If you see the flash !

Accueil
Nouvelles du Front
Demos, patchs
Config et bugs
Cartes multijoueurs
Le Vietnam
Sa géographie
Son histoire
Les "Personnages"
La "Vie" des soldats
Clans et Liens
Cheats et Co

 

Jouer à "Vietcong" m'a permis de m'intéresser à ces deux grands Pays que sont les États-unis d'Amérique et le Vietnam.

 

REPÈRES HISTORIQUES

Avant la guerre du Vietnam !

Le Vietnam ne fut pas une guerre coloniale parmi tant d'autres

Viêt Minh

Viêt-cong

LES USA ET LA GUERRE DU VIETNAM

Dien Bien Phu

Surnommée la guerre des hélicoptères

Indochine française future

La chique de bétel

Conte du Viêt-nam (lhistoire du Moustique)

Nôm

mines antipersonnel

La guerre fluviale

horizontal rule

REPÈRES HISTORIQUES

1802 Le royaume des Nguyen prend le nom définitif de Viêt-Nam, le sud "peuplé par les Viet".
1843 La première canonnière française intervient sous prétexte de protéger les chrétiens.
1858 Débarquement du corps expéditionnaire et début d'un siècle d'occupation.
1867 La Cochinchine devient colonie française, le Tonkin et l' Annam 15 ans plus tard sous forme de protectorats
1908 Révolte nationaliste au Tonkin.
1931 Hô Chi Minh fonde le parti Communiste indochinois.
1940 Occupation de l'Indochine par les japonais
1941 Hô Chi Minh fonde le Viet Minh, lutte pour l'indépendance du Vietnam.
1942 Après la réédition japonaise, la "révolution d'Août" engage la libération du pays, sous la conduite de Hô Chi Minh.
1946 Reconnaissance par la France de la République du Vietnam comme état libre faisant partie de la Fédération Indochinoise et de l'Union française, mais le litige concernant la Cochinchine débouche sur la guerre en décembre de la même année.
1954 Chute de Diên Biên Phû et négociation d'un cessez-le-feu en Indochine. En juillet, les accords de Genève partagent le Vietnam en 2 états de part et d'autre du 17° parallèle : au Nord, la République démocratique du Vietnam sous la présidence de Hô Chi Minh, alliée à l'URSS et à la Chine. Au sud, la république du Viet-nam du Sud est dirigée par la dictature de Ngo Dinh Diem, qui est contrecarrée par la guérilla du Viêt-Cong soutenue par le Vietnam du Nord. Face au danger communiste, envoi d'experts américains à Saigon
1964 Premiers bombardements américains sur le Nord
1973 Les accords de paix à Paris prévoient le cessez-le-feu et le retrait définitif des troupes américaines
1975 Les communistes prennent Saigon qui devient Hô Chi Minh-ville et réunifient le pays
1979-89 Le Vietnam occupe le Cambodge
1990 Signatures des accords de paix entre le Vietnam et Cambodge

1991 Le pays s'ouvre au tourisme
1994 Fin de l'embargo américain
1995 Le Vietnam devient le 7° pays de l'ASEAN

Source : http://www.mosaique.levillage.org/miroirs/ho.htm

horizontal rule

Avant la guerre du Vietnam !

Le Vietnam est sous le contrôle de la France depuis les années 1880, sous le nom de l'Indochine française.

L'Empereur Bao Dai règne durant cette période.

Tout cela change quand, en 1940, des troupes japonaises envahissent le pays.

Durant ce conflit entre les français et les japonais, les vietnamiens voient une opportunité de résister aux français et avoir leur indépendance.

Quand les États-Unis s'en mêlent, une série de conflits désastreux s'en suivent.

Les américains réussissent à prendre le dessus et le Japon se rend, le 2 septembre 1945.

Ho Chi Minh, chef du parti Viet Minh, profite de cet événement pour déclarer l'indépendance du Vietnam.

Malheureusement pour eux, la France refuse de reconnaître leur droit de souveraineté et les chasse au nord du pays.

On voit pour la première fois la délimitation du nord communiste et le sud capitaliste.

Minh profite de son alliance avec les États-Unis pour demander de l'aide.

Mais, la Guerre Froide étant en plein action, le gouvernement américain a peur de tout qui est communiste et, contrairement aux demandes de Minh, non seulement les États-Unis annulent leur alliance avec le Vietnam nord à cause de leurs idéologies socialistes, ils offrent aussi leur aide à la France pour reconquérir le Vietnam en entier.

Les conflits reprennent de plus bel. On cherche une alternative à la destruction totale du pays.

Alors, les grands pouvoirs mondiaux, tels que la France, la Grande Bretagne, l'URSS, la Chine et les États-Unis, durant la conférence de Genève, créent les Accords de Genève.

Entre autres choses, ces accords permettent une évacuation de troupes françaises au sud du Vietnam, en demandant aux communistes de se retirer au nord.

En 1955, les américains remplacent l’empereur Bao Dai par Ngo Dinh Diem.

