2. ANTOINE (251-356)

I. Introduction
II. Athanase et le désert
III. La vie d'Antoine
IV. Pour conclure

Bibliographie

I. INTRODUCTION

      L'histoire du monachisme commence donc avec Antoine, car il est le premier moine à propos duquel il y a des écrits.

1. Écrits de lui, car nous avons 7 de ses lettres. La première est un traité sur la conversion et l'ascèse. Les six autres sont adressées à ses disciples. Parues dans la collection de Bellefontaine, elles ne sont pas d'un abord très facile. Une remarquable introduction de dom Louf en analyse la doctrine spirituelle.

2. Écrits sur lui. Outre 38 apophtegmes peu originaux, c'est surtout la Vie d'Antoine par Athanase. Écrit que tout novice doit avoir lu et qui nous montre ce qu'un évêque du quatrième siècle pensait de la vie monastique. Voyons d'abord qui est cet évêque, auteur de la vie d'Antoine ?

 

II. ATHANASE ET LE DÉSERT

      Athanase est du même pays qu'Antoine, l'Egypte. Quand il écrit la "Vie d'Antoine", il est l'évêque de la capitale d'Egypte, Alexandrie. C'était alors une très grande ville, un très grand port où toutes sortes de gens, toutes sortes de religions se rencontraient. Il y avait une communauté juive très importante, et aussi une communauté chrétienne très active. Mais il y avait aussi du mauvais grain, et c'est là, à Alexandrie, qu'a commencé la première des grandes hérésies, l'arianisme, répandue par Arius, un prêtre d'Alexandrie, qui disait que Jésus est un homme, certes très grand, très saint, mais qu'il n'est pas Dieu.

Athanase fut un des premiers à combattre cette hérésie qui va faire bien du mal durant tout ce quatrième siècle. Déjà condamnée au concile de Nicée (325) , elle le sera plus tard, de manière définitive, au concile de Constantinople (381) ; on y affirme que le Fils est de même nature que le Père. Au moment du concile de Nicée où il assiste, Athanase est alors diacre. Peu après il est nommé évêque d'Alexandrie et il le reste jusqu'à sa mort, en 373, soit durant 46 ans. Quarante-six ans durant lesquels il combat l'arianisme et il le fait avec force et intransigeance. Aussi va-t-il passer la moitié du temps de son épiscopat en exil : les empereurs, qui soutiennent l'hérésie arienne pour des raisons politiques, l'exileront d'abord 2 ans à Trèves, puis 5 ans à Rome. Ensuite ils le condamneront à mort et on cherchera à le tuer. Athanase s'enfuit alors au désert près des moines ses amis, pour échapper aux soldats qui veulent s'emparer de lui.

      Près des moines qui le vénéraient et l'aimaient, il jouissait d'une sécurité absolue. Athanase va ainsi être obligé de s'enfuir par trois fois au désert où il séjourna longtemps. C'est dire qu'il connaissait bien le désert et ses habitants, les moines.

      Ceux-ci n'étaient pas tous de saintes gens : au début, on se réfugiait au désert pour toutes sortes de raisons : pour éviter de payer ses impôts, pour fuir le service militaire qui, à cette époque, était un enrôlement forcé, fort pénible. On s'y réfugiait aussi, comme Athanase pour de meilleurs motifs : ne pas avoir à rendre un culte aux dieux païens et échapper aux persécutions.

      Mais tous ces gens qui se réfugiaient au désert, ou une bonne partie, firent l'expérience des avantages de la solitude pour la vie de prière et d'intimité avec Dieu. On vint alors ensuite au désert par vocation inspirée par Dieu.

      Il y a deux conceptions du désert qui se trouvent toutes deux dans la Bible : terre stérile, ingrate où est envoyé le bouc émissaire chargé des péchés du peuple ; ou lieu des amours avec Dieu, terre des fiançailles. Deux aspects qui se retrouvent dans la vie d'Antoine.

      Un aspect plutôt pessimiste. La Vie d'Antoine fait une grande place au démon ; elle le présente comme le Maître du désert. En ce temps où le christianisme se répand, le désert paraît être le seul endroit qui lui reste. Aussi lutte-t-il contre les moines qui viennent peupler le désert. Le combat du moine contre le démon se situera dans la ligne du récit de la tentation de Jésus. Le moine continue l'action rédemptrice. C'est un des aspects du désert.

      Il en est un autre, plus optimiste. Si l'on vient au désert pour lutter contre le diable, comme l'a fait Antoine, on y vient plus encore pour y rencontrer Dieu. Si l'on quitte la cité des hommes, c'est pour unifier sa vie : on quitte ce qui peut distraire, pour maintenir "son esprit fixé sur un but unique", comme le dira plus tard Cassien. La motivation est positive : on quitte la cité des hommes pour la cité de Dieu.

 

III. LA " VIE D' ANTOINE "

 

            Voilà donc le milieu qui vit naître la "Vie d'Antoine", écrite par Athanase. Ce n'est pas une vie qu'Athanase imagine, car il parlait à des gens qui avaient connu Antoine. Mais ce n'est pas non plus un simple reportage, comme on écrit la vie d'un homme célèbre. Athanase n'écrit pas au hasard, il a un but.

