5 mars 1814 : Combat de BERRY-AU-BAC

à la mémoire

des généraux

NANSOUTY, PAC et EXELMANS

et des combattants

qui s'illustrèrent à

BERRY-AU-BAC

le 5 mars 1814

La plaque de l'ACMN sur le pont de Berry-au-Bac. Pour les événements qui s'y sont déroulés, voir ci-dessous à Reims.

L'actuel pont sur l'Aisne, à Berry-au-Bac.

 

 

7 mars 1814 : Bataille de CRAONNE

Hurtebise, sur le plateau du Chemin de Dames.

 

13-14 mars 1814 : bataille de REIMS

Reims, Mont-Saint-Pierre.

Napoléon
dirigea
de ce lieu
la reprise
de
Reims
13 Mars 1814

Le commandant Lachouque, qui devait avoir de meilleurs yeux que moi, a réussi à discerner sur les autres côtés du monument les noms de :
Marmont, Ney, Berthier, Lefebvre, Bertrand, Drouot, Friant. Lagrange, Ricard, Exelmans, Krasinski, Defrance, Arrighi, Bordessoulle, Pierre Boyer. Sébastiani, Colbert, Letort, de Ségur, Merlin, Pelleport, Piquet.

 

Reims, Parc de la Haubette

Aux
Troupes
françaises
victorieuses

Bataille
de Reims

13 Mars 1814

 

 

Au verso :


Napoléon
a campé ici
13 Mars 1814

Le magnifique  ouvrage du Commandant Lachouque "Napoléon en 1814" nous donne quelques explications à propos de ce site. 

"Dans le parc de la Haubette-Tinqueux, aménagé en 1903 et 1904, sur la butte Sainte-Geneviève, le propriétaire, M. Nouvion-Jacquet, fit édifier en 1908 une pyramide de pierre entourée d'une grille (DT : cette dernière a disparu) et surmontée de quatre boulets. On lit sur les faces: (cf. ci-dessus).

"Çà et là, dans le parc, qui appartient maintenant (c-à-d. en 1959) à MM. Lanson père et fils, nom prestigieux parmi les grandes marques de champagne, se cachent sous les ronces un petit parc à boulets, des dalles de pierre dégradées qui portent des inscriptions incomplètes. Sur l'une d'entre elles, on lit :

1814
Aux Maries-Louises

(sic)

 



 

Le rond-point

du

Vieux Grenadier

 


 

 

13 Mars 1814
Napoléon est en
observation au mont Saint-Pierre
de 2 à 4 heures.
Prise de la montagne
Sainte-Geneviève
de 4 à 6 heures.
Bivouac impérial
à 7 heures.

Etat-Major entourant Napoléon 1er
dans la nuit du 13 mars 1814 :

Marmont             Berthier

Ney                    Lefèvre

Drouot                 Bertrand

 

C'est ici
que des moulins..
maison historique sise..
s'abrita l'Empereur de 11 heures
à minuit le 13 Mars

(DT : la suite, déjà cassée en 1959 était : "avant son entrée à Rheims (sic) à une heure du matin" selon le Répertoire Napoléonien, donc mieux informé que Lachouque)

"L'aimable secrétaire général du Syndicat d'initiative rémois, M. Claude Holtz, a bien voulu nous révéler que ces émouvants vestiges ont été déposés en ces lieux « pour créer l'atmosphère », mais n'ont fait partie d'aucun monument aujourd'hui disparu . Cependant, dans un bosquet voisin, le « Carabinier » de Chinard, réplique en bronze de celui qui domine l'arc de triomphe du Carrousel à Paris, monte la garde sur l'emplacement du bivouac que quitte l'Empereur dans la nuit du 14 mars."

Voilà : il s'agit donc d'un monument on ne peut plus romantique (on faisait des ruines "neuves", à l'époque romantique) –même si ce monument date de 1908 !

Malheureusement je n'ai vu nul trace de ce Carabinier. Si quelqu'un avait d'autres informations…

Vous trouverez le parc de la Haubette ou de la Cure d'Aire en prenant  l'avenue d'Epernay, puis la rue François Dor : il se trouve entre la rue de Pargny et l'avenue François Mauriac.



Reims, Cimetière du Sud.

La face "française" du monument

 

À LA MÉMOIRE
DES SOLDATS FRANÇAIS
MORTS À LA DÉFENSE DE REIMS
EN 1814

_______


PRO PATRIA CECIDERUNT              

LE SOUVENIR FRANÇAIS.             
 


CÉSAR RENÉ MARIE FRANÇOIS
RODOLPHE DE VACHON, COMTE
DE BELMONT BRIANÇON
COLONEL MAJOR DU 3ème RÉGI.
DES GARDES D'HONNEUR
MARIÉ À MLLE CLÉMENTINE
DE CHOISEUL-GOUFFIER

                     
MORT À LA DÉFENSE DE
REIMS
LE 13 MARS 1814


DECORUM PRO PATRIA MORI

 

La face "russe"

AUX SOLDATS RUSSES
MORTS À REIMS

EN 1814

_______

 

HOSTES .... FRATRES ..            .
 


À LA MÉMOIRE
DU PRINCE GAGARINE
COMMANDANT DES BASCHKIRS
TUÉ À LA PORTE DE PARIS
LE 5 MARS 1814 ÂGÉ DE 23 ANS
DE JOSEPH DE HECK
CAPITAINE DE L'ÉTAT-MAJOR RUSSE
CHEVALIER DES ORDRES DE SAINTE-ANNE
ET VLADIMIR NÉ EN 1785
TUÉ AU COMBAT DES PROMENADES
le 7 / 19 MARS 1814.


INTER ARMA CARITUS.            

Le sort du Prince Gagarine ne semble absolument pas clair. Il a été fait prisonnier par le brigadier Lallemant, des Dragons de la Garde au moment où il arrivait au pont de Berry-au-Bac, venant de Reims, avec les restes de son régiment, les Hussards de Belorousskiy (Russie blanche) -et non les Baschkirs-, sabré le matin à Reims. Ce monument mentionne cependant qu'il a été tué à la Porte de Paris, à Reims. D'autres sources mentionnent qu'il a été envoyé comme prisonnier à Paris. Comment a-t-il, dans ce cas, pu être enterré à Reims ? A moins qu'il s'agisse simplement d'un cénotaphe, mais sur une tombe commune.

Mars 1814 : Chalon-sur-Saône

Avenue de la République, un magnifique monument commémore le sacrifice des "Enfants de l'arrrondissement" en 1814 et 1870-71.

Le cuirassier pourrait aussi bien dater de 1814 que de 1870.

 

30 mars 1814 : Sens

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

85, rue de la République : une plaque commémorative indique l'emplacement de l'Hôtel de l'Ecu de France où l'Empereur déjeuna avec Berthier et Gourgaud.

Le soir même, vers 23 heures, il apprit à Juvisy la capitulation de Paris.

C'était la fin de l'Empire...

 

 

Retour à la page d'accueil