Sécurité photovoltaïque (KSP)
Isolation des murs par l'extérieur
Panneaux solaires
Isolation toiture par l'intérieur

Isolation Toiture


Toit plat

Les toits plats seront en général isolés par l’extérieur, afin d’éviter les risques de condensation à l’intérieur.
L’isolation thermique vient donc au-dessus de la plate-forme. Dans certains cas, l’ancienne couverture (roofing, EPDM…) sera démontée, si elle est en trop mauvais état, et si elle ne peut garantir une adhérence suffisante à la nouvelle isolation.

L’isolant sera posé sur le toit, et recouvert d’une nouvelle couche d’étanchéité (voir schéma ci-dessous).

isolationToitPlat
(Source : Recticel)

Quel type d’isolant choisir ?

Les isolants les plus répandus pour les toitures plates sont les panneaux de polyuréthane, qui assurent un degré d’isolation élevé pour une épaisseur moindre.
Par exemple, des panneaux de PUR (polyuréthane) de douze centimètres d’épaisseur donneront une résistance thermique « R » de 4,40, donc supérieure à la norme aujourd'hui en vigueur dans les 3 régions.

Ces isolants sont aussi très rigides, ils assureront un excellent soutien notamment pour des panneaux solaires que vous pourriez installer par la suite.
Si vous souhaitez travailler avec des matériaux naturels, vous pouvez opter pour des matelas de fibre de bois, qui sont également bien rigides, et supporteront un poids raisonnable.

Et si vous optez pour des isolants naturels, les primes en Région Bruxelles-Capitale sont majorées de 10€/m², de 3€/m² en Région wallonne. Cette surprime compense en partie le surcoût des matériaux naturels, tant au niveau du matériau que de la pose. Il y a de plus en plus de demande pour des matériaux naturels.

Il faudra toujours une épaisseur supérieure en matériaux naturels pour obtenir la même valeur de résistance thermique.

Si vous décidez tout de même d’isoler votre toit plat par en-dessous, c’est-à-dire par l’intérieur, vous devrez prendre toutes les précautions afin d’éviter la formation de condensation, en assurant une étanchéité à l’air parfaite entre la pièce et la toiture.
Il est préférable de confier ce genre de travaux à un professionnel qui vous garantira le résultat, et engagera sa responsabilité à terme.

Exemples d’épaisseurs nécessaires pour obtenir un « R » de 4 :

Matériau
Valeur λ (valeurs moyennes)
Epaisseur
Polyuréthane
0,028
12 cm
Polyester expansé graphité
0,032
12,8 cm
Laine de mouton
0,040
16 cm
Fibre de bois
0,038
16 cm

La résistance thermique ‘R’ est obtenue en divisant l’épaisseur de l’isolation par l’indice de conductivité thermique λ.
                                                         R = épaisseur isolant
                                                                          λ

La valeur λ exprime la conductivité thermique des différents matériaux. Plus elle est faible, plus le matériau sera isolant.
Vous trouverez de plus en plus souvent ces données techniques sur les emballages des produits d’isolation.

 

Toit en pente

Il y a deux façons d’isoler une toiture en pente (par l'extérieur et par l'intérieur) :

A. Par l’extérieur :

Ces travaux se font principalement dans le cadre de la réfection complète de la toiture, c’est-à-dire avec le renouvellement des tuiles ou des ardoises. Dans ce cas, un isolant sera posé sur la charpente (à l’extérieur), puis viendront le lattage et le contre-lattage, avant la nouvelle couverture (voir illustration ci-dessous).

ToitEpEx
(Source : Recticel)
    1. couverture
    2. lattes
    3. contre-lattes
    4. isolant
    5. pare-vapeur
    6. chevrons
    7. poutre

Ici aussi vous pouvez opter pour des matériaux « classiques » (panneaux de polystyrène ou polyuréthane rigides), ou des matériaux plus naturels tels que la fibre de bois.

B. Par l’intérieur (par le sol / par les pentes)  :

1. Isolation par le sol du grenier (sol en béton / sol en bois )  :

A) Sol en béton :

L’isolation peut se faire par la pose de panneaux de polystyrène ou de polyuréthane  rigides. Mais ces panneaux, s’ils ne sont pas recouverts d’un plancher, supporteront mal un passage intensif.

