Les homophones  



 

Rassurez-vous tout de suite, il s’agit des "homophones" c'est-à-dire les mots qui ont la même prononciation mais pas la même orthographe.

An franc c'est, ceux la ait cou rang.

"En français cela est courant", vous avez bien lu.

Ce petit jeu va donc vous amener à faire des fautes obligatoires mais avec des mots correctement orthographiés. C'est très difficile ! Des fautes, on en fait sans le savoir, mais faire des fautes volontairement, c'est plus compliqué, surtout à chaque mot !

Mois, geai tout jour gare dé lors tôt graphe deux mais disant, quille et tes ex-sel lente.

Sait pour coi jeu suie deux venu institut heure. Fa si nez pare là craie hâtif y thé dès an faon, jeu meuh suie jus ré deux léser dé a ah mai lit au ré constat ment l'heure père fort ment se dent se do mais ne.

Voilà. Avez-vous compris ? Le texte ci-dessus est composé uniquement de mots (noms, adjectifs, verbes conjugués, etc.) de la langue française qui, mis à la suite les uns des autres et lus à haute voix, donnent un autre texte qui a du sens.

Voici quelques créations d'enfants de 10-11 ans:

Y lit a dès oie zoo. Est me tue là belle git que ? Sas heure alla va rit sel. Mai jeu suie trait baux. Ceux ma teint noue somme a rivé lèpre mi ai aller colle. Jeu noeud suie pas sein.

(Baux est le pluriel de bail - pas est celui qu’on trouve dans l’expression "marcher au pas" - "git" était employé sur les tombes: " Ici git "...).

Pour l’anecdote, rappelons que les homophones peuvent nous jouer des tours dans les dictées :

N’écrivez pas

Les poules s’étaient enfuies du poulailler. Des cons leur avaient ouvert la porte.

Mais bien la phrase exacte :

Les poules s’étaient enfuies du poulailler dès qu’on leur avait ouvert la porte.

 




Notes :

Voilà un bel exercice qui oblige à une attention de tous les instants !

  • Il fait découvrir des mots peu usités et peu connus (dans les exemples donnés, sas, baux, git).
  • Il oblige à faire des fautes sans en faire (!). En effet, tous les mots employés doivent être des mots (ou des formes fléchies) existants. Cela provoque une recherche motivée au dictionnaire.
  • Il sensibilise à la notion d’homophone (des listes de mots peuvent ainsi être dressées) à distinguer de celle d’homographe (voir ce jeu).
  • Il montre que la langue pratique une forme d’économie et qu’elle ne rechigne pas à utiliser le même son pour des mots de sens différents.


INDEX


Liens de bas de page