Malheureusement, on voit immédiatement les défauts de ce choix quand Diem, chef du parti anti-communiste, va contre les Accords de Genève en ayant seulement des élections dans le sud du Vietnam.

Cette décision exclu Ho chi Minh et son parti communiste des élections.

Comme de raison, Diem gagne les élections à 98,2% des votes.

Ensuite, il déclare le sud du Vietnam un état souverain. Les communistes au nord voient déjà, par ces choix politiques, que les capitalistes occidentaux cherchent à leur enlever l’indépendance qui leur a été donnée dans les Accords de Genève.

D’ailleurs, les mesures répressives de Diem créent une envie de rébellion chez le peuple vietnamien.

Source : http://www.csvt.qc.ca/patriotes/pei/projetsperso/vietnam/avantguerre.htm

horizontal rule

Le Vietnam ne fut pas une guerre coloniale parmi tant d'autres. Pour les jeunes qui se révoltèrent en 1968 contre les pouvoirs dominants dans le monde entier, le Vietnam fut beaucoup plus. Il a représenté une première étape dans la prise de conscience des limites de l'Occident démocratique.

La résistance tenace et les sacrifices de cet ancien peuple de paysans montrèrent aux jeunes Occidentaux que la grande démocratie américaine n'était pas libérale au point de consentir que quelqu'un, dans une lointaine province d'Asie, choisisse une voie différente de la sienne.

Le Vietnam a revêtu une valeur d'exemple dans la mesure où il démontra que la plus grande puissance militaire, technologique et financière au monde ne parvenait pas à venir à bout d'un peuple qui luttait pour l'indépendance et la liberté. Après la victoire de 1975, les erreurs de la politique vietnamienne et les conflits pour l'hégémonie dans le pays déçurent les attentes de ceux qui avaient lutté pour sa libération.

Mais le Vietnam demeura cependant l'unique exemple d'une guerre qui fut combattue non seulement dans la jungle et les rizières mais aussi dans les rues, les places et les universités du monde entier. Et ce fut là que fut consommée réellement la défaite des Etats-Unis.

L'année 1968 débute au Vietnam avec un événement qui passera à l'histoire sous le nom d'offensive du Têt. A l'occasion du Têt, c'est-à-dire du nouvel an lunaire, qui se fête à la fin du mois de janvier, le président du Sud-Vietnam, Van Thieu, avait annoncé une trêve de 48 heures. Le 27 janvier commençait par ailleurs la trêve d'une semaine proclamée par le Fnl (Front de libération national).
Mais, le 30 janvier, le FLN et l'armée nord-vietnamienne lancent par surprise la grande offensive du Têt : les guérilleros surgissent de la jungle et attaquent simultanément 140 localités de plus ou moins grande importance ainsi que les quartiers généraux de l'armée de Saïgon, huit des onze commandements de division, trente aéroports et quatorze bases aériennes. Il s'agit de la plus grande offensive de l'histoire de la guerre vietnamienne.

Au Vietnam, les Américains avaient succédé aux colonialistes français battus à Dien Bien Phu, en 1954, par l'armée du Viet Minh, commandée par le général Giap. Le Viet-minh avait été fondé en 1941 par le Parti communiste indochinois présidé par Ho Chi Min. En décembre 1960, face au régime fantoche de Diem, établi dans le sud du Vietnam grâce à l'appui américain, le Front national de libération du Vietnam du Sud se constitua.

L'année suivante, les guérilleros occupaient déjà une bonne partie des campagnes, alors que dans les villes montait le mouvement de protestation des bouddhistes : en 1963, un premier moine s'immole par le feu à Saigon. Face au renforcement de l'opposition et de la guérilla, le régime de Diêm puis de Van Thieu s'engage sur la voie d'une répression impitoyable.

Dans le même temps, le soutien des Etats-Unis au régime sud-vietnamien se renforce. Durant la présidence de Kennedy (1960-1963) ), le plan de guerre spéciale est remplacé par une forme d'intervention plus musclée: des conseillers militaires américains prennent la direction de l'armée sud-vietnamienne sur le terrain, et l'utilisation de bombes au napalm contre les villages et les paysans commence, ainsi que l'emploi massif de désherbants et de défoliants. Ces derniers ont compromis pendant longtemps les récoltes et la santé des Vietnamiens.

En 1964 Johnson marque le début de l'escalade avec l'utilisation de mégabombardiers B 52 contre le Vietnam du Nord. A la fin de l'année 1965, les troupes américaines atteignent 175 000 unités. Mais aux Etats-Unis, comme dans le reste du monde, se renforce l'opposition contre la guerre, et un groupe constitué des plus grands intellectuels de l'époque (parmi lesquels Lelio Basso, Guenther Anders, Jean-Paul Sartre, Bertrand Russell) met en place un tribunal (connu ensuite sous le nom de Tribunal Russell, devant juger les crimes américains au Vietnam.

