Sécurité photovoltaïque (KSP)
Isolation des murs par l'extérieur
Panneaux solaires
Isolation toiture par l'intérieur

Les Châssis

Les déperditions de chaleur par les châssis dans une habitation sont estimées à environ 15%.

Comment savoir si vous devez changer vos châssis ?

           1°) Si vous avez encore du simple vitrage
           2°) Si vos châssis sont en mauvais état
           3°) Si vous avez du double vitrage ancien, peu performant

Si vous avez du simple vitrage, vous l’aurez constaté par vous-même : de la condensation se forme sur les vitres ou les châssis en hiver, lorsque les températures extérieures sont basses.

Comment expliquer ce phénomène de condensation ?

L’air ambiant de votre habitation comporte un certain pourcentage d’humidité. L’air peut contenir une quantité d’humidité qui est proportionnelle à sa température : plus l’air est chaud, plus il pourra contenir d’humidité. En hiver, l’air chaud et humide de votre habitation va rencontrer des parois plus froides que constituent les ponts thermiques, et notament les châssis anciens peu performants. A ces endroits, l’air se refroidit et va pouvoir contenir moins d’humidité. On atteint alors le point de rosée, c’est-à-dire le moment où l’air est saturé en eau. L’humidité ne pouvant plus être contenue dans l’air, va se transformer en eau. C’est le phénomène de condensation. Cette condensation peut amener des désordres : moisissures, champignons, problèmes d’allergies voire même des problèmes respiratoires plus importants.

           

ChassisChassis
            (Source IA Concept)

           

Comment choisir son châssis ?      

Il existe trois types de finitions châssis :

  1. PVC
  2. Bois
  3. Aluminium

Il existe aussi depuis peu des châssis Bois/Aluminium alliant les avantages des deux matériaux (aluminium facile d’entretien à l’extérieur, et bois plus chaud et plus convivial à l’intérieur).
Le choix sera déterminé par des critères de goût, de prix, ou dans certains cas par des contraintes urbanistiques (bâtiments classés ou dans un périmètre d’intérêt architectural) ou encore de règlement d’ordre intérieur (copropriétés…).

 La performance énergétique d’un châssis est déterminée par trois éléments :

  1. le vitrage
  2. le châssis
  3. l'espaceur vitrage/châssis

1. Le vitrage :

Aujourd’hui, les doubles vitrages sont de plus en plus performants. Les fabricants vous proposent des vitrages offrant des valeurs Ug inférieures ou égales à 1,1.
La norme demandée à Bruxelles pour l’obtention d’une prime énergie actuellement est une valeur Ug (vitrage) inférieure ou égale à 1,1.

L’intérêt de remplacer des simples vitrages par des doubles vitrages isolants est facile à calculer : vous gagnerez entre 24 et 33 litres de mazout (ou l’équivalent en m³ de gaz) par m² de vitrage remplacé.

L’efficacité énergétique de votre vitrage dépendra du verre, mais surtout du gaz qui se trouve entre les verres. En général, les verres ont 4 mm d’épaisseur, et l’espace entre les verres varie généralement entre 14mm et 16mm. C’est ainsi que vous trouverez dans la description des vitrages : 4 – 14 – 4, signalant l’épaisseur des verres (4), et l’espacement entre ceux-ci (14). Les gaz offrant actuellement les meilleures performances énergétiques sont l’argon et le krypton, mais le krypton est de moins en moins proposé.

Dans l’amélioration thermique de votre habitation, c’est la valeur isolante globale de votre châssis qui compte. Demandez à votre installateur de châssis quelle est cette valeur Uw. Elle intègre la performance thermique de votre châssis (Uf), du vitrage (Ug), et de l’espaceur entre les vitrages.

Lorsque vous faites installer de nouveaux châssis, il est important de faire attention aux points suivants :

1°/ Faire disparaître les ponts thermiques au niveau des appuies de fenêtres. Pour ce faire, il faut couper toute liaison entre la tablette intérieure et l’extérieur en glissant un fin panneau d’isolant entre le mur extérieur (ou dans certains cas le bas du châssis). Si les murs ne sont pas isolés, vous pouvez également glisser un panneau d’isolation en-dessous de la tablette, mais ceci constitue un travail légèrement plus important car il faudra enlever dans la maçonnerie l’épaisseur correspondant à l’isolation que vous ajoutez.
2°/ L’isolation des coffrages de volet : beaucoup d’air et de froid rentre par le trou de la lanière au niveau du châssis, et par l’enrouleur intégré dans le mur. La solution consiste soit à rendre le coffrage existant étanche, en calfeutrant convenablement l’intérieur du volet, soit à remplacer le coffrage par un nouveau super isolé.
Dans tous les cas, et afin d’obtenir une isolation performante, il est fortement conseillé de passer aux volets électriques, qui permettront déjà de supprimer la lanière du volet et les orifices, sources de nombreux courants d’air.

Chassis
(Source Soprofen)

 

Lorsque vous possédez une maison classée ou d’un style architectural particulier, le choix du châssis peut se révéler plus complexe. Le PVC sera souvent exclu, car offrant moins de possibilités au niveau des formes. Et surtout, les montants sont plus épais, ce qui  pourrait défigurer la façade.

Il vous reste alors 2 possibilités :

1°/Faire installer un survitrage : il s’agit d’un deuxième châssis que l’on vient poser à l’intérieur, derrière le châssis existant.
2°/Faire installer de nouveaux châssis par un artisan qui vous fera du sur-mesure. Le centre urbain asbl peut vous renseigner différents artisans.

Dans certains cas, vous pourriez ne remplacer que le vitrage, pour autant que vos châssis soient encore valables. Ceci peut être intéressant lorsque vous avez des châssis très travaillés.

Un élément dont les installateurs de châssis parlent peu : la protection contre la chaleur du soleil.

Chassis
(Source : IA Concept)

De quoi s’agit-il ?

Lorsqu’il y a du soleil, la chaleur solaire va se diffuser dans votre habitation par les vitres.  Afin de diminuer la surchauffe de votre bâtiment en été, vous pourrez demander de faire installer des châssis avec une protection solaire. 
Tout dépendra en fait de l’orientation de votre maison, et des fenêtres en question : le principe est de pouvoir profiter de la chaleur des rayons du soleil en hiver et dans une certaine mesure au printemps et en automne, mais de s’en protéger en plein été.

Certaines marques de châssis intègrent une ventilation réglable, ce qui peut être utile dans certains cas, afin d’éviter les moisissures dues à un manque d’aération, conséquence fréquente du renouvellement des châssis.


2. Le châssis :

Comme indiqué plus haut, le choix du matériau composant le châssis dépendra principalement du coût, et dans une certaine mesure, de l’esthétique. Certains refuseront le PVC, pour des raisons plus environnementales : le PVC est un dérivé du pétrole, et son recyclage est plus complexe que le bois ou l’aluminium.
La performance thermique des châssis s’est améliorée notamment grâce aux différentes chambres isolantes qui composent les châssis aujourd’hui. Les joints ont également été améliorés.

ChassisALU
Alu
ChassisPVC
PVC
ChassisBois
Bois/alu

(Source Pierret System)

3. L’espaceur entre vitres :

L’espaceur entre les vitrages  a un rôle très important : il va permettre notamment au vitrage de conserver sa transparence, ainsi que ses qualités tant acoustiques que thermiques. Il devra s’opposer aux échanges de gaz, d’humidité et de poussières entre l’extérieur et la lame de gaz du vitrage.