Les histoires à tiroirs  



 

C'est le frère de la soeur dont l'oncle a été assassiné dans une ville dont je ne me souviens plus du nom qui ressemblait pourtant à celui d'un roman que j'ai adoré dans mon enfance qui fut malheureuse mais bien moins que celle de cette fille du grand-père de ma tante qui avait épousé le beau-frère de mon père...

Avez-vous pu lire jusqu'au bout ?

Une histoire à tiroirs, c'est une histoire où tellement de choses sont dites les unes dans les autres qu'on ne s'y retrouve plus...

Ainsi au lieu de dire tout simplement "mon oncle", on dira "le frère du père de ma soeur".

On peut s'amuser à construire des "histoires à tiroirs" et voir à quel moment précis notre auditeur va décrocher...

En fait, théoriquement, une histoire de ce genre peut être aussi longue que l'on veut. Ce n'est que la patience de celui qui l'écoute qui déterminera sa longueur !

Faites-en l'expérience...




Notes :

En écrivant des " histoires à tiroirs ", c’est-à-dire en faisant ce qu’il ne faut pas faire, les élèves peuvent véritablement sentir de l’intérieur les limites de la construction de la phrase. Une analyse de telles phrases peut parfois être utile pour faire sentir ce qui a été utilisé comme " système ". Ainsi, les enfants comprendront qu’il s’agit le plus souvent de l’extension d’un groupe du nom (avec un effet " vache-qui-rit ", comme dans la célèbre boîte de fromage). Les propositions ou les compléments s’imbriquent les uns dans les autres introduits soit par des prépositions, soit par des pronoms relatifs et noient le sens dans leur avalanche.



INDEX


Liens de bas de page