L'origine du @

Ou comment l'arobase, invention moyen-âgeuse,
est devenu l'icône « pop » de l'Internet.


Quand il avait trente ans, en 1972, Ray Tomlinson a créé quelque chose de grand, de révolutionnaire même. Mais on se souviendra de lui pour quelque chose de petit: un "a" encerclé, autrement dit l'arobase, le signe @. Tomlinson est l'inventeur - presque inconnu du grand public du courrier électronique.

Il travaillait alors comme ingénieur pour Bolt Beranek & Newman, à Boston, société mandatée par le Département de la Défense américain pour créer Arpanet, le réseau précurseur de l'Internet. Tomlinson avait écrit un logiciel de messagerie électronique qui, comme de nombreux autres développés depuis le début des années 60, permettaient aux chercheurs et ingénieurs qui travaillaient sur le même ordinateur de se communiquer des messages en les déposant dans des "boîtes aux lettres".

Celles-ci n'étaient toutefois que de fichiers-texte personnels, qui ne pouvait être utilisés que localement, sur la même machine. Le logiciel (appelé SNDMSG pour "send message") permettait aux "expéditeurs" de créer un texte et de le livrer à une "boîte" spécifique dans l'ordinateur. Le texte allait alors s'inscrire automatiquement en bas du fichier, où seulement le "destinataire" pouvait le lire ou l'effacer.

A l'époque, Arpanet consistait en une quinzaine de sites, tels l'Université de Californie à Los Angeles ou le MIT, et BBN bien sûr. L'intuition de Tomlinson fut de modifier un logiciel FTP qui était utilisé pour transférer des fichiers entre les sites d'Arpanet, pour lui faire transporter des messages et les insérer dans les "boîtes aux lettres" situées dans d'autres machines que la propre, selon le même mécanisme utilisé par SNDMSG. Plutot évident, mais personne n'y avait pensé auparavant.

Pour ce faire, Tomlinson dût créer un système rudimentaire d'adressage pemettant d'identifier non seulement le destinataire, mais également la machine dans laquelle sa "boîte aux lettres" se trouvait. C'est ainsi qu'en observant son clavier à la recherche d'un signe pour séparer les deux, il choisit le @, parce qu'il était certain que ce signe-là ne figurerait dans aucun nom, et ne prêterait donc pas à confusion. La première adresse électronique en réseau fut la sienne, tomlinson@bbn-tenexa (le système de domaines comme ".com" ou ".ch" fut introduit seulement des années plus tard).

Presque trente ans plus tard, le signe @ est devenu une sorte d'icône pop qui occupe l'espace communicationnel contemporain, et fait partie de l'identité d'au moins 250 millions d'utilisateurs d'Internet.

Son existence toutefois remonte au Moyen-Âge, quand, selon les linguistes, les moines copistes le créèrent par contraction du mot latin "ad", un terme plutôt versatile signifiant "à", "vers" ou "auprès". Le @ fut ensuite utilisé dans le commerce pour indiquer le prix par unité d'un produit (comme dans "3 pommes @ Fr 0.50 = Fr 1.50") et c'est probablement pour cette raison qu'il fut inséré dans les claviers des machines à écrire dès 1885, d'où il migra vers les caractères informatiques standard (comme le ASCII) quatre-vingt ans plus tard.

Le plus grand problème, aujourd'hui, est de décider comment l'appeler (tous ceux qui ont déjà essayé une fois d'épeler leur adresse e-mail au téléphone savent de quoi je parle). En anglais, on utilise le plus souvent "at" ou "at-sign"; en français, "arobase", en espagnol et en portugais, "arroba" (dérivé d'une unité de mesure). Les métaphores animales abondent: les Allemands utilisent la queue de singe ("Klammeraffe"), de même que les Hollandais ("apestaart") et les Finlandais ("apinanhanta").

Une autre métaphore animale souvent utilisée est l'escargot ("chiocciolina" en italien, "heliko" en esperanto, ou "dalphaengi" en koréen, et bien sûr "petit escargot" en français). Les Danois l'appellent "snabel a" (le a avec une trompe d'éléphant), les Hongrois "kukac" (ver de terre). Le plus beau, je crois, est "miukumauku", le "signe du miaou", utilisé par les Finlandais et inspiré, probablement, par un chat qui dort.
_______________

[Origine du document: http://www.antanreel.com/antanreel/presentation/origine_arobase.doc - @ntan Réel]