Nouveau Cours de Navigation des Glénans
(© Editions du Seuil - Editions du Compas, 1972)

Cinquième partie: Navigation
§21. La route, page 711

Jouer avec le vent.

Eviter les zones de calme, les zones où le vent est trop fort, où il est trop debout: voila des évidences faciles à énoncer, beaucoup moins simples à mettre en pratique. Par petit temps et brises folâtres, l'art qui consiste à guetter les risées et à s'y maintenir coûte que coûte (parfois au prix d'étranges détours) cet art relève surtout d'un sens aigu de l'observation. Aux abords des côtes il prend un tour encore plus subtil et celui qui n'a pas une parfaite connaissance des lieux en reste souvent confondu. Dans de telles conditions, spéculer sur le vent revient parfois à peser des ailes de mouches sur des balances en toile d'araignée. Les documents officiels ne peuvent être ici d'aucun secours. Signalons que l'on trouve toutefois un certain nombre de renseignements sur la psychologie des vents dans les ouvrages de Jacques Perret (spécialiste de la navigation évasive, pour qui l'unité de temps est le laps). Ces renseignements seront jugés plus ou moins utiles selon que l'on navigue avec Descartes ou sans.