Réactif de Melzer [m22]





1. NATURE DU REACTIF :

Le réactif de Melzer est un liquide épais composé d'iode, d'iodure de potassium, d'hydrate de chloral et d'eau. Le constituant le plus important de ce réactif est l'iode, qui a la propriété de se fixer sur certains glucides, notamment. L'iode (I2) est un solide d'aspect métallique, volatil et à l'odeur particulière. Il est peu soluble dans l'eau, mais l'est plus dans les solutions d'iodure de potassium ; c'est pourquoi le réactif de Melzer en contient. L'iodure de potassium est un solide blanchâtre, soluble dans l'eau. L'hydrate de chloral, de son vrai nom 2,2,2-trichloro-1,1-éthanediol est une molécule d'éthane (C2H6) sur laquelle les trois hydrogènes d'un des deux atomes de carbone ont été remplacés par des chlores et deux des hydrogènes de l'autre carbone par des fonctions alcool (-OH). Sa formule est donc CCl3-CH(OH)2. C'est un solide blanc, très soluble dans l'eau et à l'odeur forte, caractéristique.


2. PREPARATION :

  1. Réactif de Melzer :
    Eau bidistillée : 100 ml
    Iodure de potassium : 5 g
    Iode : 1,5 g
    Hydrate de chloral : 100 g


  2. Réactif iodo ioduré acétique de Kühner (ou acide acétique iodé) :
    Eau bidistillée : 100 ml
    Acide acétique glacial : 10 ml
    Iodure de potassium : 5 g
    Iode : 1,5 g

  3. Bien mélanger et attendre la dissolution totale de chaque constituant avant d'ajouter le suivant. Ne pas amener l'iode au contact d'objets métalliques, qu'il attaque très aisément. La dissolution de l'iode peut être assez lente.


3. UTILISATION :

Le réactif de Melzer est un des milieux de montage les plus utiles pour la microscopie. En effet, c'est un réactif vis-à-vis duquel les éléments observés peuvent avoir trois comportements différents : ou bien ils sont iodo-négatifs, ou bien ils sont soit amyloïdes, soit dextrinoïdes. L'iodo-négativité correspond à l'absence apparente de réaction : les cellules se teintent de jaune brunâtre, qui est la couleur du réactif. Des éléments amyloïdes prendront une coloration gris bleu ardoise, voire noire, tandis que des cellules dextrinoïdes se teinteront de brun rouge foncé. La réaction amyloïde signale généralement la présence d'amidon, tandis que la réaction dextrinoïde révèle le plus souvent les dextrines.

Ainsi, le réactif de Melzer est utilisé dans de nombreux genres, aussi bien chez les Basidiomycètes que chez les Ascomycètes. Il permet de savoir si les spores, notamment chez Amanita et Mycena, ainsi que chez de nombreux Aphyllophorales, sont amyloïdes ou non, et si, chez les lépiotes lato sensu, elles sont dextrinoïdes ou pas. Il facilite l'observation et la description de l'ornementation des spores chez Lactarius et Russula ainsi que certains Cystoderma (notamment carcharias et amianthinum...)... et Galerina. Enfin, il intervient lors de la détermination des Ascomycètes, dont le sommet des asques (que ce soit un opercule ou un pore) peut être amyloïde ou non, et lors de l'identification des mycènes, dont la chair est souvent dextrinoïde, mais pas toujours.

Le réactif de Melzer est aussi quelque peu utilisé en macrochimie, mais, dans ce domaine, le liquide de Lugol lui est préférable. Le Lugol est un Melzer sans hydrate de chloral, et avec des proportions en iode et iodure de potassium un peu différentes (voir fiche technique mL26).
Chez les bolets (cf SINGER), le Melzer colore le contenu protoplasmique des hyphes en gris bleu, et non la paroi cellulaire.
Il colore en vert les paraphyses (hyphes stériles disposées entre les asques) des Ascomycètes.

Chez les Agaricales chromosporées (à spores colorées), il est impératif de rechercher le caractère dextrinoïde sur des spores décolorées à la lessive potassique (KOH en solution aqueuse à 3%, chauffé à 55-60° C, durant 15 à 30 minutes --> nécessité d'utiliser une étuve ou un bain marie à thermostat électrique). Le problème qui se pose est le suivant : il s'impose dès lors de faire disparaître toute réaction alcaline avant d'appliquer le réactif de Melzer, car la potasse a induit un milieu basique qui gêne la fixation de l'iode. Il faut donc laver la préparation dans une solution diluée d'acide acétique afin de neutraliser ce milieu alcalin.
IL existe un moyen simple de contourner ce problème : c'est l'acide acétique iodé, qui va remplacer avantageusement, dans ce cas précis, le réactif de Melzer.

ATTENTION ! La recherche du caractère amyloïde doit se faire sur du matériel frais ou desséché ; sur du matériel conservé dans l'alcool ou le formol, ce caractère disparaît et ne peut plus être mis en évidence.

Lors de ses recherches, R. KUHNER a démontré que des spores immatures d'Agaricus (lessive potassique puis acide acétique iodé) sont dextrinoïdes, mais ce caractère disparaît très souvent chez des spores matures (surtout celles qui présentent une grosse goutte huileuse en inclusion). Il semble que ce soit également le cas des Cortinariaceae (Cortinaires, Hébélomes, Inocybes).


4. DANGERS :

Le réactif de Melzer est assez dangereux : l'hydrate de chloral est toxique et irritant et l'iode est nocif ; aussi, éviter tout contact avec la peau ou les yeux, et éviter de respirer les vapeurs.
D'autre part, il est bon de savoir que l'iode, au contact de l'ammoniaque, provoque des réactions à caractère explosif. Enfin, l'iode se fixant très bien sur la cellulose, à laquelle il donne une coloration noirâtre, il faut éviter d'en tacher les vêtements en coton (les taches peuvent être enlevées à l'aide d'une solution diluée de thiosulfate de sodium : Na2S2O3).


5. CONSERVATION :

Le réactif de Melzer doit être conservé dans un flacon en verre hermétiquement fermé parce que ce liquide est assez corrosif et que l'iode, volatil, est capable de s'échapper de certains flacons, à travers le plastique. D'autre part, il est préférable de garder le flacon à l'obscurité car la lumière pourrait altérer l'hydrate de chloral.




Créateur du projet : Didier BAAR (U)
Auteurs de la fiche technique : Didier BAAR & Marcel LECOMTE
Responsable : Marcel LECOMTE (Cercle Mycologique de Namur & Cercle des M.L.B.)
Collaborateurs : Philippe DUFOUR (Cercle Mycologique de Namur) - Roland HANON (Cercle des M.L.B.)
Cercle des Mycologues du Luxembourg belge asbl (M.L.B.), Président : Paul PIROT, rue des Peupliers, 10, B-6840 NEUFCHATEAU
Pour vos commandes : voir la feuille du Catalogue