 1 et 4 de gueules, aux 2 et 3, d’argent à trois fasces d’azur. »

3.Osmont, Normandie

« de gueules écartelé d’argent à trois fasces d’azur »

 

Relevés des Osmont - Osmond - époques et secteurs, suivants documents divers. La plupart

seront repris dans les lignées qui suivront.

1012 Osmundus, prêtre

1015 Osmondus, clerc

1015 Dringot Osmond passe en Italie, combat les Sarrasins et prend le titre de comte.

1045 Osmundus Gulafra (Osmond Goulafre) Boissy, canton de St Pierre sur Dive 1045-1058

1045 Osmund Février à Hiéville

1050 Osmond signe un acte qui concerne l’abbaye St Evroult en Normandie

1050 Osmond-Basset région Falaise Trun

1055 Osmund, fils de Guillaume le Boucher, alias Guillaume de Longueville, environs du

Vernon 1055-1056

1060 Osmond, maréchal dresseur de chevaux à Rouen

11èm N.Osmond, prêtre. Donation faite à l’abbaye de Préaux à Aubevoye, élection des

Andelys et de Vernon. Son nom figure dans le cartulaire de l’abbaye de Préaux au XI

ème siècle.

1060 Osmund, quelques 36 personnes du nom à la même époque, même secteur....

1088 Osmond, seigneur de Guépré, qui fut tué au siège de Balon en 1088

1153 et 1158. Entre ces deux dates, Osmont de Chars et sa femme Ehremburge donnent la

moitié de la dîme de Grisy.

Chars est situé dans le Vexin français. Les Aumont s’en rendront acquéreurs.

Il s’agit bien ici de la famille Aumont déjà bien implantée dans ce secteur.

(Voir châpitre sur les Premiers Seigneurs d’Aumont)

1190 Jean Osmond, chevalier croisé

1218 Raoul Osmond, sceau aux archives de Seine Inférieure, abbaye de Jumièges.

“ Un arbre en forme de fleur de Lys”

Donation d’une rente sise à Varengeville. Signé S’ Radulfi Homunt

1229 Jean Osmond, sceau à l’abbaye de Jumièges - signé S’ Johannis Osmunt -

“ Une fleur de lys fleuronnée “

Acte d’acquisition pour les lépreux des “Vieux” d’une rente sise à Varengeville.

1247 Robert Osmond, sceau aux archives de Seine Inférieure, abbaye de Jumièges.

Une sorte de fleur de Lys fleurie et fleuronnée”

Vente de rentes sises à Crouptes. Signé S’ Roberti Hosmondi

1248 N. Osmond admis curé de St Remy à Bézu St Eloi près de Gisors, curé jusqu’en 1255.

1255 N. Osmond, prieur abbé, fut le 9ème abbé de l’abbaye de Mortemer, près de Lyons le

Forêt.

1277 Jean Osmond, sceau aux archives du Calvados - abbaye d’Aunis - signé S’ Johannis

Hosmont

“ Un ornement formé d’enroulement de cordelières “

Acte de transfert d’une rente sur un masure sise à Vendes.

13èm Guillaume Osmond, sceau des archives de l’Orne, abbaye de St Evroult

“ Une fleur de lys Fleuronnée”

Signé Willermis Osmont

1311 Etienne Osmond vend au prieuré de la Trinité une rente sur une terre située dans la

paroisse de St Martin de Porées.

1319 Etienne Osmond donne différentes rentes à l’abbaye de Beaumont-le-Roger entre 1319

et 1344

1355 Pierre d’Osmont, chevalier, chambellan du Dauphin, mentionné en 1355.

D’après les cahiers de Dom Lenoir ( très probablement Aumont)

1359 Pierre d’Osmont, chevalier, chambellan du duc de Normandie, mention en 1359

D’après les cahiers de Dom Lenoir ( très probablement Aumont)

1365 Pierre d’Osmont, chevalier, mandement des gens des Comptes, du 24 mai, portant

injonction aux vicomtes de Caen, Bayeux, Falaise et Vire, “de payer par chaque terme

au-dit Osmont, chacun la somme de 25 Lt jusqu’au parfait payement de celle de mille

fr, que le roi, par ses lettres du 16 octobre 1364, lui a donnée pour lui aider à payer sa

rançon”. (D’après les cahiers de Dom Lenoir (très probablement Aumont)

1423 Nicolas Osmont, seigneur du Tilleul - Fol- Enfant, maintenu à cette date.

1428 Guillaume Osmont. Un contrat d’échange le signale comme écuyer, époux de Jeanne

de Valvandrin, fief situé à Bonneville-Appetot, doyenné de Bourgtheroulde.

1430 Famille Osmont possède le fief de Conches, dit “Douville” .

1435 Jehannot Osmont est curé d’Ecaquelon et seigneur du fief d’Assy.

1437 Etienne Osmont est dit sénéchal de Daubeuf le 27 juillet 1437 pour l’abbaye de Saint

Ouen.

1458 François Osmont x Roberte du Bosc, (après 1458) fille de Christophe du Bosc, sieur

du Fossey, paroisse de Vieubroue St Goix en la châtellenie d’Alost, bailli d’Alost,

pannetier de Louis XI escuyer d’écurie de Charles VIII - il vendra la seigneurie de

Fossey à son frère Antoine - et de Guillemette Le Prévost, dame de Hermival et de

Firfol, fille de Guillaume Le Prévost, écuyer, sieur desdites terres et de Marguerite Le

Percher.

1470 Pierre Osmont, abbé de la Noë. Il fut le 20ème abbé nommé à cette date à La

Bonneville, élection et baillage d’Evreux, généralité d’Alençon. Il résigne sa charge en

1497 et décède en 1510

Seigneurs de Berville dont la descendance passe à Rouen.

1485 Robin Osmont, décédé le 8/8, pierre tombale:”ci-gît Robin Osmont, sieur de Berville et

Thomasse Mustel, sa femme, fille du sieur du Bosc Roger, laquelle décéda le 27/1/1485”

Y gît également, Robert Osmont, sieur de Martainville, qui décéda le 26/6/1557.

1486 Nicolas Osmont, sieur de Berville présent à la montre tenue le 3ème jour de juillet à

Rouen. Epouse inconnue, au moins une fille et un fils:

- Marie Osmont, dite fille de Nicolas Osmont, sieur de Berville

x Robert de Croixmare, sieur des Alleurs en 1520

xx René de Bec de Lièvre avant 1523, seigneur de Sazilly et de Quevilly, dont une fille:

Françoise x Jean (?) de Bonshoms en 1542, docteur en droit, sénéchal du temporel et

des aumônes de l’archevêché de Rouen.

1490 Jacques Osmont, fils du précédent, sieur de Berville, x de Marie de Bourgheroulde

construit l’hôtel de ce nom à Rouen. Il y reçu le roi François Ier .

Blason: “ d’argent au chevron de sable accompagné de 3 molettes de même 2 et 1

(certains auteurs voient là le blason du château de La Roque....)

1600 Jacques Osmont, seigneur de Berville s/Seine, épouse Marie Le Roux qui lui apporte

la seigneurie de Villers s/Roule, élection d’Andely. Elle était fille de Charles Le Roux,

chevalier, seigneur de La Roche des Aubiers et de Villers sur le Roule et de Marie

Hurault de Vibraye unis en 1575

Blason: “d’ argent au chevron de sable, accompagné de trois molettes de même”

1496 Simon Osmont, conseiller-échevin de la ville de Rouen.

1517 Simon Osmont, sieur de Fresquiennes, décédé le 24/9, inhumé dans le cimetière de St

Maur.

Blason: “ d’argent à trois étoiles et un chevron de sable, le chevron chargé d’un

croissant d’argent au sommet “

1523 Nicolas Osmont, conseiller-échevin de la ville de Rouen.

1525 Guillaume Osmont, député aux états de Normandie pour les conseillers de ville.

1539 Thomas Osmont, écuyer, seigneur de La Mare Morin à St Aubin le Guichard,

seigneurie passée en 1562 à Claude Osmont, probablement son fils. Fief vendu au

XVIIème par Jean de la Mare sieur de Colombeaux au droit de Marie Osmont, sa

femme

1614 Marie Osmont épouse Jean II de la Mare, cité en 1614, fils de Jacques II de la Mare

et de Marie de la Masure, dont Christophe de la Mare, seigneur du Teil et de

Colombeaux, demeurant à Epaignes (Eure) maintenu dans sa noblesse en 1661

1542 Robert Osmond. Ses descendants ont le fief de la Motte.

1557 Richard Osmont, trésorier de France, général des Finances, pourvu à Rouen en

conséquence de l’édit de juillet. Consul des marchands à Rouen en 1600

x Elisabeth Bras De Fer vers 1640/1650 dont au moins une fille:

- Elisabeth Osmont x Jacques Voisin (voir ci-dessous)

Seigneurs de Thuit -Signol, Conches, Bosc Guérard

1482 Jehan Osmond, seigneur de Thuit-Signol et de Bosc-Guérard se présente à la cure en

cette qualité en 1484

Blason: “ de gueules à un vol d’argent semé de mouchetures d’hermines

1524 Robert Osmont, seigneur de Siglas et Bosc-Guérard assiste au mariage d’Hector

Vipart.

1562 Pierre Osmont, écuyer, était seigneur de Siglas, Conches au Thuit-Signol, vicomté et

élection de Conches et Breteuil.

1562-1606 Thomas Osmont, écuyer. Ses héritiers avaient le fief de Beaumont relevant de

Ferrières au Thuit-Signol.

1606, N.Osmont, notaire du roi à Magny en Vexin le 15/8/1606

....... Thomas Osmont, deuxième du nom, mourut laissant ses enfants mineurs sous la tutelle

de Richard de Nollens, sieur de St Cyr.

........ Thomas Osmont, troisième du nom, devenu majeur, donna décharge au sieur de St Cyr

pour les comptes de tutelle qu’il lui avait rendus. Il prenait le titre seigneurial de Bosc-

Guérard en concurrence avec les Quintinadoine au 17 ème siècle.

Seigneurs de Lyons la Forêt Souche I

Descendent de François Osmond, seigneur de Thuit Signol La Roque, cadet de famille qui reçoit Martagny. Fils de Jean III et Perrette de Franqueville.

1608 Jacques Osmont, sergent royal des Eaux et Forêts construit à Lyons la Forêt, la maison

servant de siège à cette sergenterie noble. Cette maison existerait encore, “ La

Sergenterie”

1611 Jehan Osmont, sieur de La Fresnaye est parrain à Cléville en Caux. Epouse inconnue,

dont:

- Jean Osmont, né en 1606, x Jacqueline Daubalet, née en 1608, dont:

1. N. Osmont, décédé le 20/8/1714, noblesse reconnue et maintenue en 1701

2.Jean Osmont, né en 1646, décédé le 24/1/1712, écuyer, laboureur.

x Anne Capperon le 14/10/1672, néée en 1655, décédée le 22/8/1683

xx Catherine Le Chevallier le 11/7/1685, décédée le 7/9/1713

dont, du premier lit:

- Jacques Osmont, né en 1676, décédé le 9/12/1733, syndic de Cléville

x Catherine Neveu, le 16/6/1697

dont, entre autres enfants:

a) N. Antoine Osmont, 1710-1752 vicaire à Cléville........(illisible)

b) Marie Anne Osmont, née le 6/10/1699, décédée le 16/1/1780

x Joseph de Becquet de Boisbenard, écuyer, décédé le 5/5/1754, dont Marie

Anne Parfaite de Becquet de Boisbenard, née le 19/2/1743 et décédée le

18/12/1751

xx Adam Eutiche Cavelier, chevalier de Maucomble, officier de Cavalerie au

régiment Royal Lorraine. Veuf, il se remarie avec Marie Anne de Combes, dame

de Pliehancourt, un enfant.

