• Accueil • Remonter • avant 1946 • 1946 a 1949 • 1950 a 1953 • 1953 a 1956 • college • 1956 a 1959 • Scoutisme • apres 1959 • adresses •
 

après


     Professionnellement
     Activités et loisirs
     Envie de raconter
     Un message pour Aloubè ?
     Remerciements.
 
dessinateur anime

Bien que la période passée au Congo n'ait duré que 13 ans, elle n'en constitue pas moins la partie la plus importante de la vie d'Aloubè : celle de l'enfance. Cet âge béni a bénéficié de circonstances plus que bénéfiques qui l'ont aidé à traverser les vicissitudes et les contradictions de sa vie d'adulte. Cette période est riche en expériences humaines et personnelles. Elle lui a permis d'apprécier les grands espaces, les beautés de la nature, la rencontre des autres, les plaisirs de la découverte au cours d'un voyage, les esprits larges et tolérants. Elle lui a donné le goût du travail bien fait, le sens de l'utilité et l'envie d'aller à la rencontre des autres. Enfin, la sensation d'espace à aménager au profit de l'humain n'est pas sans participer au choix des différentes carrières qu'il abordera dans le domaine de l'architecture ou de l'utilisation de l'espace et de l'art de la communication.

Professionnellement

essai de carrière militaire
En 1961, Aloubè rentre à l'École Royale des Cadets, après examen d'admission suivant une année de préparation à l'Athénée Léon Lepage de Bruxelles destinée à la mise à niveau belge. En réalité, cette année est parfaitement superflue, le niveau du Congo étant certainement aussi solide si pas plus que celui de la Belgique (notamment en langues). La carrière semble tracée, mais il faut bien se rendre à l'évidence : c'est l'échec. Aloubè n'est pas taillé pour être militaire. Il démissionne en 1963. Ses deux années ne l'empêcheront pas de devoir prester une année supplémentaire à l'armée en qualité de milicien au service militaire.
études en communication

Aloubè hésite, se renseigne sur les possibilités existantes dans le domaine qu'il affectionne particulièrement, la communication. Il termine des études supérieures à l'Institut des Arts de Diffusion (IAD) avec un graduat en technique audio-visuelle. Ingénieur du son. Malgré des demandes répétées auprès de l'OCDE, il ne trouve pas l'occasion d'exercer son métier en qualité de coopérant technique au Congo, la télévision venant d'être installée. Les caisses de l'État Belge sont vides.Il travaille alors en studio pendant l'année précédant le service militaire. Il rencontre une jeune fille belge et se marie en 1965. En 1967, puis 1969 naissent ses deux filles, Nathalie et Valérie.
professionnel de la construction

Après le service militaire, il est engagé dans un bureau d'architecture bruxellois, puis, en qualité d'assistant architecte, dans une chaîne hôtelière américaine. La crise pétrolière de 1973 remet tout en question. Les américains retournent aux USA. Aloubè ne les suit pas ! La crise est profonde. Aloubè crée son propre bureau de dessin d'architecture. La réussite n'est pas au bout du chemin. La construction connaît un profond marasme. Il entre alors chez un grand entrepreneur/constructeur jusqu'en 1983, lorsque la faillite l'en déloge. Remise en question. Aloubè postule à tout vent. Il réussit simultanément un examen dans le cadre technique du Ministère des Travaux Publics et à la Ville de Bruxelles.
carrière dans l'Administration
L' État Belge l'engage à l'Institut National du Logement pendant huit ans. Le travail consiste en la mise à équivalence de toutes les normes en matière de construction et produits dérivés de tous les pays de la Communauté. Sa connaissance des langues et des métiers de la construction lui permettent de s'occuper du secrétariat technique des réunions organisées régulièrement à Bruxelles, en face des Communautés Européennes. Il quitte cet institut après sa dissolution par régionalisation et son intégration au Ministères des Travaux Publics, Régie des Bâtiments. Le travail est alors très passif. Il entre enfin à l'urbanisme de Molenbeek-Saint-Jean en 1989 et y est retraité depuis mai 2003. Après le décès de son épouse en 1993, il rencontre Mimie, ancienne de Bukavu, et son fils Thierry. Il l'épouse en décembre 2000, à l'île Maurice.

