Présentation

 

" 50 jeux de langue pour l’école " rassemble des jeux de langue qui ne nécessitent pas de matériel particulier, excepté le crayon, le papier et un ou plusieurs dictionnaires. Ce matériel de base se trouve dans toutes les classes, même les plus défavorisées.

Il existe une infinité de jeux de langue. Les jeux les plus connus ont été volontairement éliminés du présent fascicule. Ainsi, vous n’y trouverez pas de charades, de rébus, de mots croisés, de mots fléchés, de mots cachés, etc. Non point que ces jeux n’aient aucune valeur, bien au contraire. Mais ils sont à ce point répandus dans les écoles et dans les revues destinées aux élèves qu’il a paru inutile d’y revenir encore.

De même, beaucoup de jeux de société ont été construits à partir des jeux de langue et ont été diffusés sous forme de jeux matérialisés (souvent une bote en carton et quelques accessoires). Enfin, l’électronique et l’informatique sont arrivées et des jeux très sophistiqués nécessitant soit un appareil spécifique soit un micro-ordinateur familial ont envahi le marché des jeux et jouets. Un relevé exhaustif de tous ces jeux a été effectué et une exposition leur est consacrée tous les ans à Bruxelles.

De ces deux sortes de jeux, dont l’absence ne met nullement en cause les qualités, pas de trace non plus dans cette brochure.

Les jeux présentés ici sont donc soit plus " traditionnels " (certains sont très anciens) soit résolument modernes, nouveaux parfois, mais ils ne font appel ni à un quelconque matériel ni aux technologies nouvelles. Plusieurs d’entre eux sont dus aux poètes, on ne s’en étonnera pas.

Jouer avec la langue, c’est sérieux

Jouer avec la langue n’est pas nouveau. De tout temps, les hommes ont créé des rébus, des charades, des langages codés, des jeux de mots, des calembours, des contrepèteries, etc.

De nombreux écrivains et poètes y ont pris du plaisir. Ne citons pour mémoire que Victor Hugo, Alphonse Allais, Raymond Queneau, Robert Desnos, Georges Perec. Les grands écrivains ont éprouvé le besoin, à un moment ou l’autre de leur travail littéraire, d’introduire le jeu dans leur rapport avec la langue. Serait-ce pour mieux la dominer ?

Le jeu et l’apprentissage

Jouez, jouez, il en restera toujours quelque chose ! Le jeu et l’apprentissage ont toujours été liés. De nombreuses méthodes intègrent le jeu dans leur panoplie de moyens pédagogiques. Parfois même, pour tromper l’adversaire. On a ainsi vu natre des manuels de " Grammaire en jouant " et autres attrape-nigauds.

Mais ici, c’est le jeu qui est prioritaire. L’enseignant ne va pas proposer à ses élèves d’apprendre telle ou telle notion de grammaire ou d’enrichir son vocabulaire, il va proposer aux élèves de jouer. Ceux-ci vont se laisser prendre au jeu (c’est le cas de le dire) et à cette occasion, apprendre sans vraiment s’en apercevoir (parce que motivés par l’aspect ludique) une série de notions rébarbatives qui ont place dans les programmes scolaires. Jouez, jouez, le reste vous sera donné de surcrot.

Les jeux de langue ont un autre avantage. Contrairement à de nombreux autres jeux, ils ne développent pas une réelle compétition entre les participants. Le plus souvent, il ne s’agit pas en effet de gagner, mais bien de trouver. Les diverses trouvailles individuelles de la classe vont être versées dans un creuset commun et rebondir en quelque sorte sur le groupe en enrichissant chacun au passage.

Rassurons-nous : les élèves vont mordre très rapidement aux jeux de langue. Les enseignants et les parents devront peut-être d’abord se convaincre de leur bien-fondé. Un des meilleurs moyens est de s’y mettre soi-même. Pour bien mener ces séquences, il est nécessaire en effet d’avoir goté à la joie d’un acrostiche réussi, d’une phrase abécédaire géniale. Les enseignants (et pourquoi pas les parents, lors d’une réunion spéciale) découvriront ainsi leur propre créativité dans ce domaine éternellement productif : leur propre langue.

Henry LANDROIT


Note : Quelques-uns de ces jeux sont parus dans la page "enfants" (Le petit Ligueur) du journal hebdomadaire Le Ligueur.

INDEX


Liens de bas de page