Le blason de cette famille est également .........au vol d’hermines.......

1612 Louis Osmont, écuyer, paraît lors d’une procédure pour s’opposer au décret d’une

saisie de biens par Georges Le Biguetier, écuyer, sieur de la Fontaine, sur Constant

Gosset.

........ Geneviève Osmont, héritière de Villers, x Olivier Le Doyen

xx René Baudry II sieur de Piencourt.

1617 Gilles Osmont, écuyer, sieur de Vaulx, demeurant à Falaise, décédé avant le 9/7, date à

laquelle sa fille Madeleine Osmont épouse par contrat Jules Capolo Véracina,

chevaux-légers, fils de Horace, gentilhomme napolitain et de Maria Véracina, en

présence de Jean Osmont, écuyer, sieur de Vaulx, frère aîné de Madeleine, et de

Marie Drouer, veuve de Gilles Osmont, remariée à Charles le Vanier, sieur de la

Hamelinière et mère de Madeleine Osmont, l’épousée.

1619 Nicolas Osmont avait possédé avant cette date la sergenterie du Bec-Thomas, vicomté

et élection du pont Audemer.

C’était un demi fief de haubert relevant du roi, qui s’étendait sur presque tout le plateau

du Neubourg.

1627 Catherine Osmont x Jean d’Etrepagny, fils de Jean, seigneur du Mesnil-Raoul et de

Beaumets et Marie de Montpellay, petit-fils de Claude d’Etrepagny, procureur du roi

à Arques, anobli en septembre 1589, époux de Anne Duval.

dont un fils, Louis d’Etrepagny.

Jean d’Etrepagny xx Marthe Beaudouin, dont une fille.

1632 François Osmont, sieur de Sainte Croix, décédé avant le 16/3, sa veuve, Barbe de

Revain.

1696 Antoine Osmont, curé de Cléville-en-Caux, élection de Caudebecq, vicomté de

Montivilliers, eut ses armes enregistrées à l’Armorial d’Hozier, enregistrées en 1701 à

Rouen. (généalogie fin de chapitre)

“ de gueules au vol d’hermines

1704 Charles Antoine Osmont, curé de Coudray élection de Magny, armorial général, même

blason que précédent. En 1699, chanoine de la Cathédrale de Rouen, en 1710, il est

archidiacre du Petit Caux

1653 Louis Osmont, sieur de Moyaux, de Mortimer, du Radier et de Louvraye, demeurant en

la paroisse de Briosne, élection de Pont Audemer, et depuis domicilié en la paroisse de

Thionville, élection de Caudebec, anobli à cette date, en récompense de ses services et

ceux de son père. Confirmé en avril 1667

Il épouse Françoise de Clercy.

Ses armoiries: “ Ecartelé au premier et au quatrième d’argent à trois fasces d’azur, au

second et troisième de gueules à un vol d’argent sur un semé d’hermines “

Deux fils entre autres enfants:

- Louis Osmont, seigneur de Bauquemare, bailli de Dieppe

x ca Barbe Soyer en 1650, fille de Adrien Soyer, écuyer, seigneur de Vaudreuil,

lieutenant général au baillage de Caux, et de Catherine Groulard, des marquis du

Grand Torcy près d’Arques.

Dont un fils sera également bailli de Dieppe.

Blason: “ Ecartelé aux 1 et 4 d’or à quatre burèles d’argent, aux 2 et 3 de gueules

plein”

Blason Groulard: ” d’azur à 3 châteaux d’or

Blason Soyer: “ d’azur aux 3 flèches d’argent tombantes (alias la pointe en bas) au

chevron d’or sur le tout “

- François d’ Osmont, chevalier, seigneur de Mortimer, Clercy, Louvraye et autres lieux,

déjà décédé en 1730, son fils (ca) x Suzanne du Puy d’Ermenonville, de la paroisse

de Doudeville

...... René François d’Osmont, son fils, chevalier, seigneur de Mortemer, Clercy et Louvray,

demeurant à Doudeville, x Geneviève Le Fèbvre, le 9/5/1730 à Ste Marie des Champs,

dans le Vexin normand. Elle est fille de Messire Pierre Georges Le Fèbvre, seigneur

de Vatimesnil, conseiller secrétaire du roi et de dame Marie Madeleine Gillebert.

Mariage célébré en la chapelle de Vatimesnil par messire François Georges Le

Fèbvre, curé de Corny.

Même famille mais non classés

...... Guillaume Osmont, sieur de Louvraye, armoiries suivantes:

“ Ecartelé aux un et quatre à trois fasces de sable, aux deux et trois, de gueules “

...... Catherine Osmont, x d’Anne du Sard, écuyer, sieur de Thionville, armoiries:

“ Ecartelé aux un et quatre d’argent à fasces d’azur, aux deux et trois de gueules “

 

1657 Marie Osmont x Jean Le Mauger, bourgeois de Caen, dont une fille:

N. Le Mauger x Jean Gosselin, écuyer, sieur de Moulineaux (élection de Rouen) par

contrat du 26 janvier, fils de Pierre Gosselin, écuyer, et de Françoise Le Sauvage.

1666 Jacques Osmont, sieur de la Rochette, marié à Marie de Malherbe, dans un acte des

archives de l’Orne, également cités: Bagriel Osmont sieur d’Arsonvel, Jacqueline et

Marie Osmont.

1666 Anne Osmont x Charles du Chastel, écuyer, seigneur de .....demeurant en la paroisse

de Sommery, dont Romain. (mariage vers 1666)

1712 Thomas Osmont sergent royal de la sergenterie du Plaid de l’Epée.

1735 Jean Pierre Paul Osmont, baptisé à St Gervais de Séez le 23/4, fils de Paul Osmont,

bourgeois de Séez et Louise Collas, parrain, Jean Pierre Osmont, bourgeois

d’Alençon. Avocat au Parlement de Paris, x Françoise Louise Claudine Portier le

12/4/1768, fille de feu René Jérosme Portier de Bray, en son vivant président en

l’élection du siège de Séez et de dame Marie Françoise le Vervier de Valbesnard de

Séez.

Procureur du roi au siège de police de la ville de Séez, décède à St Gervais de Séez le

9/9/1780

1778 chapitre Notre Dame de Rouen:

- N. d’Osmont, rue St Romain

- N. d’Osmont, rue de la Croix de Fer, officialité diocésaine et métropolitaine.

- N. d’Osmont, vicaire général, rue St Romain, promoteur officialité du diocèse de

Lisieux.

1780 Paul Osmont, père de Jean Pierre ci-dessus, âgé de 78 ans, décédé à St Gervais de Séez le

31/5/1780.

1783 Françoise Louise Claudine Victoire Portier, veuve de Jean Pierre Paul Osmont

ci-dessus, âgée de 36 ans, inhumée le 9/5/1783

Des Osmond qui ont acquit la noblesse. Recherches de Jean Pierre Boulesteix

Les blasons permettent de les classer, soit dans les familles nobles existantes, soit dans les nouveaux anoblis.

Souche I (famille souche, donc pas anoblis)

Antoine Osmond, curé

«  de gueules à un vol d’hermines »

Généralités de Rouen - Caudebec

Osmont, curé de Torp

« de gueules à un vol d’hermines »

Généralité de Rouen - Pont Audemer

Osmont, curé de Coudray

« de gueules à un vol d’hermines »

Généralités de Rouen - Gisors

D’Osmond

« de gueules au vol d’argent, semé de mouchetures d’hermines »

Elections du Lion

Osmont de Mortemer, écuyer, seigneur de Noyaux, du Coudray etc. Election de Pont

Audemer, maintenu le 18/9/1667

Ecartelé: « au 1 et 4, d’argent, à trois fasces d’azur, aux 2 et3, de gueules, à un vol d’argent

semé de mouchetures d’argent. »

 

 

 

 

Souche II (famille souche, donc pas anoblis)

Gaspard Osmond, sieur de Bray

Jacques Osmond, écuyer

Henry Osmond, écuyer

«  de gueules, écartelé d’argent à trois fasces d’azur »

Généralité d’Alençon, Tome I Falaise

D’Osmont

« écartelé aux 1 et 4 de gueules, aux 2 et 3 d’argent à 3 fasces d’azur »

Généralités de Caen

Guillaume Osmont, sieur de Louvraye

« écartelé aux 1 et 4 d’argent, à la fasce de sable, aux 2 et 3 de gueules »

Généralités de Rouen - Caudebec

Anoblis

Osmont du Tillet (voir plus loin)

«  d’azur au chevron d’or accompagné en chef de 2 étoiles de même et en pointe d’un croissant

d’argent, au chef du même, chargé de 3 roses de gueules »

Osmont, sieur de Fresquiennes

« d’argent à 3 étoiles et un chevron de sable, le chevron chargé d’un croissant d’argent au

sommet »

N. Osmont, curé de Saussey

« de sable au sautoir d’argent »

Généralités de Rouen, Rouen rég. 6

Louis Osmont x Marie Louvel à St Martin de Boscherville le 28/10/1653

Il provient de Rouen, St Candé le Jeune, Marthe, de Rouen, St Etienne des Tonneliers.

«  écartelé aux 1 et 4 d’azur,à 3 fasces d’argent, aux 2 et 3 d’azur « (accolé d’azur à un chevron)

 accompagné en chef d’un soleil, accosté de 2 étoiles et en pointe d’un loup passant, le tout d’or » Louvel

Généralités de Rouen, Rouen régistre 3

Catherine Osmont x N. du Sart

Catherine Osmont x Charles de Clinchamp, sieur des Aunes

« d’argent à 3 gonfanons de gueules de 3 pendants » - Clinchamp

Généralités d’Alençon, Falaise 1

Osmont

«  d’argent, au chevron de sable, chargé au sommet d’un croissant du champ, accompagné de 3 étoiles de même »

Généralités de Rouen

Charles Osmont, prêtre et chanoine

«  parti au 1 d’azur, écartelé de sinople au 2, d’or à 1 chevron ployé de gueules »

Généralités de Caen Bayeux, tome 2

Augustin Osmont, bourgeois de Caen

« d’or à une étoile d’or »

Généralité de Caen - Caen tome 2

Michel Osmont, major des bourgeois de Caen

« d’or à une étoile de sable »

Généralités de Caen Caen tome 2

Robert Osmont, bourgeois de Caen

« d’or parti d’azur à une fasce de l’un en l’autre »

Généralités de Caen, Caen tome 2

Suzanne Osmont x Chrétien François Du Rot

« écartelé aux 1 et 4 au chevron d’azur accompagné en chef de 2 glands de sinople et en pointe deux roses d‘argent » Du Rot

Adrien Osmont, écuyer conseiller du roi, contrôleur ordinaire des guerres au régiment des gardes suisses de S.M.