Comme les anciens du Congo, ceux qui ont connu Aloubè pendant ces années sont invités à se manifester.  Il les en remercie d'avance.

Activités et loisirs

voyages
Aloubè est définitivement vacciné au voyage. Il a l'occasion de visiter plusieurs fois les USA, le Canada, pratiquement tous les pays d'Europe non communiste en motorhome (camping-car), se rend en Asie (Thaïlande) et dans l'Océan Indien (île Maurice), aux Caraïbes et en Méditerranée. Il a sillonné pendant de nombreuses années l'Andalousie et appris l'Espagnol. Ses enfants ont hérité du virus du voyage. Son prochain but : la Nouvelle-Zélande et la Polynésie française (2 croisières avec séjour sont prévues si la maladie ne l'en empêche pas).
loisirs
Professionnel de l'audio-visuel à ses débuts, Aloubè exploite cette aptitude en qualité de hobby. Ses voyages lui ont donné l'envie de les monter en spectacle audio-visuels. Il réalise deux spectacles, mais l'entreprise est trop ambitieuse à l'heure où naît la vidéo personnelle et il abandonne à regret les projections de diapositives multi écrans sonorisées. Cette envie de "raconter" ce qu'il a vécu ou apprécier s'est maintenant focalisée sur la conception de ce premier site.

Aloubè aime aujourd'hui, dans le désordre :
      - les voyages (n'importe où) en bonne compagnie... et confortablement, vu que son âge ne lui permet plus la tente.
      - la musique classique, du Baroque au post-Wagnérisme de Mahler, le Bel Canto. La chanson française à texte (Aznavour, Brel, Ferrat, Montand...)
      - les bons vieux rock'n roll d'Elvis, Chuck Berry, Jerry Lee, Eddy Cochrane, Bill Haley... la belle époque, quoi !
      - la peinture des Impressionnistes, mais aussi Van Gogh, Modigliani, Buffet... tant qu'elle est figurative. (Il ne comprend rien à un "La-laisse-en-ski").
      - la littérature (roman, SF, les récits historiques, les biographies...) Plus le roman est épais, mieux c'est ! Simenon a une belle place.
      - la BD classique de l'école belge telle que Tintin, Spirou, Astérix....Il n'apprécie pas l'école américaine.
      - l'architecture moderne de type nordique créée par des Alvar Aalto, Mies van der Rohe, Franck Lloyd Wright... Peu de choses inintéressantes, en fait !
      - la bonne chère et les bons vins de Bourgogne surtout ( Chablis ) - les bonnes tables, les bonnes adresses. Il lutte contre l'embonpoint.
      - le cinéma de Spielberg, Kubrick... les bons vieux classiques. Il ne dédaigne pas un bon polar ou une SF (X-men , Matrix...)
      - la photographie de la nature principalement. Il possède 12.000 diapositives et commence une série en digital.

L'envie de raconter.

Toutes les personnes qui ont fait l'honneur et le plaisir de contacter Aloubè lui disent la même chose. "Moi aussi, j'ai pensé raconter mon histoire au Congo". Aloubè est certain qu'il y a des merveilles qui sommeillent dans les mémoires de tous les petits (et grands) coloniaux. Que d'anecdotes lui parviennent via un e-mail, un coup de téléphone ou une rencontre ! Il vient alors immédiatement à l'esprit d'Aloubè de les transposer dans son site. D'ailleurs, vous aurez certainement remarqué les liens ou les références figurant dans de nombreuses pages, de ceux qui l'ont autorisé, soit de joindre une de leurs photos (ou même plusieurs ! n'est-ce pas Myriam ?) ou une de leurs croustillantes anecdotes. Qu'ils en soient tous cordialement remerciés. C'est en les écrivant, en les racontant, que nos vies congolaises renaîtront, si pas avec l'intensité du moment, du moins avec la charge émotive qu'elles auront acquise avec le temps et afin que nous puissions répondre avec sérénité aux vers de Paul Verlaine dans son poème

Qu'as-tu fait, ô toi que voilà
      Pleurant sans cesse,
Dis, qu'as-tu fait, toi que voilà,
      De ta jeunesse ?

