Les pluriels singuliers  



 

A la règle extrêmement répandue dans les écoles :

" Pour mettre un nom au pluriel, il suffit d'ajouter un "s" au singulier "

tout le monde connait les fameuses exceptions des mots en -al, en -eau, etc. et les cailloux sur les genoux parmi les choux, etc.

Mais il y a bien d'autres pluriels cachés dans notre belle langue française. En effet, certains pluriels ont un air très singulier et pourtant quand on les y met (au singulier), ils révèlent enfin leur véritable personnalité. :

l'essieu le ciel l'étang le temps
l'étable la table l'égout le gout
l'émoi moi désavantage un avantage
désespoir un espoir désastre un astre
désaveu un aveu despote un pote
descendre une cendre dessous un sou

D'autres ont un comportement encore plus bizarre :

des œufs un neuf
cinq œufs une queue
des "beuh..." un bœuf



Notes :

Ce jeu est basé à la fois sur la connaissance des pluriels, sur l'homophonie et sur l'emploi consciemment perverti des liaisons.

A chaque fois, l'invention d'un pluriel " singulier " relève au moins de l'un de ces trois axes.

L'élève sait qu'il n'est pas en train de créer de vrais pluriels.

Faut-il laisser jouer seulement oralement ? L'écriture apporte un plus dans certains cas.



INDEX


Liens de bas de page