En 1967 le Che Guevara lance le mot d'ordre "Créer deux, trois, de nombreux Vietnam", et aux Etats-Unis commencent les grandes manifestations contre la guerre (avec le slogan " Stop the bombing ", arrêtez les bombardements dans le Nord-Vietnam) et le mouvement de protestation des soldats et des jeunes appelés.

L'offensive du Têt a été une tentative d'attaque générale d'une très grande valeur symbolique (un commando réussit même à pénétrer dans l'ambassade américaine à Saïgon) mais elle ne fut pas un grand succès d'un point de vue militaire. Elle ne parvint pas à conquérir de manière stable des objectifs importants et elle n'obtint pas l'effet espéré dans les villes, où n'éclatèrent pas les grandes insurrections que les partisans attendaient.
Les Américains réussirent à reconquérir presque toutes les positions qu'ils avaient dans un premier temps perdues, y compris Hue, l'ancienne capitale du Vietnam. L'offensive du Têt remporta cependant un succès politique majeur, et elle marqua un véritable tournant dans la guerre du Vietnam : elle prouva à l'opinion publique américaine et mondiale qu'une victoire des Etats-Unis était impossible à remporter dans de brefs délais, et peut-être impossible à remporter tout court.

Durant le mois de mars, les combats continuent : les troupes américaines lancent une contre-offensive dans le delta du Mékong, qui marque le début de ce que l'on appellera la guerre des rizières. Dans le même temps, les forces de libération poursuivent le siège de la base américaine de Khe Shan, qui avait commencé avec l'attaque du 21 janvier. Les bombardements massifs sur Hanoi, la capitale du Vietnam du Nord, continuent; le 7 mars on compte des centaines de victimes parmi les civils dans cette ville.

Le 16 mars est la date la plus noire de la guerre du Vietnam pour les Etats-Unis, même si la nouvelle ne se diffusera pas immédiatement : dirigés par le lieutenant Calley, les bérets verts occupent le village de My Lai et, ne trouvant aucun vietcong, exterminent plus de cent personnes, dont des femmes, des enfants et des vieillards. Malgré de multiples tentatives pour étouffer l'affaire, celle-ci fait la première page des journaux à la fin de l'année.

La pression de l'opinion publique et des mouvements de protestation contraint le président Johnson à s'engager sur la voie de négociations visant au retrait des troupes américaines du Sud-Vietnam. Après avoir retiré, le 31 mars, le commandement des troupes envoyées au Vietnam au général Westmoreland, Johnson annonce au cours d'un discours télévisé dramatique qu'il ne se représentera pas aux élections de novembre, laissant la candidature au sénateur Hubert Humphrey, et qu'il compte interrompre les bombardements sur le Nord.

Le 9 avril, Hanoï accepte l'ouverture des négociations avec les Etats-Unis, et, le 3 mai, les Etats-Unis et le Vietnam du Nord se mettent d'accord sur une pré-négociation devant débuter à Paris le 10 mai. De manière à conditionner les tractations en route, le Front de libération lance une nouvelle et importante offensive le 5 mai. L'attaque touche 122 localités mais elle se concentre avant tout sur la capitale du Sud, Saïgon.
Les Vietcong occupent le quartier industriel et commercial de Cholon, qui est alors bombardé par les avions américains. Les combats se poursuivent à Saïgon jusqu'au début du mois de juin, le temps que l'armée du gouvernement reprenne le quartier de Cholon. Entre-temps, le président Van Thieu et le vice-président Cao Ky se disputent le pouvoir dans les bâtiments officiels de Saïgon.

Le 27 juin, après des mois de siège, les marins abandonnent Khe Shan, rompant ainsi l'encerclement. Cette cuisante défaite engendre une intensification des bombardements américains sur le Vietnam du Nord, bombardements qui avaient pourtant été réduits durant les mois de mai et juin. En dépit de cela, la voie menant à la table des négociations est désormais ouverte.

Le 7 novembre, le républicain Nixon succède à Johnson à la Maison Blanche. Le 8 décembre, la délégation sud-vietnamienne arrive à Paris : elle est composée de 60 membres et dirigée par le numéro deux du régime, Cao Ky. La délégation américaine est pour sa part conduite par Cyrus Vance. Après d'interminables préliminaires, les négociations proprement dites débutent le 18 juin 1969 : autour de la table ronde siègent les deux gouvernements vietnamiens, les Etats-Unis ainsi que le Front de libération, reconnu comme interlocuteur politique et diplomatique à part entière.

Les négociations, interrompues par des phases de violente reprise du conflit, débouchent sur les accords de paix signés le 27 janvier 1973, qui prévoient le retrait des forces américaines, l'arrêt des hostilités et la réunification du pays. Van Thieu poursuit la guerre de son côté, jusqu'à la libération de Saïgon en 1975.

La suite est une autre histoire.

horizontal rule

“You know you never defeated us on the battlefield,” said the American colonel. 

The North Vietnamese colonel pondered this remark a moment. “That may be so,” he replied, “but it is also irrelevant.””

horizontal rule

Viêt Minh :

Abréviation de "Viêt-nam Doc Lap Dông Minh", ligue pour l'indépendance du Vietnam.