"le ciel est par dessus le toit" - 1881

Alors,

Si vous avez éprouvé du plaisir à la lecture de souvenirs communs ou semblables aux siens,
Si vous lui avez trouvé un tant soit peu de talent à raconter
l'histoire de son enfance au Congo,
Si vous vous reconnaissez dans les écrits ou sur une photo des pages que vous venez de lire,

Aloubè serait heureux de vous lire, de vous entendre, de vous écrire.
Quelques
ndukus ya masomo lui ont déjà fait part de leur plaisir à "se retrouver" dans les pages et les lignes de ce site. Tant mieux, et merci.
Continuez à faire connaître le site à vos amis et proches, à vos connaissances du Congo, mais aussi... à ceux qui ignorent encore quelle chance nous avons eue.
Que nos enfants puissent en apprendre plus sur nos (mé)faits au Congo, c'est aussi un but que s'est fixé Aloubè,

avant que la mémoire collective n'ait a jamais perdu la trace de ces moments heureux.

Un message ? Cliquez tout de suite ci-dessous sur une des adresses
albert.sarlet@skynet.be   
albertsarlet@hotmail.com
 
Aloubè se fait un plaisir de répondre à chacun.
 

Remerciements    

Globalement à tous les anciens du Congo, quels qu'ils soient, pour la matière infinie qu'ils ont permis à Aloubè de brasser.
Enfin, plus particulièrement, et dans le désordre, à
   