Une autre méthode consiste à constituer un plancher isolant. Certains fabricants proposent des planchers isolants autoportants (voir illustration).
Il existe depuis peu une version plus écologique de ce produit, constitué de laine de mouton et de sabots en fibre de bois.
Les plus bricoleurs pourront fabriquer eux-mêmes une structure, en veillant à limiter  les ponts thermiques, principalement au niveau des supports.

isolationPlanche
(Source : Imaco)

De la mousse PUR peut être projetée au sol, mais la mousse PUR ne supporte pas un passage intensif. De plus, le sol ne sera pas aussi lisse qu’avec des panneaux, à moins de faire écrêter et niveler la mousse.
La projection de mousse PUR dégage une série d’émanations assez toxiques, mais le gros avantage du moussage PUR reste le prix au m².

B) Sol en bois (gîtes ou poutres recouvertes ou non d’un plancher) :

L’isolation se fera plutôt à l’aide de laine de verre en matelas ou en flocons sur la hauteur des gîtes ou des poutres (voir illustration).

En travaillant avec de la laine (matelas ou flocons), il faudra prévoir une épaisseur de 16 cm au moins pour répondre aux normes de la Région de Bruxelles-Capitale.

L’isolant peut rester apparent ou sera recouvert d’un plancher, éventuellement sur une partie seulement du grenier, afin d’assurer un passage aisé.

IsoSolBoisIsoSolBois2
(source : Imaco)

Lorsque vous isolez le sol de votre grenier, n’oubliez pas la trappe d’accès. Si vous ne l’isolez pas, elle restera le point faible, et vos travaux d’isolation perdront une partie de leur efficacité et de leur bien-fondé : la trappe non isolée agira comme une cheminée, en aspirant la chaleur de votre habitation, et en conservant une partie du courant d’air dont vous souffrez aujourd’hui.
Le plus efficace consiste à placer une nouvelle trappe isolante. Différents fabricants proposent des escaliers escamotables offrant des performances énergétiques très intéressantes, pour des prix très abordables, pose comprise.

Ce type d’isolation par le sol du grenier sous-entend que le volume situé au-dessus de l’isolant ne sera pas chauffé, et que le grenier restera un espace de rangement, et ne sera donc pas utilisé comme pièce de vie.

trappes
(Illustration Fakro).

2. Isolation par les pentes :

A. Le grenier ne sera pas aménagé :

L’isolation peut se faire à l’aide de laine de verre en matelas, de préférence en laissant une aération entre l’isolant et la sous-toiture. Il est fortement déconseillé d’introduire de l’isolant entre les chevrons, si aucun espace de ventilation n’est préservé entre l’isolant et la sous-toiture, au risque de voir se développer des déséquilibres (condensation, humidité, champignons). Un pare-vapeur sera posé sous l’isolant, toujours du côté chaud de l’habitation, afin d’éviter tout problème de condensation.

Dans certains cas, on peut projeter de la mousse PUR entre les chevrons, en s’étant assuré au préalable que la sous-toiture est parfaitement étanche.
Cette solution est parfois privilégiée lorsque les propriétaires veulent limiter l’espace perdu par l’isolation, mais le jour où vous devez intervenir sur la charpente, la mousse pourrait se révéler difficile à enlever.

Il existe aussi des panneaux de polystyrène expansé (cf.produits Imaco) ou polyuréthane qui se fixent sous les chevrons, laissant la charpente bien aérée. Certains sont conçus avec emboîtement, et munis de feuilles d’aluminium sur les deux faces, ce qui les rend plus efficace en toutes saisons. De plus, la feuille d’aluminium du côté intérieur de l’habitation constitue un pare-vapeur efficace. L’étanchéité de l’air sera assurée sur tout le pourtour à l’aide de mousse PUR en bombe.
Dans le cas de chevrons plus épais (plus que les classiques 5 à 8 cm que l’on trouve généralement sur nos toitures bruxelloises), ces panneaux pourront être combinés avec l’introduction de laine de verre entre chevrons, en veillant toujours à conserver quelques centimètres d’aération entre l’isolant et la sous-toiture. Cette solution permet de prendre moins d’espace dans la pièce, le panneau sous les chevrons étant moins épais.