« d’azur à la haute montagne ou haut mont d’or »

Note: les aînés de famille reçoivent les armes et blasons de leur père, les mêmes de père en fils, tandis que les puînés sont tenus de modifier ces armoiries, d’ou, une quantité d’armoiries plus ou moins ressemblantes...

 

Quelques Osmont célèbres:

- André Osmond 1766-1837 fit d’excellentes études et montre un goût prononcé pour l’histoire.

Il fait quelques publications et est nommé conservateur de la bibliothèque Mazarine. Il ne

dissimulait pas son attachement à la famille royale et cela lui valu d’être aussi promu

bibliothécaire de la duchesse de Berry.

En France et Angleterre, plusieurs Osmond ont préféré les beaux arts.

- Osmond, sculpteur britannique, vivait au XVIIè siècle, on retrouvera trace de ses oeuvres au

Christus Collège et dans la cathédrale de Winchester.

- Robert Osmond, né en 1789, s’installe à Paris, sa ville natale,comme ciseleur et graveur.

(du Louis XVI)

- Robert Osmond, né en 1874 à Londres, devint dessinateur d’ex-libris.

- Maurice Osmond, né en 1875 à Le Meauffle dans la Manche, se consacre à la sculpture et

devient sociétaire du salon des artistes français en 1920.

- Léon Osmond, natif de la Manche, fera de la peinture et expose à partir de 1922, fort prisé et

probablement un des meilleurs artistes peintres de son temps, il se spécialise dans les paysages

normands.

- Jean Pierre Osmond, 1874-1937, historien, spécialiste des guerres napoléoniennes.

- Floris Osmond, métallurgiste français 1849-1912, créateur de la métallographie par le

microscopique et l’analyse thermique.

- Osmond, art du chant, chanteur bien connu.

- Osmonde, fougère des bois et marais de 1m50, type de la famille des osmondacées .........

 

 

Note: Après le 15ème siècle les terres ne seront plus partagées entre les enfants, mais cédées à l’aîné, à charge pour lui d’entretenir ses frères et soeurs. Ce qui a permis aux maisons nobles de passer les siècles et de s’enrichir. Les cadets devaient faire le métier des armes ou un beau mariage pour s’en sortir. Bien souvent ces cadets servaient de “ régisseurs” pour les territoires lointains du chef de famille, et, la terre étant cédée ou vendue, ils gardaient leur emploi. Et leurs enfants ? Ne cherchez plus, c’est vous, lui, moi....les branches dites roturières, à la limite bâtardes, car là aussi il y avait une règle d’or: si le seigneur du lieu avait un enfant de .....sa femme de chambre, l’enfant portait le nom de son père et était élevé avec les enfants légitimes, doté plus ou moins bien, et renvoyé dans la nature ! Adulte, il partait vivre ailleurs et une nouvelle branche voyait le jour............. Loi abolie sous Henri IV, si ma mémoire est bonne.

 

Divers à caser dans les lignées qui suivent.....

Charles Osmond, vers 1668, seigneur de Maurepas et Bézu la Forêt

André Osmond, seigneur de Dangu

Gabriel Osmond, en 1666, seigneur de Martigny

Charles Osmond, curé du Coufray

Jean Baptiste Osmond, lieutenant de la seigneurie de La Bosse en 1725 (plan terrier du baron Pille)

Osmond de Mortemer (généralités de Rouen - Caudebec)

«  de gueules au vol fondant d’hermines »

Osmond, marquis , éteinte en 1787

«  écartelé en 1 et 4 de gueules plein et en 2 et 3 d’argent, à 3 fasces d’azur »

 

Souche I Osmond de l’ Orne

( d’après le bulletin de la Sté d’histoire et d’Archéologie de l’Orne, de 1890 )

Aubri-le-Panthou, ou Aubry, localité qui sera appelée du nom des seigneurs qui l’occuperont durant de nombreuses générations: Osmont, située dans le canton de Vimoutiers, Orne, à 13kms de cette ville, et traversée par la rivière “la Vie”.

Avant 1789, Aubry-le-Panthou dépendait de la généralité d’Alençon et de l’élection d’Argentan pour le civil, du diocèse de Lisieux pour les affaires religieuses.

Les pouillés du XVI ème siècle en attribuent le patronage au seigneur de Prûlay.

L’église se trouve très à l’écart du village, au sommet d’une colline, entourée du cimetière, à l’ouest se trouve la sapaie d’Osmont qui borde le cimetière. Au nord se trouve un herbage et à l’est le cimetière privé de la famille d’Osmond qui n’est séparé du cimetière communal que par une grille.

On y trouve quelques monuments funéraires, en marbre noir pour les hommes, en marbre blanc pour les femmes.

L’actuel château d’Osmont est la propriété de René Lanielet fut construit de 1858 à 1860. En 1890, il était occupé par Eustache-Rainulphe , marquis d’Osmond dont le fils, Auguste, né le 15/8/1855 est décédé en 1904, sans alliance. Cette famille Osmond s’éteint donc à cette date.

Blasons

Armes: De gueules au vol fondant (renversé) d’hermines.

Alias: De gueules à deux ailes volantes d’argent, jointes par le bas et semées de mouchetures d’hermines. Couronne de Marquis.

Cimier: un hibou, supports: deux licornes.

Devises: Nihil obstat

Ces blasons sont bien attribués à la famille Osmond ci-dessous.

Mais il faut savoir que le blason qui se trouve sur le fronton du château de La Roque représente:

«  écartelé au I à une fasce chargée de 3 fers à cheval accompagné de 3 étoiles 1 et 2; au 2, un chevron; au 3, trois merlettes; au 4, une fasce »

Sur le tout un sautoir qui est Labbey, support deux lévriers, écu surmonté d’un casque à lambrequin.

Ce castel primitif de La Roque avait été remplacé par le chevalier Henri d’Aigneaux, et disparaîtra pendant la guerre de cent ans. C’est alors qu’il sera reconstruit par Jean Osmond dit le Vieux et son fils Jean d’Osmont dit Taupin.

Petite parenthèse:

D’Aigneaux (d’Agneaux) Philippa, dite fille de Guillaume, écuyer, seigneur d’Aigneaux, épouse Robert Vipart, écuyer, fils de Yves de Morainvilliers

Leur fils, Raoul Vipart, seigneur de la Vipartière, commune de Crevecoeur en Auge, épouse en 1315 Jeanne des Loges, fille du seigneur des Loges, dont:

- Nicolas Vipart

x N.N.

xx Guillemette Osmont, fille de Gilles, seigneur d’Oirville ........

Nicolas fut longtemps prisonnier de Charles de Mauvais, roi de Navarre, au château de La Lune près de Verneuil et selon arrêt du Parlement du 27/6/1526, marié en secondes noces avec Guillemette Osmont. (dossier bleuRG674)

(Données de Jean Gualbert Faburel, correspondant)

Catherine Baignard x en 1530 Jehan Labbey, sire d’Héroussard qui descend de Colin Labbey, écuyer de Duguesclin et de sa femme Isabelle de Victot.

Or le chevron et les trois merlettes sont, depuis plus de deux siècles, attribués à la famille AUMONT ..... «  d’azur au chevron d’or, accompagné de trois merlettes, deux et un »

rappel: OSMOND «  écartelé de gueules, au vol d’hermines et d’argent à trois fasces d’azur »

Toutefois, un des premiers blasons Osmond deviendra rapidement:

« au chevron de sable accompagné de trois molettes, deux et un »

Ces Osmond sont essentiellement militaires.

Dans les recherches nobiliaires cette famille Osmond est dite de noblesse très ancienne, blason « de gueules à un vol d’argent, semé de mouchetures d’hermines » attribué au marquis d’Osmond.

Famille établie dans le province..(l’Orne) depuis le 10ème siècle, elle prétend remonter, suivant les anciennes chroniques, à Osmond, gouverneur en 943 du duc de Normandie, Richard.....

Considérable par les charges et emplois occupés, ainsi que les alliances:

Les comtes de Dreux, Montmorency, Laval, Montgommery, Bouquetot, Hautemer, Du Mesnil, Franqueville, Mallard, Goëslin, De Pardieu, De Bures, de La Rivière, Rouxel, Médavy, Bernard d’Avesnes, Doynel, Montecot, Seran, Cardevacque, d’Havraincourt, de St Pierre, de Brécy, Le Veneur de Tillières, Turgot Briges, Gilbert des Voisins, Maillé, Malessye, etc..

Ces Osmond descendent donc (pour avoir aussi le droit de porter ce blason Osmond) de OSMOND, vicomte de Centville, gouverneur du duc de Normandie, vivant en 950, fils de Norman de Centville, lui-même fils de Bathel-Basset, duc de Normandie. Nous aurons donc:

Bathel Basset x N.N.

dont:

- Norman de Centville x N.N.

dont:

- N. Osmond, seigneur de Guépré, x N.N.

Sera tué au siège de Balon en 1088, très probablement ancêtre de:

Richard d’Osmond, écuyer vivant en 1267, seigneur de Mesnil Eudes et Castelier

x Alix de Guépré,

plusieurs enfants, entre autres:

1. Robert Osmond

2. Rodolphe Osmond, écuyer, seigneur de Mesnil Eudes, La Roque et autres lieux

x Marguerite de Montgommery, haute et puissante demoiselle, vers 1313

deux fils connus:

- Jean Osmond 1er, qui suit

- Louis Osmond, chevalier, seigneur d’Assy. Il paraît dans un acte de partage de 1356, fait entre

lui et ses frères au sujet de la succession de Robert Osmond, leur oncle.

Jean Osmond Ier

Ecuyer, seigneur de Guépré, le Mesnil Eudes, Castelier, Creuilly, La Roque. Né en 1340

x Gasparde de la Roque

dont:

- Jacques Osmont, écuyer, seigneur du Mesnil-Eudes, de La Roque, Creuilly, le Castelier, Guépré

x Marguerite d’Allé

- Jean Osmond II qui suit

Jean Osmond II dit Taupin -connu par lettres royales lui données à Paris en octobre 1361-

Ecuyer, seigneur de la Roque, Mesnil-Eudes, Castelier, Creuilly, Guépré, Assy et autres lieux, officier des arbalétriers du roi Philippe le Bel. Lettres de noblesse lui seront données par le roi Jean le Bon en octobre 1361. Décédé en 1396. Il habitait le vicomté d’Auge. C’est lui qui reconstruit le château de la Roque avec son père Jean I.

Le 19 mai 1385 on trouve mandement portant injonction de « faire droit à la requestre du dit Jean Osmont, seigneur de Mesnil Eudes »

Des lettres patentes du 20 janvier 1418 en sa faveur:

« ... et conformément à la capitulation faite entre Thomas, duc de Clarence et le capitaine et autres du château et ville de Gaillon, dans lequel château était ledit Osmont lors de ladite capitulation ....... »

Il épouse Jeanne de Bouquetot, dame de Millouet, vers 1338, issue d’une branche cadette de Harcourt, dont il eut 10 enfants, tous dénommés par un acte de partage qu’ils firent le samedi 15/12/1396, acte signé par messires Jean le Bigot, Jean de Merlemont, Martin de Bouquetot, Guyot de Baillleul, Jean de Montfort, Jean de Hautemer et Henri de Querville.

dix enfants, donc:

1. Robert Osmond qui suit né vers 1340

2. Marguerite Osmond

x Jean de Merey, seigneur de Criquebeuf

3. Catherine Osmond

x Colin de Borel

4. Thomine Osmond

x Pierre de Beaumont, seigneur de Bautincourt

xx ca Jean de Siglas.