Organisation politico-militaire conçue par Hô Chi Minh avec des éléments communistes et nationalistes pour réclamer de la France l'indépendance du pays et le libérer de l'occupation japonaise.

Elle forma un gouvernement en 1945 et  traita en 1946 avec la France.

Devant le refus de cette dernière, il prit les armes  et souleva la population contre les forces françaises.  En 1951, il prit le nom de "Front de la patrie" et se transforma en armée régulière sous la direction du général Vô Nguyên Giap qui battit les français en 1954 à Dien Bien Phu.

horizontal rule

Viêt-cong

"Communistes vietnamiens", c'est le nom donné en 1959 par le gouvernement de Saïgon à ses adversaires communistes et à leurs alliés qui se regroupèrent en 1960 dans un "Front National de Libération" (FNL).

Le FNL proclama avec la bénédiction de Hanoï un programme en 10 points demandant le retrait de toutes les troupes étrangères, la reconnaissance de la souveraineté, de l'indépendance et de la neutralité du Viêt-Nam du Sud et la réunification progressive avec le Viêt-nam du Nord.

En 1961, le FNL intégra une armée de libération du Viêt-nam du Sud et, en 1962, un parti révolutionnaire du peuple fût établi en son sein.

Bien que comprenant des non communistes, tout le mouvement d'opposition était rattaché dans son aspect militaire au nom de Viêt-cong.

Le FNL fut représenté diplomatiquement dans tous les pays communistes, ainsi que pendant les négociations de paix à Paris.

horizontal rule

LES USA ET LA GUERRE DU VIETNAM

9 mars 1945 : les français présents depuis 1867 sont chassés par les japonais.

11 mars 1945 : proclamation de l'Indépendance du Vietnam par l'empereur Bao Daï.

2 septembre1945 : les révolutionnaires de Ho Chi Minh chassent les Japonais qui ont commencé à occuper l'Indochine depuis le début de la guerre.

Devant le peuple affamé par la colonisation française, Ho Chi Minh rédige une déclaration d'indépendance.

Réponse des français : bombardement de HaïPhong (1946), 6000 morts.

16 décembre 1946 : début de la guerre d'Indochine.

12 mars 1947 : la doctrine Truman promet l'aide des USA à tous les pays dont la liberté est menacée par le communisme. Les USA soutiennent activement l'occupation française.

7 mai 1954 : les français sont battus à Dien Bien Phu par le général Vo Nguyen Giap.

Les Accord de Genève prévoient une division provisoire du pays en attendant la réunification dans 2 ans. Le Vietnam sera réunifié et les élections permettront aux vietnamiens de choisir leur gouvernement.

Cette situation ne convient pas aux USA qui disposent d'une multitude de bases militaires dans la région. Officiellement les USA ont peur de la théorie des dominos : si le Vietnam bascule dans le communisme, tout l'Asie du Sud-Est y passera.

Officieusement ce sont les richesses en caoutchouc, teck, étain, épices, pétrole, charbon, minerai de fer et le riz qui sont convoités.

Les USA installent Ngo Dinh Diem qui a pour mission d'empêcher les élections et d'éliminer tous les opposants.

1960 le Vietminh s'infiltre au Sud et crée le FNL.

Le Vietminh réorganise les campagnes, instaure l'autogestion et obtient le soutien des paysans affamés par le régime de Diem.

Devant l'impossibilité de combattre le Vietminh, les USA intensifie l'effort de guerre.

En 1968, il y avait 500 000 soldats US au Vietnam.

7 millions de tonnes de bombes et des agents chimiques ont été déversés sur le sol VN.

Des zones entières sont déclarées "FREE FIRE ZONES" par l'armée US.

La stratégie US est : "Trouve et détruis".

Des villages entiers sont rasés sans distinction (bétail, rizières, maisons).

Les habitants sont jetés dans des fosses et mitraillés méthodiquement (hommes, femmes, enfants, bébés).

Les abris creusés par paysans pour se protéger des bombardements sont déclarés par les militaires US comme des cachettes pour les Viet Cong.

Le napalm et les défoliants rasent toute la végétation en surface.

Les enfants naissent infirmes. Le Vietminh résiste, se cache et vit dans des tunnels sous terre (tunnels de CU CHI à visiter)

En Amérique, le gouvernement US cache ces atrocités mais les témoignages des vétérans s'accumulent.

De plus en plus les américains prennent conscience de l'atrocité de cette guerre et s'y opposent : les noirs refusent de mourir pour "la guerre de l'homme blanc" (Mohamed Ali est déchu de son titre de champion).

Les oppositions gagnent de plus en plus toutes les classes sociales, les étudiants, les communautés religieuses.

Les jeunes refusent de s'inscrire et de se présenter pour l'incorporation, les militaires refusent de combattre et s'attaquent aux officiers.

L'Amérique répond en les jetant en prison. Mais la contestation gagne les jurys.

