Droits Devant


Défense des droits économiques
et sociaux fondamentaux

Accueil - Contact - Qui sommes-nous? - Migration - Journal - Liens
Chômage -
Revenu d'intégration - Statut cohabitant - Théâtre du Copion 

    Chômage

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Dossier : Droits Devant en collaboration avec le DAS : "en finir une bonne fois pour toutes avec le plan d'activation des chômeurs" Février 2010

Dossier : Accompagnement des chômeurs : Aide ou exclusion

Dossier : Une nouvelle association se présente : Le Groupe de Défense des Allocataires SociauxUn chômeur sanctionné ou exclu par l'Onem a-t-il droit au revenu d'intégration sociale ou à l'aide sociale financière équivalente?

Communiqué de presse de la FGTB wallone


 

Appel
 
En 2010, nous marcherons vers Bruxelles,
contre le Chômage, la Précarité et la Pauvreté.

 
Nous ne payerons pas leur crise !
 
Suite à la crise financière, le chômage va de nouveau exploser dans tous les pays.
 
Or, depuis la moitié des années 1970 déjà, la crise de l’emploi sévit.
 
Mais les gouvernements continuent leurs politiques libérales, comme si de rien n’était. Les contribuables financent sauvetage des spéculateurs et des banques. Tandis que les travailleurs, les chômeurs et les pauvres paient les pots cassés.
 
Pendant des décennies, les hommes politiques ont appliqué une politique néolibérale. De fait, ils ont refusé de répartir le travail disponible entre toutes et tous.  Ils ont préférer que les gains de productivité bénéficient uniquement aux actionnaires et non au financement de la réduction collective du temps de travail. De même, ils ont refusé de mobiliser les richesses de nos sociétés pour rencontrer les priorités sociales et écologiques. Ils ont préféré la fuite en avant, le tout au marché, la montée des inégalités et la financiarisation de l’économie.
 
L’Union Européenne décrété que 2010 sera « l’année européenne de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale ». Mais la politique économique ne change pas: “activation” des chômeurs et des pauvres, précarisation des emplois, privatisation des services publics. Pour l’UE, pas touche aux privilèges du capital.
 
Voilà pourquoi nous organiserons en 2010 des marches qui aboutiront à Bruxelles vers le 17 octobre 2010, date de la « journée mondiale de refus de la misère ». La Belgique occupera la présidence de l’Union Européenne au second semestre 2010.
 
Nous appelons, ensemble,  tous celles et toutes ceux qui sont les premières victimes de la nouvelle explosion du chômage : les travailleurs, les chômeurs, les femmes, les migrants, les sans papiers, les sans abris, les pauvres :
 
-   contre l’Europe du marché, pour une Europe des droits: les droits des citoyens doivent être au coeur de l’unification européenne. Nous refusons la dépendance de nos droits sociaux, syndicaux, écologiques et démocratiques aux lois du marché. Nous revendiquons notamment le droit à un emploi décent pour tous et pour toutes;
 
-    pour des emplois de qualité : Plutôt que de déréglementer le marché du travail et de laisser le champ libre au capital, les  Pouvoirs Publics doivent une politique fiscale plus juste. Afin d’investir dans les besoins sociaux et environnementaux pour y créer des emplois de qualité ;
 
-    pour un statut de vie sociale et professionnelle qui sécurise le parcours professionnel. La reconversion urgente de l’économie vers une économie durable, respectueuse des droits sociaux et environnementaux, ne réussira jamais sans garantir aux travailleurs leur revenu, une formation professionnelle continuée et un avenir professionnel;
 
-    pour des normes sociales européennes qui organisent la convergence et l’amélioration des droits entre états membres : pour des minima sociaux européens (salaire minimum, retraite minimale, minimum d’existence), fixées au niveau européen par état membre en fonction de sa richesse (le PNB par habitant).
350 emplois supprimés par jour et
 
1800 entretiens de chômeurs à l’ONEM
 
Stop à cette logique mortifère !

 

La FGTB wallonne s’est toujours prononcée pour un accompagnement de qualité des demandeurs d’emploi. Mais le contrôle de la disponibilité des chômeurs, tel qu’il est mis en place depuis 2004, s’intensifie et s’assimile davantage à un processus d’exclusion.

En Belgique, on perd actuellement 350 emplois par jour et on convoque cinq fois plus de personnes à l’Onem en exigeant d’elles qu’elles cherchent un emploi !
 
La FGTB wallonne envoie aujourd’hui un courrier invitant tous les Présidents de CPAS et les Collèges des Bourgmestre et échevins de Wallonie à se prononcer en faveur d’un moratoire sur la mesure qui, en plus des drames humains, engendre une dépense supplémentaire non négligeable pour les pouvoirs communaux.

En Wallonie, en moyenne 38% des paiements du revenu d’intégration (CPAS) sont des personnes exclues par le plan de contrôle. Dans le Hainaut, ce pourcentage atteint 47% !

Le courrier s’accompagne d’une proposition de motion.

Parallèlement à cette lettre, la FGTB wallonne lancera des actions partout en Wallonie pour sensibiliser la population et obliger le monde politique à se repositionner. La FGTB wallonne inscrit ce dossier dans ses priorités et restera déterminée à obtenir une réponse politique d’ici à la fin de l’année.

Il est urgent de faire marche-arrière. C’est une question de bon sens et de justice sociale.

 
FGTB Wallonne/42, rue Haute, 1000 Bruxelles
 
Tél : 02/5068210/Fax : 02/5020828

 

haut de page