Veuve en 1474, on la retrouve à l’Echiquier de Rouen avec Jean François Osmond, son frère,

chargé de sa procuration. C’est à cette époque que la seigneurie de Siglas paraît dans le douaire

de la famille Osmond.

5. Pierre Osmond, vit encore en 1396

6. Louis Osmond, sieur de Castelier, sans postérité.

7. Jean Osmond, écuyer, sieur du Mesnil, tué au service de Philippe de Valois, sans hoirs

8. Raulin Osmond, seigneur d’Assy, prêtre, figure encore dans un acte le 26/2/1408. Aurait

également été tué au service de Philippe de Valois.

9. Jean François Osmond, seigneur de Conches et La Quièze à Thuit Signol.

x Marie Dacy

10. Jehannot Osmond, partage le fief d’Assy avec son frère, curé d’Ecaquelon en 1435, seigneur

d’Assy

Robert Osmond

Ecuyer, seigneur de la Roque, Beuvilliers, fief de chevalerie, Thuit Signol et Conches, fait chevalier par le roi Jean le Bon, nommé dans un titre du 4/12/1421, serait mort en 1435.

x Alix de Bures vers 1360, fille d’Alexandre. Paraît encore en 1450

dont trois enfants, entre autres:

1.Jean Osmon III écuyer, seigneur de la Vallée, Thuit-Signol, se présente à la cure de Thuit en

1484. Blason: « de gueules à un vol d’argent semé de mouchetures d’hermines »

x Perrette de Franqueville vers 1450

dont, entr’autres enfants:

a) François Osmont, branche cadette connue sous le nom d’Osmont Thuit Signol (Tusigneul)

qui s’établit dans le Vexin normand et devint Osmont de Martagny, de la Roque, du nom des

fiefs qu’elle possèda.

.b) Robert Osmont, écuyer, seigneur de Siglas, témoin au mariage de Hector Vipart

x Marguerite Carnel en 1509

dont:

- Pierre Osmont, écuyer, seigneur de Siglas 1511-1579

x Françoise de Quinet le 30/3/1549, décédée en 1572. Elle est la filleule de Diane de Poitiers

xx Charlotte Lamy

dont:

- Thomas Osmont Ier, écuyer, seigneur de Siglas, Conches et Thuit Signol 1558-1595 Ses

enfants seront encore mineurs à son décès, donc placés sous tutelle de Richard de Nollens.

x Anne de Ver en 1586

dont, entre autres enfants:

- Thomas Osmont II, seigneur de Martagny en Lyons, la Roque, né en août 1587, décédé le

2/3/1661. Il donna décharge pour la tutelle.

x Antoinette de Godot le 1/1/1616, fille de François, seigneur de St Amand des Hautes Terres

et d’Hélène de Courseulles.

dont:

- Charles Osmont qui suit

- Thomas Osmond, écuyer, sieur de Martagny et du fief de Dangu à Neufmarché, épouse

inconnue, père de deux garçons:

a.Gabriel Osmont, écuyer est qualifié de seigneur de Martigny épouse inconnue, une fille:

- Marie Osmont, dite de Martigny

x Pierre de Médine en 1684, qui devient, par son mariage, seigneur de Martagny, vicomté et

élection de Lyons-la-Forêt.

b.Thomas Osmont, seigneur de Bosc Guerard

- André Osmond, sieur de Dangu-en-Neuf-Marché, habitait Martagny, près de

Lyons-la-Forêt.

Il épouse Angélique Lesquet

dont: Anne Osmont, née le 20/8/1672 à Morgny, y décédée le 16/6/1737

x François de Lesques le 21/7/1694

xx Pierre de Sébouville le 21/7/1713

Charles Osmont Ier écuyer, seigneur de la Roque, né le 9/1/1633, décédé le 28/12/1672

Maintenu dans la noblesse, demeurait à Bézu la Forêt. Il fit rebâtir la chapelle et la dota par contrat du 3 novembre 1668. Possédait également la seigneurie de Maurepas.

x Louise d’Abancourt le 2/9/1661, née en 1627, décédée le 3/12/1707 à Bézu la Forêt

dont, entre autres enfants:

- Michel d’Osmont, écuyer, seigneur de la Roque, né en 1663, décédé le 21/3/1744 à Bézu la

Forêt

x Suzanne de Lesques le 10/3/1686, décédée le 16/5/1727 à Bézu la Forêt

dont, entre autres enfants:

- Michel François d’Osmond, écuyer, seigneur de la Roque et Dangu, né le 10/3/1688, décédé

le 20/11/1741, blessé à Malplaquet en 1709.

x Anne Elisabeth Douville, en 1714, fille de Nicolas, écuyer, sieur de Roquemare et de Jeanne

de Presteval

dont :

- N. garçon, décédé jeune

- N. garçon décédé jeune

- N. prêtre

- Jean François Osmont écuyer, né à Bézu la Forêt le 4/12/1725, chevalier de St Louis, sieur

de la Roque, blessé à Crewfeld le 20/8/1759 et à Filinghausen le 15/7/1761. Commandant du

château du vieux palais de Rouen de 1779 à 1788. Sans alliance connue.

Deux frères décédés jeunes, le troisième, prêtre.

Cette branche s’éteint donc en la personne de Jean François Osmont, né à Bézu la Forêt le

4/12/1725

b. Louis d’Osmond, seigneur de Beuvilliers du bas, de Millouet, de Malicorne, et autres lieux, décédé avant 1495. Nommé dans un acte du 17/2/1450. Lieutenant des archers de la garde du roi Charles VI, rendit aveu le 26/8/1489 pour le fief de Malicorne qui lui venait de sa mère.

x Anne de Tournebu, sans postérité

xx Marguerite du Mesnil en 1459, veuve de messire Jean d’Estrehau, chevalier, fille de François et d’Anne Le Veneur,

dont un fils unique:

- François d’Osmond, chevalier, seigneur de Beuvilliers, de Millouet, de Malicorne. Il fut capitaine de 50 hommes d’armes. Décédé en 1534, inhumé dans un caveau destiné à sa famille dans l’église des Jacobins de Lisieux, à la suite d’un fondation qu’il avait faite en 1525 aux Jacobins. Sur sa pierre tombale, la date de 1533. Il fut également fondateur de l’hôtel-Dieu de Lisieux. Par contrat du 20/11/1528, puis le 3/6/1530, il avait fait des donations au couvent des dominicains de Lisieux.

x Robine Fortin, le 24/2/1497

dont:

1. Jean Osmond III qui suit

2. Thomas Osmond, chevalier de l’ordre de St Jean de Jérusalem, seigneur de Beuvilliers

x Marguerite d’Anisy, sans postérité.

3. Jean Osmond, chanoine au chapitre de Lisieux

4. Jeanne Osmond

x Jacques de Fouques, seigneur de Mannetot

5. François Osmond

6. Catherine Osmond, religieuse à l’abbaye aux dames de Lisieux.

Les auteurs hésitent entre les deux femmes, certains prétendent que c’est Jeanne qui était au

couvent et Catherine l’épouse de Jacques de Fouques qu’ils prénomment alors Nicolas.....

Jean Osmond III

Chevalier, seigneur de Malicorne, Beuvilliers et Saint Germain de Marolles. Commandant de la province de Normandie pour François Ier. Lieutenant général de la province, « pour lever et assembler, à pied ou à cheval, tel nombre qu’il jugerait à propos, des manants et habitants des bourgs de la sergenterie de St Julien de Foulcon, d’en prendre le commandement pour empêcher les pilleries et sacagements que les rebelles commettaient dans la province »

Cette commission est datée de Honfleur le 22/7/1562

x Catherine de Sabrevois, le 5/6/1538 (par contrat le 28/6/1536) fille de Claude de Sabrevois, seigneur des Mousseaux, gouverneur de la baronnie d’Ivry, et de dame de Hellenvilliers.

dont trois fils et trois filles:

1. Jacques Osmond, tué à la bataille de St Denis le 12/11/1567

2. Charles Osmond qui suit en A.1

3. Jeanne Osmond x Robert de Berthin, seigneur de Vaudeloges

4. Anne Osmond décédée jeune

5. Françoise x Jacques Le Roy, seigneur de la Duennerie

6. René Osmond, sieur de Malicorne, branche cadette des Osmont seigneurs de Mesnil Froger,

Aubry le Panthou, homme d’armes dans la compagnie d’ordonnance du seigneur de

Montmorency.

x Catherine de La Rivière le 1/7/1575, fille de Jacques François, seigneur de Mesnil aux Cottes et de Marguerite de Dreux-Moranville, dame de Bonnetot, qui descendait de Louis VI le Gros, roi de France, par Robert, comte de Dreux, 5ème fils de ce roi.

Pas trace de lignée, mais on retrouvera plusieurs personnages qui en descendent:

Avec blason datant de 1450 :

De gueules à deux ailes d’argent jointes par le bas et semées de mouchetures d’hermines”

Eteinte dans deux frères:

1. Louis d’Osmond, seigneur de Malicorne, du Mesnil etc... chevalier, décédé avant 1746.

x Hélène Parisot le 13/3/1721 à Lisieux, avec dispense de parenté au 3ème degré

dont:

- Louise Geneviève d’Osmond, épouse le 12/2/1746 avec dispense de bans, Guillaume Antoine Scott, chevalier, seigneur de la Mézangère, Le Fay, Bocherville, Gaillon. Capitaine au régiment de Fouquet.

2. Jacques d’ Osmond de Malicorne, né à Paris, garde marine en 1683, enseigne en 1689, puis, en 1696, lieutenant des vaisseaux du roi, chevalier de St Louis le 23/12/1721, retiré avec la commission de capitaine de vaisseaux ad honoras et une pension de mille livres, en 1727. Il décède le 17/3/1731.

A 1

Charles Osmond

Chevalier, seigneur de Beuvilliers, Milouet, Marolles et autres lieux. Se distinguera dans les armées de Henri III. Il rendit hommage pour Beuvilliers le 18/6/1582 à Messire Jean de Vassé évêque, comte de Lisieux de qui elle relevait de plein fief de haubert.

Des lettres qui furent écrites au camp de Nevers le 14/12/1587 et signées Henry, il appert qu’il se distingua, comme son père, dans la profession des armes.

x Catherine de Hautemer le 3/6/1571, fille de Claude, seigneur de Clerbec.

dont:

1. Antoine Osmond, qui suit en A 2

2. Louis Osmond, chevalier de l’Ordre de St Jean de Jérusalem

3. Françoise Osmond x Louis Le Roy, seigneur du Homme

4. Marguerite Osmond décédée jeune.

A 2

Antoine Osmond

Chevalier, seigneur de Beuvilliers et du Menil-Tison, puis, par son mariage, d’Aubry le Panthou, Ménil-Froger, Pierrefitte et autres seigneuries. C’est donc à partir de ce mariage que les Osmont seront propriétaires d’Aubry-le-Panthou et que cette localité sera vulgairement appelée Osmont, encore à ce jour. Antoine Osmont se signale au service de Henri III et ses armes seront: “ de gueules à un vol d’argent semé de mouchetures d’hermines “ - couronne de marquis - support: deux licornes - devise: Nihil obstat.