Afin de calmer l'opinion, les bombardements visent désormais les barrages, les ponts, les infrastructures, les écluses pour noyer les rizières.

1963, la CIA provoque un coup d'état et fait assassiner Diem qui voulait négocier avec les communistes.

Installation de Nguyen Van Thieu.

Les classes aisées qui, au début soutenaient la guerre, voient de plus en plus leurs enfants revenir estropiés, mutilés, psychologiquement atteints.

La CIA lance l'opération PHENIX au Vietnam : 20 000 civils sont tués après avoir été atrocement torturés pour terroriser la population.

Nixon "vietnamise" la guerre : ce sont les combattants du Sud VN qui se battent désormais, appuyés par l'aviation et financés par les USA. Mais ils ne font pas le poids face à la détermination communiste.

1975, les communistes envahissent Saigon, le régime du Sud est libéré.

La guerre a cessé à cause de l'ampleur de la protestation aux USA et la détermination du peuple Vietnamien.

Les êtres humains organisés ont gagné sur la technologie moderne organisée.

Les PENTAGON PAPERS : les 7000 pages du rapport secret rédigé par les services de Robert Mc Namara sur les crimes de la guerre du Vietnam a été photocopié pendant des nuits et remis au New York Times par Daniel Ellsberg en juin 1971.

ellsberg.net : le site de l'auteur et les liens pour acheter le document.

Le texte complet des Pentagon Papers

Les présidents US impliqués dans la guerre du VN : Eisenhower, Truman, Kennedy, Lyndon B Johnson, Nixon.

horizontal rule

 

10800 hommes, principalement légionnaires para français occupent la cuvette de Dien Bien Phu depuis novembre 1953.

 Elle sera encerclée par 35000 à 50000 Vietminh équipés en armes lourdes et alimentés en munitions et vivres  par 75 000 autres personnes poussant leurs traditionnels vélos fortement chargés. 

Le siège durera du 13 mars au 7 mai 1954.

S'ensuit la capitulation de la France. Le bilan des combats est imprécis mais se situe vers 3000 morts, coté français, auxquels il faut ajouter les blessés ; les pertes vietnamiennes s'estiment autour de 20 000 combattants.

horizontal rule

Surnommée "la guerre des hélicoptères" :

Les hélicoptères, qui connurent leurs premières heures de gloire en Corée, donnèrent leur pleine mesure pendant le conflit du Viet-Nam. 

Non seulement ils étaient chargés du transport de matériel et des troupes, mais aussi, équipés de roquettes et de mitrailleuses, on leur assigna des missions d'attaque comparables à celles confiées jusqu'alors aux avions. 

Parmi les types d'hélicoptères les plus célèbres utilisés au Viet-Nam, c'est certainement le Bell AH-IG Hueycobra, capable de voler à des vitesses proches de 350 km/h et manoeuvrant aussi efficacement qu'un chasseur, qui fut le plus employé. 

Il pouvait non seulement assurer sa propre protection, mais aussi répliquer efficacement à toute attaque provenant du sol, notamment contre les chars. 

Son équipement pouvait être composé d'une mitrailleuse de 7.62 mm capable de tirer de 1600 à 4000 coups à la minute, d'un canon de 20 mm, d'un lanceur de grenades de 40 mm et de tubes pour engins anti-chars à fils, bref, un véritable arsenal pour un petit hélicoptère capable de se glisser habilement dans un univers hostile. 

La tactique consistant à utiliser les abris naturels à basse altitude pour s'approcher au plus près de l'ennemi, utilisée couramment de nos jours, fut mise au point à cette époque.

horizontal rule

 1010 UH1B, 750 UH1C, 2010 UH1D, 4850 UH1H et 220 UH1V (évacuation sanitaire).

Mise en service en 1959.

Une mobilité sans précédente : sans hélico il aurait fallut 3 fois plus de troupes pour sécuriser la frontière avec le Cambodge et le Laos.

Avec le Huey, les américains renouent avec les charges héroïques de la cavalerie qui redressent les situations désespérées.

Les premiers UH1 arrivent en 1962, les UH1C (Hog) sont utilisés à partir de 1965 comme hélicoptères d'attaque jusqu'à l'arrivée des AH1G Cobra en 1967.

Les UH1D/H (Slick) sont utilisés pour le transport.

2406 UH1 au plus fort moment de la guerre, dont 140 Dustoff ou Medevac d'évacuation sanitaire.

Plus de 7.000.000 d'heures de vol. 22.000 pilotes ont servis au Vietnam.

500.000 missions d'évacuations sanitaires, moins d'une heure en moyenne entre une blessure et l'arrivée à l'hôpital, 900.000 patients dont 45% de soldats US.

4600 hélicoptères perdus dont 2589 du fait de l'ennemi.

1069 pilotes et 2465 membres d'équipages (chef d'équipage, door-gunner ...) morts sur un total de 58.000 soldats tués.

