Colonel Prince Joseph-Marie de Savoie-Carignan

 

Son titre complet est Prince Joseph-Marie de Savoie-Carignano, comte de Villafranca mais il préférait signer ses ordres simplement par " Colonel Carignan ".
Né à Turin en 1783 cet illustre descendant de la maison de Savoie est le neveu de Marie-Thérèse de Savoie-Carignan, princesse de Lamballe, l’amie et confidente de la Reine Marie-Antoinette. Lors des massacres de septembre 1792, cette amitié fidèle lui coûtera la vie : elle sera égorgée et sa tête sera promenée au bout d’une pique par ses tortionnaires. Cet évènement jette la famille du jeune Joseph dans l’émigration et aurait du en faire un ennemi irréductible de la France nouvelle.
Pourtant à l’invitation de Bonaparte, la famille de Joseph rentre en France et celui-ci rejoint l’armée en 1803.
Nous retrouvons le capitaine Carignan le 21 juillet 1808 lorsqu’il est nommé officier d’ordonnance de l’Empereur. Dès lors, le magnétisme de Napoléon va subjuguer cet officier de 25 ans au nom pourtant si prestigieux.
Lorsque le 24 juin 1812, la Grande Armée passe le Niémen, le 3ème escadron du 8ème régiment de Hussards est confié au Chef d’escadron de Savoie-Carignan.
Smolensk, La Moscowa, Moscou et … la retraite, au début de décembre 1812, l’Empereur n’a plus autour de lui que l’élite de ses plus braves officiers composée d’un petit nombres d’hommes mais quels hommes ! Ceux qui possèdent encore un cheval sont regroupés au sein de l’Escadron Sacré. Les Colonels font office de Maréchaux des logis et les Généraux y sont simples Capitaines. Parmi eux, Carignan !
1813, Napoléon réorganise son armée et a donné le commandement du 6ème Hussards au Prince de Savoie-Carignan désormais Major et Baron de l’Empire, il a 30 ans !
Lützen, Bautzen, Dresde… victoires éphémères que Leipzig va effacer.
1814, la glorieuse campagne de France se termine et l’Empereur prend le chemin de l’île d’Elbe. Soucieux de se concilier l’armée, Louis XVIII maintient la plupart des officiers. Ainsi le 20 août 1814, le Major Prince de Savoie-Carignan est nommé Colonel en second des Hussards de Berry cy-devant 6ème Hussards. Il a fait huit campagnes et compte onze ans et demi de service. Son nom ainsi que les malheurs de sa famille pendant la Révolution auraient pu faire croire à sa fidélité au nouveau régime. Pourtant les ultras de l’entourage royal vont mettre a rude épreuve le ralliement pourtant sincère des officiers de la Grande Armée restés en service fussent-ils de sang noble et on ne manquera pas de rappeler au Colonel Carignan son dévouement à "l’Ogre de Corse".
Le 1er mars 1815, Napoléon débarque à Golfe-Juan et marche sur Paris.
Les Hussards de Berry ont été envoyés a Auxonne sous les ordres du Maréchal Ney pour arrêter "l’usurpateur". A Lons-le-Saunier, le 14 mars, Ney apprend que ses Hussards sous la conduite du Prince de Carignan se sont portés au galop sur Dijon pour insurger la ville. Une heure plus tard, une dépêche annonce que Dijon vient de proclamer le rétablissement de l’Empire et que le 6ème Hussards se déclare désormais avant-garde de l’Empereur.
Juillet 1815, après le dernier combat de Rocquencourt le 6ème Hussards est envoyé à Romorantin et c’est là que le Colonel Carignan après d’émouvant adieux rendra le régiment au Colonel Fournier venu prendre le commandement au nom du Roy.
Grâce à ses origines, la vie du Prince ne sera pas mise en danger mais comprenant que sa carrière militaire est terminée, il quitte l’armée. Il meurt à Paris en 1825.