Service sous les ordre du comte de Grancei, chevalier des Ordres du roi, capitaine de 50 hommes d’armes, lieutenant général en Normandie.

x Françoise de Rouxel de Médavy le 4/1/1596, (ou le 7/1/1598) dame d’Aubry le Panthou, fille unique de Frédéric et Marie Labbé dame de Rozière, puissante famille de Médavy

dont dix enfants:

1.Guillaume Osmond, qui suit en A3.

2. Louis Osmond, mort jeune

3. Jean Osmond, curé de Pretteville, chanoine de Lisieux

4. Gabriel Osmond, moine bénédictin à l’abbaye de Cormeilles

5. Antoine Osmond, reçu chevalier de Malte en 1630, se signalera au service de Henri IV

On le retrouve au Grand Prieuré de France le 17/3/1638

6. Robert Osmond, décédé jeune

7. Anne Osmond x Hector de Bernat, marquis d’Avernes le 12/10/1626

8. Suzanne Osmond,religieuse à l’abbaye aux Dames à Lisieux

9. Marguerite Osmond, religieuse à l’abbaye aux Dames à Lisieux

10. Catherine Osmont, religieuse à l’abbaye d’Almenesche

A 3

Guillaume Osmond auteur de la lignée dite d’Aubry le Panthou.

Blason: « de gueules à un vol d’Hermines » Généralités d’Alençon, tome 2 Verneuil

Chevalier, seigneur d’Aubry le Panthou en Orne, diocèse de Lisieux, de Mesnil Froger, de la Fresnaye-Fayel, de Pierrefitte, de Montizon, d’Argentelles et autres biens.Enseigne et maître de camp du régiment du comte de Grancei en 1630 sous les ordres de Louis de Bourbon, grand maître de France en 1639 avec le maréchal de Châtillon, en 1649 sous les ordres d’Henri de Lorraine, comte d’Harcourt. Il obtint par lettres patentes que ses terres fussent réunies. Il décède le 20/12/1693.Il acquit une grande réputation sous Louis XIII.

x Charlotte de Laval de Tartigny, haute et puissante dame, par contrat du 8/6/1632, issue de la maison de Montmorency, fille présumée de Gabriel de Laval, chevalier, baron de La Faigne, seigneur de Tartigny, Avely, Gournay le Guérin et Frenay le Samson, gentilhomme de la chambre du roi, mort en 1664 (fils de Jean et Claude Prunelé d’Esneval x 18/2/1577)

dont il eut dix huit enfants:

1. Jean Osmond IVqui suit en A4

2. Anne Osmond, morte enfant

3. Françoise Osmond, morte enfant

4. Barbe Osmond, morte enfant

5. Marie Osmond, morte enfant

6. Catherine Osmond, morte enfant

7. Hélène Osmond, religieuse à l’abbaye de la Chaise-Dieu près Laigle

8. Louise Osmond, religieuse à l’abbaye de la Chaise-Dieu près Laigle

9. Charlotte Osmond, religieuse à l’abbaye de Briosne

10. Michèle Osmond, religieuse à l’abbaye de Villers-Canivet

11. Hélène Osmond, religieuse à la Visitation de Caen

12. Catherine Osmond, abbesse de l’abbaye Royale d’Essay. Promue le 22/3/1693, + 1718

13. Marguerite Osmond, qui épouse François de Raveton, seigneur de Vitré

14. Jean Baptiste Osmond, chevalier de l’Ordre de Malte, commandeur de Vaillanpont, capitaine

des vaisseaux du roi, entre autre commanda un vaisseau de combat à Malaga le 24/8/1704.

Il s’illustra au service de Louis XIV, décédé en 1710

15. François Osmond, archidiacre d’Angoulême

16. Jean Osmond, chanoine de Lisieux

17. Louis Osmond, écuyer, vivait encore en 1696

18. Gabriel Osmond qui suit

Gabriel Osmond

Cadet, chevalier, seigneur de Fresnaye-Presnel au diocèse de Lisieux. Patron d’Aubry le Panthou. En 1697, il demeurait en son château d’Aubry.

x Marie Doynel de Montescot, le 13/8/1662 par contrat, fille de François Doynel, chevalier, seigneur de Montécot, La Courbe, Montigny, du Hamel etc... maréchal des camps et armées du roi, maître d’hôtel du roi et chevalier de Son Ordre, conseiller en ses conseils d’Etat et privé, capitaine major au régiment de Roquelaure, gouverneur de Granville en 1650, maréchal de camp. et de Renée de Logé, (Layé ?) veuve d’Honoré de Vassé, seigneur de la Chapelle, dont trois fils, décédés avant 1690 et douze filles, entr’autres:

1.Françoise Jeanne d’Osmond, qui épouse le 15/5/1697, son cousin germain né René Henri marquis d’Osmond.

2.N. Osmond d’Aubry, religieuse à l’abbaye d’Essey près d’Alençon.

En fut nommée abbesse au mois de mars 1693.

3.Madeleine Françoise Osmond, baptisée le 31/1/1679 en la paroisse St Germain d’Aubry le Panthou. Reçue sur preuves du 31/1/1679 au nombre des 250 demoiselles que le roi faisait élever en la maison Royale de St Louis, établie à St Cyr, grand parc de Versailles. Elle épouse David Bouvet, écuyer, seigneur de Louvigny (Louvigné) au pays de Maine.

4.Anne Gabrielle Osmond, baptisée à Aubry le 3/9/1680, décédée à l’abbaye de Montreuil aux Dames sous Laon, ordre de Citeaux, dont la soeur de son mari était abbesse, le 12/11/1762 âgée de 82 ans. Elle avait été reçue à St Cyr dont elle sortit le 4/4/1700, et reçu dot le 9/5/1701. Favorite de Madame de Maintenon, demoiselle de compagnie et sa secrétaire. Mariée par le roi, elle reçut de sa bienfaitrice, en cadeau de mariage, cent mille livres.

Le 10/3/1705 elle épouse donc François Dominique de Cardevac, chevalier, premier marquis d’Havraincourt en Artois, colonel au régiment d’Artois Dragons puis maître de camp lieutenant des cuirassiers du roi, gouverneur d’Hesdin en 1705, brigadiers de dragons des armées du roi, décédé le 4/4/743, laissant six enfants.

(André Asselin a publié à Arras en 1875 “ Quelques lettres inédites d’Anne d’Osmond, marquise d’Havrincourt et de Marie Jeanne d’Aumale1721-1724, avec vue du château d’Havrincourt et 3 portraits.

5. Jean Osmond

6.Charles François d’Osmond, page de la grande écurie du roi en 1686, décédé avant la fin de l’année 1690.

7. Eustache Antoine Osmond, chevalier de Malte décédé en 1690

8. N. chevalier d’Osmond, commanda un vaisseau de combat à Malaga le 24/8/1704. Nommé

lieutenant des vaisseaux du roi . Pas certain .......

9. Marie Catherine d’Osmont x Léonor de Séran, baron d’Andrieu.

A 5

Jean Osmond IV

Né en 1642, décédé le 4/4/1716 à 73 ans, inhumé dans la chapelle de Médavy.

Chevalier, seigneur d’Aubry le Panthou, de Fontaines de Médavy et Boitron, marquis du Mesnil Froger au diocèse de Lisieux.

En premières noces il épouse le 25/5/1664, (ou le 13/8/1662) Anne de Saint Pierre, fille de François, écuyer, seigneur de St Julien sur Calonne et de Chrétienne de Brecey.

En secondes noces, le 8/6/1680, Anne Renée Mallard, dame de Boistron en la subdélégation de Séez, fille de Léon Mallard, 2ème du nom, chevalier, seigneur de Boistron, du Ménil Guyon et de Fontaines, commandant d’une compagnie de chevau-légers, chevalier de St Michel en 1645, lieutenant des maréchaux de France au baillage d’Alençon, et de Jeanne de Nollent de Médavy.

Du premier lit 3 enfants:

a) René Henri Osmond, qui suit en A6

b) N. d’Osmond, fille

c) N. Osmond, colonel des dragons de la reine, nommé chevalier de St Louis en l’an 1700

Du second lit quatre enfants:

d) Eustache Osmond, né en 1683 (lignée cadette éteinte en 1904) qui suit en B6

auteur de la 3ème branche cadette, sous le nom d’Osmond Médavy

e) Charlotte Victoire Osmond, mariée avec dispense de bans du 24/7/1702 à Sébastien de La

Rue, écuyer, seigneur de Bos en la paroisse de Bernière, diocèse de Bayeux, Rupière

f) Anne Charlotte Victoire d’Osmond, mariée avec dispense de bans du 30/7/1715, à Georges

de Gémare (Giémare) seigneur du lieu, Collebot et autres lieux, en la paroisse de Heulland,

diocèse de Lisieux, demeurant à Lisieux, fils de Robert Bertrand et Anne de Cavelande.

g) Catherine d’Osmond, qui épouse vers 1720 Michel Emery Grandin, sieur de Campalan, né le

10/1/1689, aide major au régiment de Brancas, infanterie, blessé au siège de Lille en 1709 et

retiré du service en 1716, dont une fille, future Madame de Cacqueray-Quesnéville.

h) Marie Osmond, religieuse à l’abbaye de la Chaise-Dieu près L’Aigle

A 6

René Henry Osmond, marquis

Blason: « De gueules à un vol d’Hermines »

Noblesse Authentiquement constatée sur production de titres en 1567 et 1666.

Chevalier, seigneur et patron d’Aubry le Panthou, La Fresnaye-Fayel, du Mesnil Froger, Roiville etc.... Maréchal des Camps et armées du roi, marquis d’Osmond par lettres patentes de mars 1719, enregistrées au Parlement de Rouen le 4/12/1720, érection en marquisat, sous ce nom, des seigneuries d’Aubry le Panthou, La Fresnaye, du Mesnil Froger et de Roiville sous une même dénomination.

Aide major au régiment du roi, infanterie, chevalier de St Louis le 1/2/1694, depuis, commandeur de l’Ordre militaire, maître de camps des dragons et brigadier des armées du roi en 1709. Il eut une cuisse coupée à la prise d’Heidelberg.

Il avait servi précédemment dans les mousquetaires,puis dans les régiments du roi comme capitaine en 1697. Mis à la retraite le 1/8/1719 étant encore brigadier des armées de Sa Majesté.

Il décède le 15/8/1731 en son château d’Osmond, près Aubry le Panthou.

Il épouse le 15/5/1697, avec dispense de parenté au 2ème degré, Françoise Jeanne d’Osmond, sa cousine germaine précitée, fille de Gabriel d’Osmond et Marie Doynel

dont il eut:

1. Renée Gabrielle Osmont née le 3/8/1701 à Aubry Panthou, preuve pour St Cyr le 16/11/1711,

novice le 14/6/1722, religieuse le 25/6/1724 religieuse à l’abbaye royale de St Louis, décédée le

2/7/1727 à St Cyr.