400 UH1 ont été laissés au Sud Vietnam après le retrait US en 1973.

Remplacé par l'UH60 Blackhawk, des UH1H sont cédés à d'autres pays dans le cadre d'accords militaires.

http://helicopassion.free.fr/uh1-03.htm

horizontal rule

Le Vietminh fait transmettre en juillet 1945, par l'intermédiaire de l'OSS, un aide-mémoire où il résume ses vues sur « l'Indochine française future » :

« Nous, Ligue du Vietminh, demandons que les points suivants soient annoncés par les Français et observés dans la politique future en Indochine française : 

1. Un parlement sera élu au suffrage universel. Il légiférera pour le pays. Un gouverneur français exercera les fonctions de président jusqu'à ce que l'indépendance nous soit assurée. Ce président choisira un cabinet ou un groupe de conseillers acceptés par le parlement. Les pouvoirs précis de tous ces organes pourront être mis au point dans l'avenir.

2. L'indépendance sera donnée à ce pays dans un minimum de cinq ans et un maximum de dix.

3. Les ressources naturelles de ce pays retourneront à ses habitants après un dédommagement équitable des détenteurs présents. La France bénéficiera d'avantages économiques.

4. Toutes les libertés proclamées par les Nations Unies seront garanties aux Indochinois.

5. La vente de l'opium sera interdite. 

Nous espérons que ces conditions seront jugées acceptables par le gouvernement français. » 

Source : http://www.marxists.org/francais/just/hypoth/sjhyp2.htm

horizontal rule

Selon la légende, la chique de bétel viendrait de l'époque des Hung Vuong.

Une chique de bétel se compose de quatre matières soient la noix d’arec pour le goût sucré, la feuille de bétel pour le goût piquant, l'écorce de racine chay pour le goût amer et la chaux pour le goût ocre.

Les livres racontent que la chique de bétel rafraîchit l'haleine, calme la mauvaise humeur, aide à digérer la nourriture et est l'emblème du bonheur; la personne qui en mâche serait plus amicale et plus joyeuse pendant les fêtes comme celle du Têt. Cette chique aiderait aussi à se réchauffer pendant les jours de deuil et de froid. Elle fait partie des plateaux pour le culte des ancêtres

"Ces gens mâchent presque toujours un Fruit qu'ils nomment arec et qui ressemble a une poire. Ils le coupent en quatre et en enveloppe chaque morceau dans la feuille d'un arbre appelé "bettre" et qui est semblable à celle du laurier. Ils se fourrent cela dans la bouche, et après l'avoir bien mastiqué, ils le crachent. Leur bouche en devient toute rouge. Tous ces gens utilisent ce fruit pour se restaurer le cœur. S'ils s'en abstenaient, ils mourraient. "

En décrivant ainsi, en 1521, la coutume de la chique de bétel, Antonio Pigafetta pensait signaler une particularité localisée à une certaine région des Philippines, l'île qu'il nomme Messana. Il lui donnait à vrai dire une importance considérable, puisqu'il ne manquait pas d'indiquer que, privés de leur drogue, les chiqueurs en étaient réduits à mourir.

A première vue, une coutume qui consiste à chiquer une feuille de bétel enduite d'un peu de chaux et roulée sur des fragments de noix d'arec, nous paraît, à nous occidentaux, de l'ordre des occupations futiles, désuètes ou maniaques. Nous évoquons aussitôt l'habitude ancienne de priser ou de chiquer du tabac, et celle, toute moderne, de mâcher de la gomme. Mieux informés, nous cataloguons le bétel parmi les substances intoxicantes qu'à travers le monde, les hommes ont choisi d'absorber pour apaiser leur faim ou acquérir une énergie illusoire.

http://www.vietnamtravelling.com/f_pages/vietnam/introduction/peo_customs/info_giaotiep.htm

horizontal rule

Conte du Viêt-nam (l'histoire du Moustique)

Il était une fois dans une région lointaine du Viêt-Nam un jeune paysan, brave et généreux de nom Ngọc Tâm. Il avait une femme de nom "Nhan Diệp". Celle-ci était gracieuse et charmante. Contrairement à son mari qui était économe et laborieux, elle était paresseuse et aimait bien le luxe. Malgré cela, Ngọc Tâm aimait sa femme et lui pardonnait tout. Malheureusement, cette union ne fut que de courte durée car sa femme mourut brutalement un beau matin. Sombrant dans la détresse, Ngọc Tâm ne voulut pas se séparer du corps de sa femme et s'opposa à son ensevelissement. Après avoir vendu ses biens, il s'embarqua dans un sampan avec le cercueil et erra au gré du courant n'ayant en tête aucune destination précise.

Un jour, son sampan l'amena au pied d'une colline verdoyante et parfumée. Descendu sur terre, il découvrit un paysage empreint de beauté avec des fleurs rares, des arbres chargés des fruits variés. Au moment où il continua son exploration, il rencontra soudain un vieillard aux longs cheveux blancs tout comme sa barbiche. Il se dégageait du vieil homme une grande sérénité et une miséricorde étonnante, ce qui lui permit de comprendre qu'il avait devant lui un génie des Lieux. Il se jeta à ses pieds, puis il l'implora de rendre la vie à sa femme.