      On en a la preuve en regardant le plan de cet ouvrage, un plan fort bien conçu, comme on peut le voir par ce schéma :

 

VIE D'ANTOINE - PLAN

 

0          PRÉAMBULE

1          PRÉSENTATION  ET  VOCATION D'ANTOINE

              3 Paroles de l'Evangile = 3 conditions pour être moine.            1-3

 

2          LES 4 ETAPES D'ANTOINE = Les progrès du moine

              a )     Aux abords du village                                                    3-7

              b )     Dans un tombeau                                                        8-10

              c )     Dans un fort de la montagne (Père des moines)          11-15

              d )     Dans le désert intérieur (Père de tous)                       49-51

 

3                      LE DISCOURS ASCÉTIQUE

              a )     Vivre l'ascèse                                                            16-20

              b )     Le combat spirituel                                                    21-43

              c )     Conclusion                                                                     44

 

4          ANTOINE, HOMME DE DIEU

              Miracles, prophéties, apophtegmes                       45-48 + 52-71

 

5                      LE DISCOURS APOLOGÉTIQUE                         72-80

              (Suite de Antoine, homme de Dieu)                                     81-88

 

6          LA MORT D' ANTOINE                                                    89-92

 

7          CONCLUSION                                                                        93

 

      En l'écrivant, Athanase veut redresser des déviations, corriger des insuffisances qu'il avait pu constater durant ses séjours chez les moines, ses amis. Il veut leur présenter, en la personne d'Antoine, un modèle, décrire le moine-type.

      Aussi un Père de l'Eglise, Grégoire de Nazianze, a-t-il pu dire de la "Vie d'Antoine" que c'était” le code législatif de la vie monastique présenté sous forme narrative” (Or. 21, 5) .

 

      Dans cette "Vie d'Antoine", nous choisirons quelques textes :

 

    La présentation et la vocation d'Antoine, où Athanase souligne les trois conditions pour être moine.

    Les quatre étapes par lesquelles Athanase nous décrit les progrès du moine.

    Un passage du discours ascétique concernant le discernement des esprits.

    Le récit de la mort d'Antoine.

(Cf. Textes)

 

IV. POUR CONCLURE

      Les quelques textes que nous avons parcouru nous donnent un aperçu sur la spiritualité d'Antoine, vue par Athanase. Nous pouvons le compléter par ce que nous en disent les lettres.

      Tout d'abord Dieu est à l’oeuvre par sa parole inspirée, proclamée dans la liturgie, qui nous met en relation avec lui. Puis nous y lisons la reprise du thème du combat spirituel que nous avons vu chez Origène. Il a chez Antoine une grande importance. Il s'agit d'une lutte contre le diable, mais au niveau des passions. L'homme créé bon, est devenu malade. Les passions sont les maladies du coeur. C'est d'elles que le diable se sert pour nous entraîner à la perdition.

      D'où la nécessité de la vigilance et de l'ascèse qui doit petit à petit transformer le corps lui-même. Antoine est optimiste : il sait que le diable n'est pas à craindre si on lui résiste en face. Il n'a aucun pouvoir réel : le Christ l'a vaincu.

      Pour le vaincre, il faut d'abord le démasquer, d'où l'importance du discernement des esprits (Textes 13 & 14). Athanase veut aussi nous dire que Jésus est là, présent à notre combat (Texte 6), présent par son Esprit qui est pour l'homme lumière et force. Dans sa lettre 1, 4 Antoine appelle l'Esprit:  "l'ami du coeur" qui "apprend comment guérir les blessures de l'âme". Ailleurs il nous engage à ne rien préférer à l'amour du Christ (Texte 8) , formule que saint Benoît reprendra dans sa Règle (IV, 21), lui qui est venu pour nous sauver et nous communiquer son Esprit.

      Aussi dans cette lutte contre le démon la prière qui nous met en contact avec Jésus et son Esprit, est-elle très importante. Il faut lui joindre la persévérance, thème souvent repris dans la "Vie" comme dans les "Lettres" : "Tenir bon, malgré tout" (Let. I, 4) . A deux reprises revient le verset du psaume 131 :"Ne donnez pas de sommeil à vos yeux, ne laissez pas vos paupières s'appesantir" (III, 1 ; VI, 10). La persévérance se traduit par le désir de progresser tous les jours davantage : elle est un perpétuel recommencement. Nous verrons ce thème repris par les Cappadociens.

      Dès le début, Athanase nous laisse entendre que la vie monastique est une "imitation du Christ" et une "suite du Christ", deux thèmes sous-jacents à la "Vie d'Antoine".

      Autre note intéressante : le moine ne cherche pas Dieu en solitaire, il est uni à tous ses frères. Plus il s'enfonce dans la solitude, plus il est mystérieusement en contact avec ses frères.

      Enfin l’Eglise tient une grande place dans la spiritualité d’Antoine, qui la présente comme “La Maison de la Vérité”.

 

 

 

 

BIBLIOGRAPHIE

 

*    Les vies d'Antoine par Athanase sont nombreuses. Citons par exemple :

 

      *    Vie d'Antoine - SC 400 - 1994.

      *    Collection Témoins du Christ" N° 5 - 1990.

      *    Vie et conduite de notre Père Saint Antoine, Bellefontaine 1979.

      *    Antoine le Grand, père des moines (collection Foi vivante) Cerf 1989.

          La vie de saint Antoine - Louis Bouyer (Saint Wandrille 1950).

 

*          Saint Antoine, Lettres, Col. Spir. Or. N° 19, Bellefontaine 1976.

*          V. Desprez : Lettre de Ligugé 237, 238.