QUELQUES "MOYENS" AU SERVICE DE L'ÉCOLE DE CHARITÉ...

Dom Yvon d’Oka

Le philosophe français Alain invitait ses étudiants à "réfléchir au plus près de soi"... C'est dans cet esprit que je choisis de réfléchir au plus près de moi, au plus près de mon expérience, au plus près de l'expérience de mon corps communautaire... Non pas pour faire de cette expérience un modèle, mais pour l'offrir en partage à votre propre discernement.

Dom Bernardo m'a demandé de développer les "moyens" utilisés dans l'école de charité. En raison des limites de mon expérience, je m'attarderai surtout à la deuxième série des moyens proposés: l'écoute, le dialogue et le discernement communautaire. Dans un premier temps, je présenterai quelques-unes des formes concrètes que ces divers "moyens" ont pris dans notre communauté... Dans un deuxième temps, je partagerai quelques réflexions plus personnelles...

***

Trois formes concrètes de notre expérience...

Échanges communautaires:

- A différents moments durant l'année, sans qu'il y ait de fréquence déterminée d'une manière rigide, nous nous réunissons pour échanger sur un aspect ou l'autre de notre vie communautaire.

- Notre communauté se trouve alors divisée en 4 groupes, représentatifs de tous les âges, et animés par un des membres du Conseil de l'abbé. Les groupes demeurent composés des mêmes frères, autant que possible, et chaque groupe a un secrétaire.

- Le premier temps d'échange a lieu en groupes. Certains frères qui ont plus de difficulté à parler devant toute la communauté se sentent ainsi plus à l'aise d'exprimer leur point de vue.

- La semaine suivante, il y a plénière: soit que chaque secrétaire présente la synthèse de ce qui s'est dit dans son groupe, soit qu'il y ait présentation d'une synthèse de ce qui s'est dit dans tous les groupes. Chaque frère peut compléter, s'il juge que son point de vue n'apparaît pas correctement dans la synthèse.

- Suite à ces ou à cette synthèse, l'échange se poursuit entre tous les frères; il peut ainsi avoir un ou deux moments d'échange en plénière.

- Si les frères du Conseil de l'abbé sont animateurs de ces groupes, c'est afin de permettre un meilleur suivi aux discernements qui ont été faits. Car rien de plus frustrant pour une communauté que des discernements qui n'ont pas de lendemain. Il est important d'arriver aux réalisations et à la mise en pratique de ce qui a été jugé bon, par et pour la communauté, comme chemin de vie et de croissance.

Réunions conjointes du Conseil de l'abbé et du Conseil économique:

- Devant le fait que certaines questions deviendraient lourdes et épuisantes, si elles devaient faire l'objet d'échanges entre tous les frères (d'autant plus que dans notre communauté plusieurs frères ont des difficultés d'audition), nous choisissons alors de traiter ces questions dans des réunions conjointes des deux Conseils, assurant ainsi l'attention aux valeurs monastiques et l'attention aux implications financières de certains choix.

- Ainsi, pour la réalisation des 4 phases de rénovation de notre monastère, de 1992 à 1995, et pour la simplification de notre structure matérielle (plus de 12 bâtiments ont été démolis de 1991 à 1996), nous avons d'abord fait les discernements exigés en Conseils.

- Les orientations prises par les Conseils ont ensuite été présentées à tous les frères de la communauté qui pouvaient demander des explications et proposer des points de vue différents. Si nécessaires, des modifications étaient apportées aux orientations présentées par les Conseils, puis les votes requis étaient pris par les membres du Chapitre Conventuel.

"Visite interne":

- Chaque année, je consacre un moment à la rencontre suivie de tous les frères de la communauté. Cette rencontre est souvent orientée sur un sujet ou l'autre de notre vie communautaire (Ex: points faibles et points forts de notre vie fraternelle, notre lectio divina), mais chaque frère demeure libre d'aborder les sujets qu'il désire.