Pris de pitié pour lui, le génie lui dit: " Je vais exaucer tes voeux car ton amour et ta douleur sont sincères. Mais puissiez-vous ne pas trop le regretter plus tard !". Puis il demanda au paysan d'ouvrir le cercueil, de se couper le bout du doigt et de laisser tomber trois gouttes de sang sur le corps de sa femme Nhan Diệp. Aussitôt, celle-ci ouvrit les yeux comme si elle sortait d'une longue léthargie. Ses forces revinrent très vite. Avant la séparation, le Génie s'adressa à sa femme : " N'oubliez pas vos devoirs d'épouse. Pensez à l'amour que votre époux vous porte et à son dévouement. Soyez heureux tous deux.".

Pressé de regagner son foyer, le paysan Nọọc Tâm tenta de ramer jour et nuit. Un soir, il dut accoster pour aller acheter des provisions. Pendant son absence, une grande barque d'un riche marchand vint s'amarrer à côté de la sienne. Frappé par la beauté de Nhan Diệp, le marchand entra en conversation avec elle, finit par la séduire et par l'emmener avec lui vers une nouvelle destination. A son retour, Ngọc Tâm, furieux décida de se lancer à la poursuite du riche marchand. Il parvint à retrouver ce dernier après de longs mois de recherche. Il retrouva sa femme et proposa à cette dernière de le rejoindre. Habituée à la vie facile, celle-ci refusa cette proposition. Du coup le paysan fut guéri de son amour et dit à sa femme: << Tu es libre de me quitter. Mais tu dois me rendre les trois gouttes de sang que j'ai versées sur ton corps pour te ranimer >>.

Heureuse de se débarrasser à si bon compte de son stupide mari, Nhan Diệp s'empressa de se piquer le doigt. Mais au moment où le sang commença à couler, elle s'écroula morte.

Cette femme frivole et légère ne pouvait pas se résigner à quitter définitivement ce monde. Elle y revint en se transformant en un minuscule insecte poursuivant sans relâche Ngộc Tâm pour lui voler les trois gouttes de sang qui la ramèneraient à la vie humaine. Cette bestiole est connue plus tard sous le nom de moustique.

horizontal rule

Nos ancêtres aimaient à dire : "Lingot d’or se perd, motte de terre perdure"

Si l’ancien dicton s’avère exact, alors la guerre a emporté les meilleurs, les plus braves et les plus loyaux d’entre nous, épargnant ceux dont la sagesse consiste à louvoyer, les opportunistes, ceux qui se tapissent dans l’ombre des allées du pouvoir, les forts en gueule prodigues en gesticulations et pantalonnades, toujours prompts à s’esquiver devant les dangers et les sacrifices…

Reste-t-il encore quelque conscience en ces âmes ?

Et quelle conscience peut-on encore trouver dans ces gangs de contrebandiers d’Etat, ces repaires de voleurs du Parti unique, ces bandes de fils d’apparatchik qui prennent régulièrement l’avion de Hongkong pour aller s’amuser dans les bordels et brûler des dollars par centaines de milliers dans des salles de jeu ?

Duong Thu Huong
(Hanoi, mai 1999)

Traduit par Nguyen Huu Tan Duc
(Extrait de Tin Nha N° 40 - Août 1999)

horizontal rule

nôm

Les Vietnamiens ont utilisé les caractères chinois jusqu’au jusqu'au XIIIe siècle. Tout comme pour le chinois, les mots vietnamiens contenaient deux symboles: le premier indiquait la signification et le second la prononciation.

Puis, les Vietnamiens ont inventé leur propre système d'écriture: le nôm.

Par la suite, au XVIIe siècle, Alexandre de Rhodes (1591‑1660), un jésuite français de nationalité portugaise, introduisit l'alphabet phonétique romanisé (appelé quôc ngu), toujours en vigueur actuellement.

C'est lui qui, le premier, a classé systématiquement les phonèmes de la langue vietnamienne; par ses publications, il a systématisé, perfectionné et vulgarisé le nouveau mode d'écriture.

L'alphabet vietnamien n'a pas de lettre f (remplacée par le graphème Ph équivalant au son [f]) ni de z (remplacé par le graphème Gi équivalant au son [z]).

De plus, afin de tenir compte des tons, les lettres peuvent porter des signes diacritiques différents.

Le vietnamien  d'aujourd'hui peut encore s'écrire à l'aide de caractères chinois (le chu nôm) dans des occasions spéciales ou comme forme d’art, mais la graphie romanisée, le quôc ngu, est devenue l'écriture officielle du pays.

Malgré une influence chinoise omniprésente, le Vietnam demeure le seul pays du Sud-Est asiatique à posséder une écriture romanisée.