- Myriam Dormal pour sa contribution plus qu'active et ses encouragements amicaux, pour son rôle fédérateur,
   - Nadine Watteyne, pour sa contribution sympathique et iconographique
   - Michel Thomas, pour sa contribution photographique et ses souvenirs,
   - Georges et Sylvette Dehasse, pour leur amitié, encouragements, les anecdotes et le site de Kipushi,
   - Jacques De Kegel, pour ses encouragements et ses anecdotes plus que savoureuses,
   - Paul-Marie Boinem, pour la qualité de ses textes et son esprit critique exercé et pertinent,
   - Félix Ndiho, pour son amitié sincère et sa collaboration au dico franswahili,
   - Inès Thoumsin-Dracourt, pour son site positif "Tschamoüka", ses encouragements, ses anecdotes,
   - André Dussart, pour ses encouragement et sa connaissance du BCK,
   - Benoît Debourse, pour son amitié, ses encouragements, son site superbe et complet Inchi Yetu
   - Scipion Griffault, pour ses documents scolaires anciens,
   - André et Vincent Sohier, condisciples au Collège et représentants d'une famille très connue à Elisabethville,
   - Tina Nerrinck, pour sa gentillesse et son attachement sans faille à Lubumbashi,
   - Chantal Vandorpe-Meunier, pour son amitié et ses encouragements
   - Suzanne Blokken
, et ses souvenirs de Jadotville
   - Robert Verlaet
, pour son amitié et ses encouragements
   - Philippe Piron
, pour son amitié et ses encouragements
   - Janine Raeymakers
, pour son amitié et ses encouragements
   - Philippe Gosset
, pour son amitié, sa proposition de recherche iconographique et ses précieuses notes sur le Capitaine Stairs
   - Jean Haumont
, pour son amitié et ses encouragements
   - Pierre Gallez
, pour l'encourager à créer un site sur la région des Grands Lacs et Bukavu
   - Serge Vanneste
, pour son amitié et ses encouragements
   - Michel Genot-Viatel
, pour son amitié et ses encouragements
   - Guy Devresse
, pour sa participation active au sauvetage de belges au Katanga, avec l'escadron de marche du 1er Régiment des Guides.
   - Paul Vannès
, pour son amitié et sa participation active à "Mémoires du Congo" (TV Collège)
   - Christine Wirtgen-Devaux
, pour l'encourager à retrouver ses racines
   - Marc Graas
, pour son amitié et ses talents d'organisateur
   - Dominique et Jean-Jacques Meert
, enfants de Kolwezi, webmaster de sites katangais amicaux et passionnants
   - Martine Delcol et Eddy Van Zaelen,
pour leur site parlant des moments douloureux de l'Indépendance en 1960
   - Dolcino Elena
, pour sa quête de documents concernant les immigrés italiens aux Congo et Angola
   - Raymond R. Van In
, pour son amitié et ses encouragements et ses racines congolaises en Australie
   - Philippe Gérard
, pour son amitié et ses anecdotes savoureuses sur les colonies de vacances salésiennes en Afrique du Sud
   - Yves De Wolf, pour le lien vivant entre les anciens et les jeunes katangais par son site "Kasuku"
   - Abdillahi Didier, pour son amitié et son aide précieuse au dico des batotos (site Mwana Simba)
   - Jean Deville, pour son amitié et ses encouragements
   - Jean-Pol Cornu, pour son amitié et ses encouragements
   - Malca Levy, pour son amitié et ses encouragements et en souvenir du Grand Rabbin Moïse Levy
   - Diana Clavareau, pour son amitié et son soutien Kisugulien.
   - Rose-Marie Zico, pour son amitié et ses encouragements
   - Daniel Vigin, pour son amitié et ses encouragements
   - Kayemb Nawej, pour son amitié et ses encouragements
   - Jacques et Ann Lefèvre, pour leur amitié et leurs encouragements, leur site Katembo (Luluabourg )
   - Pierre Nyembwe (Bilou), pour son amitié et ses encouragements
   - Anna Lauwaert, pour son amitié et ses encouragements depuis la Suisse
   - Jean Bosco Baudouin Botsho, pour son amitié et ses encouragements
   - Lucy G. Siragusa, pour son amitié et ses encouragements depuis les USA
   - Jessica Rice, pour son amitié et ses encouragements depuis les USA
   - Christine Leruth-Damblon, pour son amitié, sa passion communicative des Beaux-Arts
   - J. Max Ngandu-Muamba, pour son amitié et ses encouragements
   - Albert Israël, pour son amitié et ses encouragements
   - Stéphan Kozyreff, pour son amitié et ses encouragements
   - Patrick Pools, pour sa collaboration, son amitié et ses encouragements
   - Albert Rausch, pour son amitié et ses encouragements
   - Gérard Jakubowicz, pour son amitié, ses encouragements et sa passion pour le zoo d'Elisabethville
   - Carine Lambert, pour son amitié et ses encouragements
   - Moïse Rahmani, pour son amitié et ses encouragements et son site sur les juifs sépharades
   - Yves Ghislain, pour son amitié, ses encouragements et son magnifique site sur les expatriés de Lubumbashi
   - André Chauvaux, pour son amitié et ses encouragements
   - Alain Francq, pour son amitié, ses encouragements et son site superbe sur Jadotville-Likasi
   - Nadia André-Leclere, pour son amitié et ses encouragements depuis l'Australie
   - Alain Schicks, pour son amitié et ses encouragements
   - Gérard F. Ernst, pour son amitié et ses encouragements
   - Luc Nooyens, pour son amitié et ses encouragements
   - E.-Alexandre Georges, pour son amitié et ses encouragements
   - Charles Stockmans, pour son amitié et ses encouragements
   - Jean Deville, pour son amitié et ses encouragements (Dilolo)
   - Peter Simon, pour son amitié et ses encouragements et sa contribution sur Bukavu
   - Paul Van Hee, pour son amitié et ses encouragements et ses renseignements en minéralogie
   - Ana Cruces Poncet, pour son amitié et ses encouragements depuis l'Espagne
   - Elena Dolcino, pour son amitié et ses encouragements depuis l'Italie
   - Philippe Piron (Filipi), pour son amitié et ses encouragements
   - Yves De Wolf, pour son amitié et ses encouragements (Inongo)
     

et combien d'autres encore qu'Aloubè remercie de tout coeur pour l'aide apportée à combler ses déficiences de mémoire.
Toute sa gratitude, à chacun !
 

   fin de page - fin de section
 

retour à Scoutisme

aller à  Adresses