2. Charlotte Osmond, décédée jeune

3. Françoise Osmond, décédée jeune

4. René Jean d’Osmond, qui suit en A7

5. Louise Aimée Jeanne d’Osmond, née en 1709 et décédée le 13/8/1776, en son château de Sainte Croix du Mesnil Gonfray, diocèse de Lisieux, âgée de 67 ans “qu’elle a passé dans l’exercice de toutes les vertus morales et chrétiennes”.

Elle épouse en la chapelle d’Osmond, après dispense de bans, le 14/6/1734, Henry Descorches (d), écuyer, seigneur de Sainte Croix du Mesnil Gonfray, de la Ferrière et Bonnefoy. Il était veuf, sans enfants, de Jeanne Ursule de Fradet d’Imanville, épousée en janvier 1731.

Elle hérite de son frère, en 1774, le marquisat et le château d’Osmond. Postérité.

6. Germain Eustache, né en 1713, décédé en 1716

7. Eustache Louis d’Osmont, né le 17/9/1713, chevalier de Malte de minorité en 1715 et page de

la grande écurie du roi le 30/12/1729.

8. Marie Louise Cécile Henriette, comtesse d’Osmond, née et baptisée à Aubry le Panthou le 3/12/1716, morte en son chapitre de Remiremont le 15/5/1783, sans alliance. Dame de La Fresnay Fayel, reçue sur preuves du 10/1/1726 à la Maison de St Cyr, dont elle sortit le 13/10/1736 et reçu dot le 10/5/1738. Reçue en 1751 chanoinesse et dame comtesse du haut châpitre de Remiremont en Lorraine.

9.Charlotte Françoise d’Osmond épouse en premières noces, avec dispense de bans du 20/4/1739, Alexandre de Manoury, chevalier, seigneur et patron de Montornel au diocèse de Séez.

En secondes noces, elle épouse le 21/1/1745, et dispense de bans du 27, Louis Jacques Charles de Perrochel, chevalier, seigneur de St Aubin du Locquenay, de Moitron, Murson, St Germain, La Couldre, Colombier, Créances et autres lieux, au diocèse du Mans, ancien officier au régiment du roi, Infanterie, dont, entre autre:

- Louise Victoire de Perrochel x Antoine Charles Le Pellerin, marquis de Cauville, chevalier, né le 17/7/1758, mousquetaire de la garde ordinaire du roi en seconde compagnie (noire) puis officier au régiment des gardes françaises.

Ils habitaient dans le château de St Martin qu’ils avaient fait construire à Etrepagny.

La veuve de Michel François d’Osmond habitait alors à 4 kms d’Etrepagny, Longchamps.

A 7

René Jean Osmond (Jean René)

Né en 1707, décédé le 5/12/1771, âgé de 64 ans à St Just, près de Vernon sur Seine, sans postérité. Capitaine de cavalerie dans le régiment de Clermont-Prince de S.A.A.S. Monseigneur le comte de Clermont, en garnison à Arras en 1737

Chevalier, 2ème marquis d’Osmond en 1731, seigneur et patron d’Aubry le Panthou, La Fresney Fayel, Roiville, Le Mesnil Froger. Chevalier de St Louis en novembre 1740, gouverneur pour S.M. de la ville d’Argentan depuis 1755.

Il épouse en 1737, Marie Anne Thèrèse Turgot, dame des Tourailles, décédée à Paris le 21/1/1768, fille unique de N.Turgot, baron des Landes, seigneur des Tourailles, de La Couture et de Modeville. Elle était veuve, avec une fille, la marquise de Rabodanges, de Pierre de Neu(f)ville, marquis de Cleray en Basse Normandie, chevalier , seigneur de Condé, dont elle avait été la seconde femme, alors qu’il était veuf, sans enfants de Marguerite de Caumont La Force.

B6

Eustache Osmond

Chevalier, seigneur puis comte de Boitron, diocèse de Seez, du chef de sa mère et par lettres patentes de janvier 1720, de Médavy, Mélignyon et autres lieux, né le 5/1/1683, page du roi en sa petite écurie le 4/12/1702. Aide de Camp du duc de Vendôme pendant la guerre d’Espagne.

Né le 5/11/1683 fils puiné de Jean Osmont et Anne Renée Mallard.

Il épouse, le 5/1/1714, Marie Louise de Pardieu de Maucomble, vivant encore, veuve en 1774, soeur de Madame Le Veneur de Catteville, cadette des deux filles de Louis de Pardieu, chevalier, marquis de Maucomble et de Bully, seigneur de Bailly en Rivière et de Gratte Plache, et de Marie Le Veneur de Thillières, alliés le 16/4/1687.

Sept enfants sont nés:

1) Gabriel Barnabé Louis d’Osmond , chevalier, comte d’Osmond, comte de Boitron de Médavy, du Mesnil Froger etc...

Né en 1716, décédé en émigration à Bruxelles, en 1792. Capitaine de Carabiniers, chevalier de St Louis, nommé chambellan du duc d’Orléans et présenté au roi en cette qualité par ce prince.

Ami intime du comte Durfort de Cheverny , lequel lui consacra tout un chapitre dans ses mémoires - Attaché à Monsieur le duc de Chartres en 1768, mestre de camp en second au régiment de Cambrésis, monta dans les carosses du roi et chassa avec lui le 12/11/1784.

“Célèbre par ses originalités, grand et fort et bien fait, se livrait à corps perdu à tout ce qui amusait... malheureusement, la passion du jeu absorbait toutes ses qualités” Durfort,Tome II pages 45 à 71.

Connu comme joueur, il avait plus de 60.000 livres de rente en terres, situées près de Coutances et St Lô.....Spirituel et distrait, il était aimé de tout le monde - Mme de Genlis - Chaque jour il déjeunait chez la duchesse d’orléans et le duc d’Orléans le surnommait “ le mari de ma femme ....”

Il épouse Rose de Thère, “très douce, très sage, très aimable” - Durfort - aînée des deux filles de son riche voisin Charles François, comte de Thère et de Marguerite Rose d’Harcourt d’Olonde. Mariés le 21/3/1732.

Deux filles:

- N.d’Osmont, qui épouse Charles Adolphe de Mauconvenant, chevalier, marquis de Ste Suzanne en Cotentin, élection de Carentan, seigneur de Besneville, de St Nicolas de Pierrepont et Lithaire, votant au baillage de Saint Sauveur Landelin en 1789

- Charlotte Rose Jacqueline d’Osmont, présentée à la cour le 16/4/1780, ayant épousé par contrat signé de la famille royale le 2 du même mois, Christophe Nicolas Joseph Etienne de Malbec de Montjoc, comte puis marquis de Briges, en Gévaudan, chevalier, seigneur de Beauchamps et du Mesnil Rogue en Normandie, né le 3/9/1761, premier écuyer de la grande écurie du roi en survivance de son père. Major en second aux chasseurs de Flandre, depuis émigré, tué à Quiberon en juillet 1795, dont postérité.

2. Charles Eustache d’Osmond, né en 1723, décédé à Sées le 2/5/1761, chevalier de Malte et

lieutenant des vaisseaux du roi.

3. Louis Eustache d’Osmond, qui suit

4.Charles Antoine Gabriel d’Osmond de Médavy, né en novembre 1723, décédé à Nancy en 1793. Chanoine et comte de chapitre d’Ainay, à Lyon en 1743, vicaire général du diocèse d’Auxerre. Nommé évêque de Comminges “évêché valant plus de cent mille livres de rentes dans un pays où il était impossible d’en manger plus de douze” - Durfort -) et comte de Lyon.

Démissionnaire de son siège épiscopal, remplacé par son neveu en février 1785, tandis qu’il fut alors nommé , le 25/2/1785, abbé commanditaire de l’abbaye royale de St Pierre de Préaux, ordre de St Benoît, congrégation de St Maur, diocèse de Lisieux, bulles en date du 8/3 et prise de possession le 13 avril suivant.

Rempli d’amabilité et de bonté, avec une voix charmante et une jolie figure, il avait le malheur d’être estropié étant jeune et avait une jambe de deux pouces plus courte que l’autre. Il émigra en Suisse avec Mademoiselle Jogues de Martainville, fille d’un Dillon” - Durfort -

5. N. d’Osmond, fille sans alliance.

6. N. d’Osmond, dit l’abbé d’Osmond, vicaire général des diocèses de Rouen et de Lisieux. Nommé à l’abbaye de Clairefontaine, ordre de Citeaux, diocèse de Besançon, en 1768.

7. Marie Anne d’Osmond, décédée au château de Lommé en Bigorre, le 16/7/1789, laissant postérité de son alliance du 30/12/1767, avec Bernard de Cardaillac, 5ème du nom, comte de Cardaillac, chevalier et baron d’Esparros, seigneur de Lommé, Batse, Espèche, Montagnac, Castres Labrande, co-seigneur de Bize Nistos, Gayan et Taybosc en Bigorre.

Né à Lommé le 23/10/1736, y décédé le 10/5/1789 à 52 ans. Sous lieutenant de la colonelle au régiment du roi-infanterie en 1751, lieutenant de la compagnie de Sourniac du même régiment en 1755, capitaine au régiment du roi en 1760, chevalier de St Louis en 1770.

Louis Eustache Osmond 3ème marquis d’Osmond

Né au château de Médavy le 22/10/1718, décédé en l’habitation du quartier Maribaron, en l’île de St Domingue en 1782.

3ème comte de Boitron, chevalier, seigneur de Boitron, Médavy, chevalier de St Jean de Jérusalem de Malte, reçu de minorité en 1720. Page de la grande écurie du roi en 1729, enseigne de vaisseaux, puis capitaine de frégate. Commandant les milices du Fort Dauphin, île de St Domingue. Chevalier de St Louis le 18/8/1772, ayant 26 ans de services, dont 23 dans la marine.

Il épouse à Fort Dauphin, île de St Domingue,le 12/10/1750, Marie Elisabeth Cavelier de la Garenne, décédé veuve, parente des Tascher de la Pagerie, fille d’Antoine Pierre et d’Anne de Pardieu de Croislet.

Femme très féconde, mais avec très peu de fortune, heureux auprès d’elle, il passa sa vie à faire des enfants et à cultiver une modique habitation......” - Durfort -

Dont six enfants:

1. René Eustache Osmond, né le 17/12/1751, qui suit

2.N. d’Osmond, envoyé de St Domingue en France avec son frère puîné auprès de leur oncle, l’évêque de Comminges pour leur intruction. Il tomba à la mer durant le voyage et se noya (1758)

3.Antoine Eustache Osmond, né à St Domingue le 6/2/1754, décédé à Nancy le 27/9/1823. Abbé d’Osmond de Médavy, puis baron de l’empire, avec transmission à son neveu. Chevalier des Ordres de Monsieur. Vicaire général de monseigneur de Loménie de Brienne à Toulouse en 1777 Rentré en France avec son frère précité, et confié à son oncle l’évêque. Vicaire général du diocèse de Toulouse, nommé évêque de Comminges, en lieu et place de son oncle démissionnaire. Sacré le 1er mai, nommé le 15/7/1788. Commandeur ecclésiastique des Ordres hospitaliers et militaires unis de N.D. du Mont Carmel et de St Lazare de Jérusalem. Archevêque de Florence. Le 26/9/1801, il avait donné sa démission datée de Londres.