Sous sa forme orale, le vietnamien présente des différences importantes d’accent et de vocabulaire entre le Nord, le Centre et le Sud, mais l’intercompréhension demeure relativement aisée.

http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/asie/vietnam.htm

horizontal rule

Les mines antipersonnel furent utilisées à grande échelle pendant les guerres de Corée et du Vietnam et furent responsables de presque cinq pour cent des victimes parmi les troupes américaines en Corée.

A la suite de la guerre de Corée et notamment après la vague de protestation contre la position de l’ONU, les Etats-Unis mirent au point la mine Claymore M18 à effet dirigé. Lorsqu’elle explose, que ce soit à l’aide d’un fil-piège ou d’une commande à distance, des centaines de billes métalliques sont projetées à un angle de 60 degrés et dans un rayon mortel d’environ 50 mètres.

Ce fut pendant la guerre du Vietnam que les forces américaines utilisèrent pour la première fois de manière intensive des mines posées à distance — dites aussi “dispersables” — afin d’empêcher les transferts d’hommes et de matériel du Nord Vietnam vers le Sud Vietnam en passant par le Cambodge et le Laos.

Les mines antipersonnel déposées par avion présentaient un certain nombre d’avantages par rapport au mines posées manuellement : elles pouvaient être mises en place en un temps très court, nécessitaient un minimum de moyens logistiques et pouvaient être posées loin derrières les lignes ennemies, perturbant ainsi les mouvements des troupes ainsi que l’approvisionnement, sans grand risque pour les équipages.

Toutefois ces mines présentaient également un danger pour les forces amies, sauf lorsqu’elles étaient équipées de dispositifs d’autodestruction ou d’autoneutralisation.

Il semble qu’entre 1966 et 1968, le département de la Défense américain ait procédé à des dotations de plus de 114 millions de mines antipersonnel destinées à être utilisées lors de la guerre du Vietnam.

horizontal rule

La guerre fluviale :

Le but de la guerre fluviale était de stopper l'approvisionnement incessant en vivres, en hommes et en munitions des Viêt-Cong. Les rivières de ce pays étaient de formidables voies de communications qui suppléaient très bien au réseau routier.

Le 1er août 1965, une grande opération de surveillance des fleuves, opération Market time, fut entreprise sous le commandement de l'amiral Ward. Cet officier a vu sa tâche rendue plus facile par l'arrivée de nouveaux bateaux beaucoup mieux adaptés à ce genre de guerre que les destroyers et frégates de la VIIIème flotte. Le 18 novembre 1965, une nouvelle unité entra en service, elle est désignée Task Force 116 (nom de code Game Warden). A l'instar de la Task Force 115, elle est placée sous le commandement du contre Amiral Ward. Les patrouilles le long des côtes sont donc intensifiées dés le mois d'octobre 1966, en liaison avec l'offensive Rolling Thunder lancée par l'US Air Force.

Au début, elles ne dépassent pas une certaine ligne, mais quand les nord-vietnamiens ripostent en déployant de l'artillerie sur les côtes, cette ligne est déplacée au 18ème parallèle, puis en février 1967 au 20ème. Au mois d'octobre, les patrouilles de Game Warden sont renforcées par un escadron d'hélicoptères des Bell Huey Seawolves d'appui terrestre. Ces hélicoptères avec les 40 patrouilleurs du Rung Sat et les 80 autres opérant dans le delta du Mékong, constituent une force redoutable. Mais fin mars 1968, le président Jonhson décide l'arrêt des bombardements au nord du 28ème parallèle. 8 mois plus tard, les attaques au nord sont stoppées. En février 1969, toute la force fluviale (242 bateaux) est placée sous le contrôle sud-vietnamien.La force mobile fluviale est officiellement dissoute en août 1969, elle est remplacée par le SEALORDS (south east asian lake/ocean river delta strategy). En avril 1970, le commandement militaire sud-vietnamien lance une attaque d'envergure contre les sanctuaires Viêt-Cong au Cambodge. Les bateaux de la Game Warden patrouillent dans le Rung Sat, une zone marécageuse qui va de Saïgon jusqu'à la mer. Les bateaux de patrouille fluviale tous construits en fibre de verre peuvent aller à 25 noeuds. Des quantités de bateaux sont transformés en monitor.

Une opération fluviale implique des casernes flottantes et des barges de ravitaillement, le tout incorporé dans une flotte mobile qui est protégé au mouillage par des patrouilleurs de soutien d'assaut (APSB) et des monitors.

La mission de l'ASPB consiste à prévenir les tentatives de retraite du Viêt-Cong par voie d'eau. Dans certains cas, un appui feu peut être demandé à la Fire Support Base ainsi qu'aux hélicoptères et avions tactiques.

http://perso.wanadoo.fr/histoire-militaire/batailles/vietfluv.htm

Accueil / Nouvelles du Front / Demos, patchs / Config et bugs / Cartes multijoueurs / Le Vietnam / Sa géographie / Son histoire / Les "Personnages" / La "Vie" des soldats / Clans et Liens / Cheats et Co

Copyright© Nekamas
For the best visual performance please set your resolution at 1024x768