- Un avantage de cette visite, c'est de permettre - au moins une fois par année! - une rencontre plus sérieuse et engageante entre l'abbé et chacun des frères. C'est aussi, par l'écoute rapprochée de chacun des frères, de mieux voir se préciser une situation ou l'autre qui préoccupe plusieurs frères: ainsi, lors de la "visite" réalisée en 1995, toute la question de la réorganisation du travail dans notre communauté est apparue comme prioritaire.

Je crois qu'à travers ces trois formes concrètes d'écoute, de dialogue et de discernement communautaire, il se glisse aussi une certaine forme de "correction fraternelle", au moins d'une manière diffuse et indirecte. Mais je dois reconnaître que chez nous, la "correction fraternelle" plus spécifique est encore objet de dialogue et de discernement... Sa mise en pratique demeure encore bien timide!

***

Brèves réflexions personnelles...

- Beaucoup plus qu'une activité intellectuelle, le discernement communautaire est un acte de charité... Il suppose l'écoute, le respect et l'amour de chaque frère... Il exige de chacun une ouverture, une disponibilité à laisser remettre son point de vue en question... Comment écouter sans aimer, sans laisser l'intérêt de son frère avoir préséance sur le sien?

- Le discernement communautaire exige aussi la prière... Il est bon de constater que nos idées peuvent changer lorsque nous prenons le temps de les prier, lorsque nous prenons du temps devant Dieu pour laisser décanter le secondaire de l'essentiel...

- Le climat fraternel du discernement demeure plus important que toutes les techniques que nous pouvons aller puiser dans les sciences humaines...

- Les techniques pourront servir l'esprit, mais elles ne le donneront pas... Cet esprit, nous le recevons de l'Évangile, de la Règle de saint Benoît, de la Tradition monastique et de l'Esprit qui anime notre corps communautaire...

- L'Esprit pourra même inventer avec nous des voies inédites de dialogue et de discernement, mais les techniques ne sauront jamais inventer l'Esprit!

- Le discernement se prépare dans la vie fraternelle vécue selon la perspective du chapitre 72 de la Règle de saint Benoît. C'est dans la vie fraternelle, menée au jour le jour, qu'il se prépare et qu'il se donne comme imperceptiblement... C'est un discernement au coeur de la vie, expression et recherche d'une authentique vie fraternelle, expression et recherche de la communion en Dieu et avec Dieu...

- Ce discernement se fera dans "la vérité de la charité" et dans "la charité de la vérité", comme aimaient à le rappeler nos Pères... Car la vérité sans la charité risquerait d'écraser et la charité sans la vérité risquerait de s'égarer...

***

En guise de conclusion...

Dans son chapitre sur l'appel des frères en Conseil - lieu et moment privilégiés d'écoute, de dialogue et de discernement -, saint Benoît affirme: "Après avoir accueilli l'avis des frères, l'abbé délibérera à part soi ("apud se" dit le texte latin) et fera ensuite ce qu'il aura jugé le plus utile." Saint Benoît pointe du doigt le vrai climat de liberté qui doit présider à toute cette démarche: liberté de l'abbé à l'égard de l'avis des frères et liberté de l'abbé à l'égard de lui-même, en tant que lui-même, il est un des frères de la communauté...

Ici, ma conclusion va ouvrir sur une confession... Grâce aux remarques de mes frères, grâce à l'éclairage apporté par nos deux Visiteurs, Dom Étienne et Dom Olivier, en février dernier, j'ai eu le choc de découvrir que, comme abbé, j'avais un frère de plus en communauté: le frère Yvon... et que ce n'était pas nécessairement le plus facile à faire taire!... Bien sûr le frère Yvon a le droit de se faire entendre comme tous les autres frères, mais pas plus que les autres il n'a le droit d'imposer son point de vue à l'abbé!...

Au-delà des formes que l'écoute, le dialogue et le discernement peuvent prendre parmi nous, abbé et frères, nous sommes guidés par l'Esprit qui nous libère de nos chaînes... C'est lui qui nous rendra capables d'écouter et de prendre la parole dans la vérité et la charité, si nous savons d'abord, personnellement et ensemble, nous mettre à son écoute... C'est lui qui parle et agit par chaque frère... C'est lui, l'Esprit, qui construit et anime notre corps communautaire, par des discernements fidèles au Christ et à son Évangile!

————— O —————