Emigré, rentré en France en février 1802, il fut placé sur le siège concordataire de Nancy. Evêque de Nancy en 1805, aumônier du Prince et de la princesse Louise en 1805. “ Il était grand, beau, bien fait et plein d’esprit.....” - Durfort -

Lettres patentes de mai 1808, comte d’Osmond et de l’empire, par lettres patentes de Napoléon Ier du 16/2/1810.

(Voir: Vie épiscopale de Mgr Antoine Eustache Osmond, par l’abbé Guillaume, Nancy 1862.)

4. Eustache, abbé d’Osmond, né en 1755, vicaire général au diocèse de Toulouse après son frère, en 1785. Agent général du Clergé de France avec l’Abbé de Montesquiou. Nommé en 1786 abbé commanditaire de l’abbaye de Beaugency, ordre de St Augustin, diocèse d’Orléans.

5. Marie Joseph Eustache d’Osmont, dit le vicomte d’Osmond, né le 6/5/1756 à St Domingue, décédé au château de Pontchartrain, près de Paris le 1/10/1839. Sous lieutenant au régiment de Bourgogne en 1774, réformé en 1776, capitaine attaché au régiment d’Orléans, cavalerie en 1777. Rang de major, attaché à l’infanterie en 1779, mestre de camp en second du régiment de Cambrésis le 23/4/1781. Mestre de camp commandant le régiment de Neustrie, infanterie, en garnison à Strasbourg, puis à Schlestadt en 1788. Chevalier de St Louis en 1787, maréchal de camp le 1er mars 1791. Emigré. En avril 1793, il servait au corps de Condé comme lieutenant en second de la compagnie n°4 de l’infanterie noble. Passé en Angleterre, il y devient en décembre 1794 lieutenant colonel des Hulans Britanniques de St Domingue, dits aussi Dragons de Charmilly, et même quelques fois Lanciers d’Osmont, corps qui exista jusqu’en septembre 1795. Commissaire extraordinaire du roi dans la 22ème division militaire à Tours en mai 1814. Lieutenant général des armées du roi le 23/6/1814, gentilhomme ordinaire de la chambre du roi, commandeur de l’ordre royal et militaire de St Louis le 1er mai 1821, alors qu’il résidait à Pacy sur Eure.

x Mademoiselle de Vigée en février 1789

xx Anne Marie Marthe Gilbert de Voisins , fille de Pierre Paul, 2ème du nom, chevalier, marquis de Vilennes, de Grosbois etc... Président à Mortier au Parlement de Paris, greffier en chef du Parlement, mort sur l’échafaud révolutionnaire de Paris le 25 brumaire an II (15/11/1793) et d’Anne Marie de Merle de Beauchamps, mariés le 27/6/1768, décédée en 1801.

Du second lit, un fils:

- Charles Marie Eustache Osmond, né le 22/5/1796, décédé sans postérité. Capitaine de Cavalerie. Hérite en 1823 du titre de baron d’Empire de son oncle, l’évêque de Nancy, suivant le décret du 28/10/1808.

Il sert comme officier d’ordonnance au général Donnadieu dans la campagne d’Espagne et fut créé chevalier de la Légion d’Honneur en Août 1823.

6. Anne Elisabeth Rosalie d’Osmond, dite Rose Joséphine , domiciliée à St Domingue.

Elle épouse par contrat signé à Versailles, en présence du roi et célébration à St Roch de Paris, le 19/2/1786, Robert Maurice comte d’Argoult, capitaine des dragons, fils du gouverneur de St Domingue.

Décédé en 1790, pour avoir, en 1789, été défendre ses propriétés à St Domingue. Son cheval l’emporta au milieu des nègres rebelles et il fut assassiné. Dont un fils, Eugène.

7. N. d’Osmond, chevalier, lieutenant des vaisseaux du roi, mort pendant la guerre d’Amérique.

8. Anne d’Osmond, épouse François d’Oilliamson, marquis de Courcy.

Eustache René Osmond 4 ème marquis d’Osmond (Eustache René)

Comte de Boitron, marquis d’Osmond par suite de la mort du chef de la branche aînée, né le 17/11/1751 à Fort Dauphin (St Domingue) décédé le 22/2/1838 à Paris. Il fit une carrière militaire:

Sous-lieutenant au régiment de Chartres, chambellan du duc d’Orléans en survivance de son oncle, capitaine au régiment de Bourgogne en 1771, mestre de camp-lieutenant en second du duc d’Orléans, cavalerie en 1776, colonel en second du régiment d’Orléans en 1780, mestre de camp commandant du régiment Barrois, infanterie, en garnison en Corse le 1 er janvier 1784. Commandant du vieux château de Rouen, démissionnaire en 1788. Ministre plénipotentiaire à la Haye lors de la Révolution française. Rentré en France sous la première Restauration, il devient lieutenant général chargé de diverses ambassades en Russie, au Piémont, à Londres.

Louis XVIII le fit Pair de France héréditaire le 17/8/1815, en récompense des services rendus.

x Hélène Dillon, née en 1753, le 15/3/1778, par amour, à Blanquefort, tandis qu’il se trouvait à Bordeaux avec son régiment, née en Worestershire, présentée à leurs majestés le 12/4/1780. Décédée à Paris le 30/5/1831. Emigrée en Suisse pendant la Révolution. Soeur des comtes Théobald et Edouard Dillon. Fille puînée de Robert Dillon, écuyer, seigneur de Terrefort, en Médoc, et de Mary Dicconson (fille du gouverneur du prince de Galles à St Germain en Laye)

dont deux enfants:

- Adélaïde Charlotte Louise Elonore d’Osmond, dite Adèle, née à Versailles le 19/2/1781, décédée à Paris le 10/5/1866, sans postérité, enterrée au cimetière d’Osmond (Manche) aux pieds de son père, de son frère, de sa belle-soeur.

x Benoît Le Borgne, comte de Boigne, né à Chambéry le 8/3/1751 d’un marchand de pelleteries dauphinois établi à Chambéry et ayant son magasin rue des Cabornes, Jean Baptiste Leborgne + en 1765 et de Hélène Gabet, âgé de 45 ans, ancien général au service du rajah de Delhi, châtelain de Buissonrond près de Chambéry et le “nabab” de cette ville, possesseur d’une fortune immense. Séparés d’un commun accord, il s’était retiré en Savoie. Décédé le 21/8/1830. Il s’était remarié en 1788 avec Helen, Begum dont il aura Anne Banou Le Borgne de Boigne née en 1792.

Adélaïde Osmond, comtesse de Boigne écrira ses mémoires, racontées avec charme et esprit. Elle connut une extraordinaire et macabre aventure.... ne trouva pas la paix, même dans le tombeau, diront ses pairs....

Auteur des “ Récits d’une tante, Mémoires de la comtesse de Boigne “ 1781-1814, édité en 1906, et deux romans: “La maréchale d’Aubeterre “et Une passion dans le grand monde.

Elle fut l’amie de Pozze di Borgo, de Nesselrode et la maîtresse du duc de Fitz James, puis du chancelier Pasquier.

- Charles Eustache Gabriel Osmond qui suit

Charles Eustache Gabriel dit Rainulphe, 5ème marquis d’Osmond

Vicomte, comte, puis marquis d’Osmond, né à Versailles le 27/6/1787, décédé à Paris le 8/10/1862.

Châtelain de Pont Chartrain, nommé fort jeune sans avoir jamais servi, chef d’escadron de cavalerie (4/11/1814) aide de camp de son père, reçu la croix de la Légion d’Honneur. Capitaine adjoint et aide de camp du duc d’Angoulême qui le chargea d’une mission à Turin et auquel il rapporta la déclaration de Vienne du 13/3/1815. Lieutenant-colonel de cavalerie, menin de Monseigneur le Dauphin de 1815 à 1830. Aide de camp de Son Altesse Royale, aide de camp du Prince Généralissime et nommé chevalier de St Louis par le duc d’Angoulême en Espagne en 1823. Officier de la Légion d’Honneur, chevalier de St Ferdinand d’Espagne et des SS. Maurice et Lazare, et Sardaigne.

On le disait gringalet et extrêmement lié en 1806 à la belle Madame d’Hautefort.

x Aimée Marie Louise Angélique Caroillon des Tillières par contrat le 25/11/1817, cérémonie le 2/12/1817, née en 1797 et décédée à Paris le 2/8/1853, fille de Claude, fermier général et secrétaire du roi et de Mademoiselle Magallon du Mirail.

Elle était nièce de la vicomtesse O’Connell et héritière de l’hôtel Destillières, appelé depuis l’hôtel d’Osmond. Considérée comme la plus riche héritière de France, d’un caractère angélique mais difforme. Douce, bienfaisante et modeste, cravachée par son mari, selon les potins de cour...

dont:

1. Marie Charlotte Eustachine Jeanne d’Osmond, née à Paris le 1/1/ 1827, décédée en son château de Châteauneuf sur Cher en Sarthe, le 12/11/1899.

x Jacquelin Armand Charles, 3ème duc de Maillé de La Tour Landry le 15/10/1845, né le 5/5/1815, décédé à Paris le 4/3/1874, fils de Charles François Arnaud Maillé de La Tour Landry duc de Maillé 1770/1837 et de Blanche Joséphine le Bascle d’Argenteuil.

dont postérité, entre autre:

- Claude Louise Marie de Maillé de la Tour Landry, née à Paris VII le 18/4/1848, inhumée le

11/10/1936 à La Ferrière

x Jean François Albert Sigismond II du Pouget de Nadaillac, le 18/5/1872, marquis et général

d’armée. Décédé le 8/6/1928, commandeur de la Légion d’Honneur.

Arrière-grand-père d’Antoine de Nadaillac, (notes de ce correspondant)

- Artus de Maillé de La Tour Landry 1858-1926

2. Rainulphe Marie Eustache d’Osmont qui suit

Rainulphe Eustache Osmond 6ème marquis d’Osmond

Comte, marquis d’Osmond, dit le comte d’Osmond, né le 24/6/1828, décédé à Paris le 11/11/1891, châtelain de Montmorin en Seine et Oise, membre du cercle de l’Union Artistique et très répandu dans la société parisienne.

Artiste, élégant, prodigue, mélomane et original. Il est l’auteur de: “Reliques et impressions” puis de “Etudes, silhouettes et croquis” (avec une préface d’Alexandre Dumas) “A la Billebaude par le maître d’équipage” en 1817 “Dans la montagne “ et enfin, “Le tyrol autrichien”.

x Marie Joséphine Tardieu de Maleyssie, les 22 et 23/9/1854, divorcés après 1862, décédée à Paris, fille puînée d’Antoine Charles Tardieu, 7 ème marquis de Maleyssie, de Melleville et de Marie Léonie Joséphine de Robert d’Aquéria de Rochegude.

xx Maria Thérésa Edwidge Géronima Roero di Cortanze, décédée à Rome le 24/6/1920, inhumée à Turin, veuve de Louis Solaro, comte del Borgo, avec quatre enfants : le comte Albert di Borgo lieutenant aux lanciers de Novare, le chevalier Brittanio, sous lieutenant d’artillerie, le chevalier Victor, école militaire de Modène, et Mademoiselle Paola Solaro di Borgo.

du premier mariage, un fils:

- Eustache Conrad Osmond qui suit

Eustache Conrad Osmond 7ème marquis d’Osmond

Né à Pontchartrain le 15/8/1855, décédé sans alliance le 8/6/1904, dernier mâle de sa maison, inhumé dans le petit cimetière d’Aubry le Panthou en Orne. La terre fut morcelée et vendue, les archives dispersées.

