Sans en avoir l'air  



Vous connaissez tous des gens qui font des tas de choses sans en avoir l'air.

Ainsi en est-il de la grenouille qui n'imite pas le bœuf, comme a voulu nous le faire croire ce gentil Monsieur de La Fontaine, mais plutôt le corbeau et la corneille car elle croasse sans en avoir l'air ! (La grenouille coasse tandis que le corbeau et la corneille croassent).

L'évolution, en revanche, n'en déplaise à Monsieur Darwin, est une révolution qui n'en a pas l'air...

Et la bise, n'est-elle pas en réalité une brise qui n'en a pas l'air ?

Et quand on bâille, ne braille-t-on pas sans en avoir l'air ?

Et quand on bosse, ne brosse-t-on pas sans en avoir l'air ?

Cherchez, il y en a encore...

 



Notes :

Parce que " air " et " r " sont homophones, ce jeu présente l’avantage de faire référence à l’expression " en avoir l’air " et d’introduire l’ambigüuité sur " en avoir l’air " et " en avoir l’-r ".

Comme les métagrammes (voir ce jeu), il permet de recenser les mots qui, perdant leur -r-, donnent naissance à de nouveaux mots. Il oblige donc à une observation sélective des mots.



INDEX


Liens de bas de page