IsolPasAmenaIsolPasAmen
(Source : Imaco)

Exemple pour atteindre une valeur « R » de 4 :

        - panneau en polystyrène expansé (EPS)               128mm       ->         R 4
        - laine de verre 8 cm entre chevrons + panneau 60mm (EPS)   ->        R 4,12
        - laine de mouton 16cm                                                              ->        R 4

Vous aurez donc gagné 7 cm dans la pièce si vous optez pour la solution combinée, laine de verre entre chevrons complétée par des panneaux sous chevrons, et ce sur toute la superficie de la pente du toit. Dans certains cas, ce gain de place est appréciable.

B. Le grenier sera aménagé en pièce de vie :

Si les chevrons sont suffisamment épais, l’isolant placé entre les chevrons vous permettra de venir placer une finition en plaques de plâtre ou en lattis. Il faut toutefois prendre en compte les remarques que nous avons émises en point A concernant les différents types d’isolation, ainsi que les précautions à prendre dans leur mise en œuvre.

Si vous optez pour une isolation en laine (laine de verre ou laine naturelle), vous devrez procéder à une extension de chevrons afin de pouvoir introduire l’épaisseur d’isolant nécessaire. Certains installateurs fabriquent leur structure en bois, d’autres utilisent encore une structure métallique. Dans ce dernier cas, il faut bien faire attention à limiter au maximum les ponts thermiques, le métal étant un excellent conducteur.

GrenierPieceVie
(Source Imaco)

Si vous avez dû faire une extension de chevrons, les panneaux de finition  viendront directement se fixer sur les extensions, du côté de la pièce.

Il existe également sur le marché des panneaux « tout-en-un » qui allient isolation et finition (en plaques de plâtre ou en lattis), proposés par différents fabricants. Ces panneaux permettent de réduire le temps de pose, et vous assurent une finition en même temps que l’isolation.

GrenierPieceV
(Source Imaco)

C. N’oubliez pas les fenêtres de toit !

Tout comme l’isolation de la trappe d’accès au grenier dans le cadre de l’isolation par le sol est essentielle, un intérêt tout particulier doit être porté sur les fenêtres de toit
Bien souvent, l’on trouve encore d’anciennes tabatières, laissant passer les courants d’air, et qui sont encore en simple vitrage.
Lorsque vous isolez par les pentes (dans le but ou non d’aménager le grenier), il est recommandé de placer des fenêtres de toit isolantes. Différentes marques proposent des châssis en finition bois ou polyuréthane, offrant des valeurs « U » égales ou inférieures à 1,1. Ces fenêtres existent en version manuelle, électrique ou même solaire, ce qui évite les câblages apparents.
                             
                       
Quelles aides sont octroyées sur les travaux d’isolation de la toiture ?

A/ Réduction fiscale ou crédit d’impôts :

Sur les travaux d’isolation de votre toiture, vous bénéficiez d’une réduction fiscale ou d’un crédit d’impôts de 30%.

B/ Primes régionales :

Région bruxelloise

Les primes en région bruxelloise dépendent des revenus du ménage depuis le 1er janvier 2011.

Il existe 2 types de primes régionales :
- Primes à l'énergie (à demander après les travaux).
- Primes à la rénovation (à demander avant travaux).

Région wallonne

Les primes peuvent atteindre 17€/m² pour des travaux effectués par un entrepreneur agréé, et pour une isolation offrant une résistance thermique "R" supérieure ou égale à 4.

 

Région flamande

Les primes en Région flamande sont de 8€/m² pour autant que l'isolation posée par un entrepreneur agréé donne une résistance thermique "R" d'au moins 4,5.

 

Dans certains cas vous bénéficierez également d'une prime communale.

En combinant les primes régionales, communales et la réduction fiscale, votre investissement pourra être subsidié jusqu'à plus de 75% !