Du second mariage:

Osmonde d’Osmond, sous tutelle.

Ses droits de propriété sur les Mémoires de la comtesse de Boigne, sa grande tante ont été définitivement reconnus par la Cour de Cassation en 1919.

Non identifiés

- N.Osmond, lieutenant de grenadiers au régiment de Béarn, blessé à Johannisberg en 1762

- Louis Alexis Dominique, garde du corps du roi, compagnie de Luxembourg, nommé chevalier

de St Louis en 1776.

Osmont nobles Parties de généalogie

Osmont du Tillet, (aussi d'Osmon) Normandie.

Titre de baron héréditaire sur institution de majorat (maison à Paris) en faveur de Augustin Esprit Osmont, chef de bataillon, par lettres patentes du 19/7/1825, avec règlement d’armoiries :

"D'azur au chevron d'or,accompagné en chef de 2 étoiles de même et en pointe d'un croissant d'argent,au chef de même chargé de 3 roses de gueule"

(Révérend, restauration 5)

Famille originaire de Caen, qui a formé plusieurs branches et donné des trésoriers de France de la généralité de Caen.

I Marc Juvénal Osmont

Sir de Villarceaux, du Tillet etc...

Président Trésorier de France au bureau des finances de la généralité de Paris en 1759.

Conseiller - secrétaire du roi vers 1770.

Il épouse Françoise Rose Geneviève Chastelain, dont:

- Esprit Jean Juvénal Osmont, dit Monsieur de Villarceaux, avocat au parlement, maître ordinaire en la Chambre des Comptes de Paris en 1789.

Il épouse N.N., dont un fils.

- Henri François Osmont, dit Monsieur d’Amilly.

- Clément Marc Osmont, dit Monsieur Tillet

- Augustin Esprit d’Osmont qui suit.

II Augustin Esprit Osmont

Baron d’Osmont, chef de bataillon d’infanterie, retraité lieutenant colonel, chevalier de St Louis, fut créé baron héréditaire sur institution d’un majorat, par lettres patentes du 19/7/1825.

Né à Paris le 10/5/1781, décédé en 1830.

Il épouse Marie Philippine Dalinde Bugnet, remariée à Monsieur Duverger et fille d’Antoine Dalinde Buguet et d’Iphigénie Rivet, dont:

III Marc Juvénal Osmont

Baron d’Osmont, décédé à Paris le 24/8/1842.

 

Souche II Osmont

Blason : « écartelé au 1 et 4 quartier de gueules, eu 2 et 3 d’argent à trois fasces d’azur »

Alias : « écartelé de gueules de d’argent à trois fasces d’azur » Armorial général de Normandie.

Maintenus nobles en 1667 sur preuves de 1495 fournies pour servir au métier des Armes en 1789.

Michel Osmont

Vivait en 1399, seigneur d’Asnières, épouse inconnue (Laroque, Histoire d’Harcourt lui attribue Jehanne de Bouquetot ce qui est inexact)

dont au moins trois enfants:

1. Guillaume Osmont, écuyer, seigneur d’Asnières, vivant encore en 1429, épouse Jeanne de Valvendrin avant 1418, laquelle était héritière de son frère trépassé avant 1418, (Ce couple est confirmé dans la possession de ses biens sous Henri V - les biens hérités par Jeanne proviennent du vicomté de Falaise)

dont au moins deux fils:

- Louis Osmont, écuyer, vivait en 1441. Sans données.

- Yvon Osmont, vivant en 1463 qui suit (aussi donné pour fils de Jehan, ci dessous)

2. Marguerite Osmont, épouse vers 1420, André de Sarcilly, seigneur d’Ernes et dont descend

toute cette maison.

3. Jehan Osmont qui suit

Jehan Osmont

Seigneur de Messières, Ablon et autres terres dans les vicomtés de Falaise et Honfleur. Décédé avant 1422.

Epouse inconnue, mais dont il eut cinq enfants:

1. Yves (Yvon) Osmont, qui suit (aussi donné pour fils de Guillaume ci dessus)

2. Jehan Osmont, seigneur de Conches, vivait entre 1458 et 1484

x N.N.

dont:

- Madeleine Osmont, dite fille de Jehan Osmont, verdier de la forêt de Conches

x Guillaume Corneille, sieur de Boisguilbert, fils de Pierre Corneille, prévôt puis échevin

à Conches en 1533, décédé en 1588.

Un des frères de Guillaume, Pierre, époux de Marthe Le Pesant, fut le père du grand poète Madeleine Osmont était donc la tante de : Pierre et Thomas Corneille et de leur soeur Marthe, laquelle avait épousé François Le Bovier de Fontenelle, dont le fils, Bernard Bovier de Fontenelle fut l’auteur des “ Entretiens sur la pluralité des mondes “ et fut d’ailleurs secrétaire perpétuel de l’Académie Française.

Les Pesant étaient une famille de “Maîtres en la cour des comptes de Rouen

Jacques Voisin, sieur de Neufbosc, conseiller au Parlement en 1647 avait épousé avant 1677, Elisabeth Osmond, fille et héritière de Richard Osmont et d’Elisabeth Bras de Fer.

Sa fille, Thècle (Marie) épousa Nicolas Pesant, conseiller au Parlement, sieur de Boisguibert, proche parent de Corneille.

3. Jehanne Osmont, qui épouse avant 1422, Jean de Heudreville, écuyer. Celui-ci se remarie

avec Catherine Le Coutellier, fille de Benoît II et Marie Louvet.

4. Katherine Osmont, née ca 1420, la plus jeune des filles, épouse Jean Le Coutellier, né en

1419, fils de Benoît II et Marie Louvet.

5. Robert Osmont qui épouse Jehanne le Coutellier, fille de Benoît II et Marie Louvet.

Yves Osmond

Seigneur d’Asnières et de Maizières, (Messières) maintenu par Montfaux en 1463.

x Jacqueline d’Alligny (Guillemette)

dont quatre fils:

1. Roger Osmont, écuyer, seigneur d’Asnières, aîné et responsable de ses frères mineurs le

19/1/1504.

Epouses inconnue, dont il eut au moins cinq fils:

- Michel Osmont, seigneur de Bray et Brunel près de Falaise. Paraît le 11/10/1560 avec

François Osmont, son fils ou neveu.

- Nicolas Osmont

- Robert Osmont, écuyer, seigneur de Bray en Cinglais.

Deux mariages, épouses inconnues.

dont au moins 5 fils, entre autres:

- Michel Osmont, seigneur de Bray et Brunel près Falaise

x Françoise de Sainte Croix

dont au moins 3 fils, entre autres:

- François Osmont, seigneur de Sainte Croix rattaché à Fontaine le Pin près Falaise et

Potigny. Paraît sur le registre de présentation à la cure le 11/10/1560 et le 26/8/1567. Décédé

avant 1632

x Barbe de Revin, fille de Pierre demeurant à Bayeux.

dont:

- Guyonne Osmont

x François de Rotours en 1592, seigneur de Plessis, Launay et Sainte Croix, fils de Julien

et Catherine Besnard dame du Plessis, contrat devant tabellion le 3/6/1592. Les Rotours

hériteront donc de Sainte Croix et le garderont jusqu’en 1710.

2. Guillaume Osmont, dit l’Aîné, vivant en 1504

x Philippine Regnault,

dont fils:

- Robert Osmont, épouse inconnue

dont cinq fils:

a) Michel Osmont, épouse inconnue, dont un fils au moins:

- Rolland Osmont, épouse inconnue, dont un fils:

- Charles Osmont, épouse inconnue, dont un fils:

- Jean Osmont, données innonnues.

b) Robert Osmont, épouse inconnue, au moins un fils:

- Jean Osmont, épouse inconnue, au moins deux fils:

- Jacques Osmont

- André Osmont

c) Charles Osmont, sans postérité.

d) Guillaume Osmont

x Anne du Breuil en 1572, dont au moins un fils:

- Samuel Osmont, épouse Elisabeth Baudouin en 1617, dont au moins un fils:

- Jacob Osmont, né en 1628, qui épouse Charlotte Montbray en 1657.

Ils habitaient la paroisse de Boullon, sergenterie du Thuit. Postérité inconnue.

3. Jean Osmont, prêtre, seigneur de Sainte Croix, recteur de l’université de Caen en

1471,1487,1513

4. Guillaume Osmont, qui suit

Guillaume Osmont, dit le Jeune

x Jeanne de Grosourdy, dont trois fils:

1) Jean Osmont, seigneur de Messières et Asnières en 1555, données inconnues.

2) Michel Osmont, prêtre

3) Anselme Osmont, qui suit

Anselme Osmont

Seigneur de Mestry, écuyer

x Jeanne Le Poutrel, dont deux enfants (encore mineurs en 1530, mis sous tutelle de

Michel Osmont, Thomas de Grosourdy et Jean Osmont) :

- Christine Osmont

- Gilles Osmont, qui suit

Gilles Osmont

x Catherine l’Archer

dont quatre enfants:

1) Anselme Osmont, qui suit

2) Sébastien Osmont, données inconnues

3) Julien Osmont, qui vivait encore le 21/3/1624

4) N. Osmont, fille

Anselme Osmont

Seigneur de Fontaine, vivait en 1586 et avait épousé en 1601,

Bonne Le Métayer, dont deux fils:

- Richard Osmont, qui suit

- Jacques Osmont, probablement seigneur de Fontaine au décès du père

Richard Osmont

Seigneur du Mesnil, décédé avant le 9/11/1661

Epouse Jeanne Salles le 10/10/1628

dont il eut deux fils:

- Richard Osmont, prêtre

- Jacques Osmont, qui suit

Jacques Osmont

Seigneur du Mesnil.

x Suzanne Canu, le 15 mars 1663

dont quatre fils:

1. Richard Osmont

x ca Elisabeth Bras de Fer

dont:

- Elisabeth Osmont

x Jacques Voisin en 1647, conseiller au Parlement.

2. Jean Osmont, qui suit

3. François Osmont, décédé en 1690

4. René Osmont

Jean Osmont

Né en 1672, décédé en 1737 à 65 ans

x Judith Le Sénéchal le 4/8/1704 .

dont:

- Jean Pierre Osmont, qui suit

Jean Pierre Osmont

Né en 1709, seigneur de Beauxlinges

x Marie Françoise Le Vallois en 1735 dont quatre enfants:

a) Jean Osmont, né en 1737

b) François Clément Osmont, né en 1738

c) Jacques Charles Osmont, né en 1739

d) Marie Anne Jeanne Osmont, née en 1741.

Branche déboutée par Chamillart, pour finalement prouver sa filiation.

Reconnus nobles par arrêt de la Cour des Aides le 4/3/1777, sur titres remontants à Michel Osmont, seigneur d’Asnières en 1399.

Remerciements à Jean Claude Lescene et Jean Pierre Omont pour l’aide précieuse qu’ils m’ont apportée et qui a permis l’élaboration de cette partie d’étude.

Et bien sûr à tous ceux et celles qu’il serait trop long d’ énumérer ici et qui se reconnaîtront, merci.